SharePoint
Aide

Minéraux radioactifs

Introduction

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Introduction

Les collections de minéraux sont parfois radioactives. L’IRSN et d’autres acteurs publics aident les musées et les collectionneurs privés à évaluer et à limiter les risques radiologiques.

IRSN_Inspections-blayais_3_201605.jpg
Roche de pechblende. En étudiant ce minerai, Marie et Pierre Curie ont détecté deux éléments fortement radioactifs : le polonium et le radium.

En France et en Europe, la détention de minéraux radioactifs n’est soumise à aucune obligation de déclaration, ni pour les particuliers, ni pour les musées. En revanche, il est raisonnable d’estimer l’exposition aux rayonnements du public et des personnels non classés comme "exposés aux rayonnements ionisants" et, si nécessaire, de limiter cette exposition.

C’est le radon présent dans les minéraux qui donne lieu à des obligations. La circulaire ministérielle de 2004 oblige plusieurs catégories d’établissements ouverts au public à agir dès que le niveau de radon dépasse 400 becquerels par mètre cube (Bq/m3).

Lire la page – Minéraux radioactifs : des collections à sécuriser

 

Au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris (MNHN), 5 000 minéraux sur 130 000 ont été identifiés comme radioactifs. Le Muséum d’histoire naturelle de Nice dispose pour sa part, d’une collection de 175 minéraux radioactifs collectés au fil des ans par le Service départemental d’incendie et de secours des Alpes-Maritimes.

Avec l’appui de l’IRSN, les deux musées ont recensés et caractérisés leur collection puis réaliser les aménagements nécessaires afin de réduire les risques radiologiques pour leur personnel et le public.

Lire la page - Comment l’IRSN aide les musées et les collectionneurs à maîtriser les risques

     

(Dernière mise à jour : Mai 2016)