SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Les effets biologiques des expositions chroniques à des radionucléides et leurs impacts sur la santé

(janvier 2011)

DES RECHERCHES permettant d'évaluer les risques liés à des radionucléides et leurs impacts sur la santé

Le programme de recherche expérimentale ENVIRHOM-Santé ou Comprendre les effets d’une contamination chronique à faibles doses de radionucléide sur la santé

Le cerveau : un nouvel organe cible de l’uranium

Le système de détoxication des xénobiotiques est-il affecté par une exposition chronique à l’uranium ?

Ingestion chronique de césium 137 en situation post-accidentelle

Exposition chronique au césium 137 : Etudes expérimentales et épidémiologiques

La métabolomique : Application en radiotoxicologie

Les perspectives du programme ENVIRHOM-Santé

Exposition chronique au césium 137 : Etudes expérimentales et épidémiologiques


Maâmar SOUIDI

chercheur au Laboratoire de radiotoxicologie expérimentale

Comprendre les effets d'une exposition chronique au césium-137

La préoccupation du public à l’égard de la qualité de l’environnement et des risques qui la menace a été alimentée par plusieurs crises sanitaires illustrées dans le domaine du nucléaire par l’accident de Tchernobyl en 19861. Suite à cette catastrophe, le césium-1372 libéré en grande quantité dans l’atmosphère se retrouve de façon anormale dans la chaîne alimentaire plus de 20 ans après.

Les conséquences de l’exposition chronique à de faibles concentrations de césium-137 restent mal connues. Quelques études sur les populations vivant dans les territoires contaminés suggèrent des retombées sanitaires non négligeables et notamment l’apparition de pathologies non cancéreuses. En effet, des troubles de la reproduction ainsi que des désordres neurologiques ont été rapportés au sein de la population habitant autour de la centrale de Tchernobyl (Kryzhanovskaya, 1997 ; Goncharov et al ., 1998 ; Yablokov, 2009).

Une augmentation de la fréquence des troubles électrocardiographiques et de la pression artérielle a été également rapportée chez les enfants vivant dans les régions contaminées (Bandazhevskaya et al., 2004). Néanmoins, il est très difficile de faire un lien direct entre les pathologies observées et la charge en césium-137 chez les personnes vivant sur ces territoires. La question demeure donc sur l’implication réelle et unique du césium-137 dans la genèse de ces troubles. En raison du manque de données chez l’homme et chez l’animal suffisamment pertinentes pour conclure sur les effets du césium-137 à faibles doses, l’IRSN a lancé un ensemble d’études expérimentales dans le cadre du programme ENVIRHOM-Santé. Ces études ont pour objectif de déterminer si une ingestion chronique de césium-137 serait responsable à elle-seule des effets biologiques et cliniques observés chez les populations vivant sur les territoires contaminés. Les premiers travaux, réalisés dans un modèle animal (rat adulte), ont eu pour but de décrire les effets du césium-137 sur le système nerveux central (Lestaevel et al., 2006 ; 2008), les systèmes cardio-vasculaire (Gueguen et al., 2008) et digestif (Dublineau et al., 2007) ainsi que sur les principaux métabolismes, tels que celui de la vitamine D (Tissandié et al., 2006 ; 2009), du cholestérol (Souidi et al., 2006) ou des hormones stéroïdiennes (Grignard et al., 2008 ; 2010). La contamination des animaux a été réalisée par ingestion d’eau à une concentration de 6500 Bq.L-1 en césium-137. Ainsi, la dose ingérée par animal et par jour correspond à une dose environnementale post-accidentelle comparable à celle retrouvée dans l’environnement proche de Tchernobyl (Handl et al. 2003). Les résultats montrent des modifications subtiles mais significatives de plusieurs systèmes physiologiques. La question subséquente à l’observation de ces effets essentiellement de type génique est de savoir si ces modifications moléculaires sont les signes précurseurs de l’apparition d’une pathologie observable sur le plan clinique, ou si elles sont plutôt le reflet d’une adaptation de l’organisme à cette exposition chronique.

 ________________________________________

liens et références : 

(1)  L'accident de Tchernobyl : scénario de l'accident, conséquences pour l'homme et l'environnement 
(2) fiche radionucléide, le césium-137 et son environnement 
Bandazhevskaya GS, Nesterenko VB, Babenko VI, Yerkovich TV, Bandazhevsky YI. Relationship between caesium (137Cs) load, cardiovascular symptoms, and source of food in 'Chernobyl' children -- preliminary observations after intake of oral apple pectin. Swiss Med Wkly. 134(49-50):725-9 (2004).
Dublineau I, Grison S, Grandcolas L, Baudelin C, Paquet F, Voisin P, Aigueperse J, Gourmelon P. Effects of chronic 137Cs ingestion on barrier properties of jejunal epithelium in rats. J Toxicol Environ Health A 70:810-9 (2007).
Goncharov NP, Katsiya GV, Kolesnikova GS, Dobracheva GA, Todua TN, Vax VV, Giwercman A, Waites GM. Endocrine and reproductive health status of men who had experienced short-term radiation exposure at Chernobyl. Int J Androl. 21(5):271-6 (1998).
Grignard E, Guéguen Y, Grison S, Lobaccaro JM, Gourmelon P, Souidi M. In vivo effects of chronic contamination with 137 cesium on testicular and adrenal steroidogenesis. Arch Toxicol 82:583-9 (2008).
Grignard E, Guéguen Y, Grison S, Dublineau I, Gourmelon P, Souidi M. Testicular steroidogenesis is not altered by 137 cesium Chernobyl fallout, following in utero or post-natal chronic exposure. CR Biol 333:416-23 (2010)

Gueguen Y, Lestaevel P, Grandcolas L, Baudelin C, Grison S, Jourdain JR, Gourmelon P, Souidi M. Chronic Contamination of Rats with (137)Cesium Radionuclide: Impact on the Cardiovascular System. Cardiovasc Toxicol 8:31-40 (2008).
Kryzhanovskaya L. Psychological dysfunctions in the Chernobyl disater victims. European psychiatry. 12:S1:161(1997). 
Lestaevel P, Dhieux B, Tourlonias E, Houpert P, Paquet F, Voisin P, Aigueperse J, Gourmelon P. Evaluation of the effect of chronic exposure to 137Cesium on sleep-wake cycle in rats. Toxicology 226:118-25 (2006).
Lestaevel P, Grandcolas L, Paquet F, Voisin P, Aigueperse J, Gourmelon P. Neuro-inflammatory response in rats chronically exposed to (137)Cesium. Neurotoxicology 29:343-348 (2008).
Tissandie E, Gueguen Y, Lobaccaro JM, Aigueperse J, Gourmelon P, Paquet F, Souidi M. Chronic contamination with 137Cesium affects Vitamin D3 metabolism in rats. Toxicology 225:75-80 (2006).
Tissandie E, Gueguen Y, Lobaccaro JMA, Grandcolas L, Grison S, Aigueperse J, Souidi M. Vitamin D metabolism impairment in the rat’s offspring following maternal exposure to 137cesium. Arch Toxicol 83:357-62 (2009).
Yablokov AV.  Nonmalignant diseases after the Chernobyl catastrophe. Ann N Y Acad Sci.1181:58-160(2009).

Fermer

Envoyer à un ami

Les coordonnées que vous indiquez dans cette page sont à usage unique et ne sont pas conservées.

Emails de vos destinataires :  

Signez avec votre nom :  

Précisez votre adresse email :   

Joindre un message :

Souhaitez-vous recevoir une copie de ce mail ?

Envoyer

Annuler