SharePoint
Aide
 

Les sites miniers d'uranium

Glossaire des termes employés dans MIMAUSA

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Remarque : les termes suivis d’un astérisque font l’objet d’une définition dans ce glossaire.

AEP
Alimentation en Eau Potable.

AP
Arrêté Préfectoral.

ASN
Autorité de Sûreté Nucléaire.
L'ASN assure, au nom de l’État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en France pour protéger les travailleurs, les patients, le public et l’environnement des risques liés aux activités nucléaires. Elle contribue à l’information des citoyens.

Bouletage
Technique consistant à agglomérer le minerai sous forme de boulettes en le mélangeant avec de l’eau et du ciment afin d’améliorer la percolation de la solution d’attaque dans le cadre du traitement statique par lixiviation en tas.

Boutonnière
Petite partie d’un stockage de résidus de traitement, non recouverte et non remise en état, permettant de stocker des matériaux ou déchets issus de la maintenance des sites miniers (par exemple des boues de station de traitement des eaux).

BRGM
Bureau de Recherches Géologiques et Minières. Etablissement public à caractère industriel et commercial dont les objectifs sont de comprendre les phénomènes géologiques et de mettre à disposition les outils nécessaires à la gestion du sol, du sous-sol et des ressources, à la prévention des risques naturels et des pollutions, aux politiques publiques d'aménagement du territoire.

Carreau
Espace de regroupement des bâtiments de gestion et d’entretien, ainsi que des surfaces de stockage des matériels, fournitures et produits d’extraction.

CLI ou CLIS
Commission Locale d’Information ou Commission Locale d’Information et de Surveillance.
Instance de concertation, mise en place par le préfet, ayant pour but d'informer le public sur les effets des activités d'installation de traitement de déchets sur la santé et l'environnement.

Cyclonage
Séparation, sous l'influence de la force centrifuge, de certains produits (fragments de matériau, poussières, fumées, etc...) à partir d’un appareil (cyclone) dans lequel on injecte un mélange.

DIB
Déchets Industriels Banals. Ce sont tous les déchets qui ne sont pas générés par des ménages, et qui ne sont ni dangereux ni inertes : des emballages usagés (palettes, caisses, housse, bidon …), des déchets de production (chutes, rebuts, purges, découpes, résidus, sciures, vidange…), des produits usagés (papiers, invendus, consommables usagés, équipements hors service…)

DREAL
Dans le cadre de la réforme de l’État, le Conseil de modernisation des politiques publiques a décidé, en décembre 2007, la création d’un échelon régional unifié du ministère du Développement durable : la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). Cette nouvelle structure régionale pilote les politiques de développement durable résultant notamment des engagements du Grenelle Environnement ainsi que celles du logement et de la ville. 

Les DREAL remplacent les Directions Régionales de l’Environnement (DIREN), les Directions Régionales de l’Equipement (DRE) et les Directions Régionales de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE), dont elles reprennent les missions hormis le développement industriel et la métrologie.

Effluent entrant /effluent sortant
Le terme « effluent » désigne les eaux en circulation à l’intérieur du site minier (eaux d’exhaure*, de surverse* ou de ruissellement).

Un effluent à sa sortie d’une installation minière est qualifié de « sortant ».
Un effluent qui arrive à une station de traitement des eaux est qualifié d’« entrant ».
Un effluent « sortant » peut être directement rejeté dans le milieu naturel si les analyses chimiques montrent qu’il ne nécessite pas de traitement particulier.
 

Effluent entrant /effluent sortant

Encaissant
Désigne la roche dans laquelle le gisement* s’est mis en place.

ETL
En Tas Lixiviation (voir traitement statique*).

Exhaure
Dans le domaine minier, le terme d’« exhaure » désigne l’évacuation des eaux d’infiltration dans les ouvrages souterrains et les mines à ciel ouvert au moyen d’installations de pompage, pendant la période d’exploitation.

Exutoire
Désigne le cours d’eau qui reçoit les effluents, traités ou non traités, d’un site minier.

Fonçage d’un puits
Action de creuser en descendant une voie verticale.

Gisement
Désigne le lieu où sont concentrées des substances (dans le cas présent, de l’uranium) en quantité suffisante pour être extraites. Le gisement comprend généralement des zones minéralisées et des zones stériles*.

IC ou ICPE
Installation Classée ou Installation Classée pour la Protection de l'Environnement. Exploitation industrielle ou agricole susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains est une installation classée.

ISL
In Situ Leaching – Lixiviation In Situ (voir traitement statique*).

Lixiviation
Au sens courant, désigne l’infiltration lente d’un solvant, en général l'eau, à travers un matériel, accompagnée de la dissolution partielle des matières solides qu’il contient. Le liquide résultant est le lixiviat.
Dans le domaine de l’industrie minière de l’uranium, la lixiviation désigne le passage en phase liquide de l’uranium contenu dans le minerai. Elle est réalisée par apport de réactifs sous forme de solution :

  • soit sur le minerai en place (lixiviation statique in situ - ISL) ;
  • soit sur le minerai fragmenté et stocké (lixiviation statique en tas- ETL) ;
  • soit sur le minerai fragmenté et placé dans un réacteur (lixiviation dynamique).

 

Matrice
Dans le cadre des analyses effectuées pour la surveillance de l’environnement, désigne la fraction de l’échantillon qui est analysée, par exemple la fraction du sol dont les grains sont inférieurs à 2 mm, la chair des poissons…

MCO
Mine à Ciel Ouvert.

POS
Plan d’Occupation des Sols.

Rejet
Désigne les eaux issues des stations de traitement des eaux, qui sont rejetées dans le milieu récepteur. Ces rejets sont soumis aux normes imposées par les arrêtés préfectoraux relatifs à la surveillance du site.

Remblayage hydraulique
Comblement de travaux miniers souterrains par la fraction sableuse (0,15 à 0,50 mm) des résidus de traitement* (sables cyclonés*), obtenue par cyclonage* de résidus de traitement. Cette technique était parfois utilisée pour combler les vides créés après extraction du minerai dans les chantiers. Les sables étaient généralement acheminés de façon hydraulique par un réseau de tuyauterie depuis des stations de remblayage situées en surface.

Résidus de traitement
Désigne les produits restant après extraction de l’uranium contenu dans le minerai par traitement statique ou dynamique.

Résidus de traitement (ou de lixiviation) dynamique
Produits sableux et très fins (granulométrie très inférieure à 450 µm) obtenus à l’issue des différentes étapes du traitement des minerais, généralement effectuées dans une usine, et destinées à récupérer l’uranium. Ils renferment environ 5% de la teneur initiale en uranium, l’essentiel des autres constituants des minerais ainsi qu’une partie des produits ajoutés lors du processus de traitement.

Résidus de traitement (ou de lixiviation) statique
Produits résultant du concassage et de l’attaque par une solution acide de minerais à faible teneur en uranium (300 à 600 ppm) disposés en tas sur des aires aménagées. Ils se présentent sous la forme de blocs rocheux de dimension variable et renferment de 20 à 40% de la teneur initiale en uranium.

Sables cyclonés
Fraction grossière (0,15 à 0,50 mm), sableuse, issue du cyclonage* des résidus miniers. Elle est composée des minéraux résiduels ayant résisté à l’attaque chimique. L’activité massique en radium 226 de cette fraction sableuse est estimée à 20 % de l’activité massique en radium 226 des résidus. Ce sable a été utilisé comme matériaux de construction de certaines digues ou en remblayage hydraulique* de certains travaux miniers souterrains.

Stériles
Produits constitués par :

  • les sols et roches excavés pour accéder aux minéralisations d’intérêt. Leur teneur moyenne en uranium correspond à la teneur caractéristique de l’environnement naturel ambiant ;
  • les roches minéralisées excavées lors de l’exploitation d’un gisement mais présentant des teneurs insuffisantes pour justifier un traitement sur le plan économique. Le seuil (teneur de coupure économique) pour l’uranium est de l’ordre de 300 ppm (300.10-6 g d’uranium par gramme de minerai).

 

Surverse
Dans le domaine minier, le terme de « surverse » désigne l'évacuation des eaux par débordement (selon un fonctionnement hydrodynamique naturel), après l’arrêt des travaux miniers. On parle également de résurgence minière ou d’émergence.

TBE
Tonnes Brutes Extraites, c’est-à-dire tonnage de tous les matériaux extraits sur le site (stériles et minerais).

Terril
Colline artificielle constituée des stériles* issus d’une exploitation minière.

Titre minier
Désigne tout droit ou titre, de recherche (de prospection) ou d'exploitation délivré conformément au code minier.

TMS
Travaux Miniers Souterrains.

Traitement dynamique (Lixiviation dynamique)
Série d’opérations industrielles destinées à extraire l’uranium du minerai qui le contient.
Après une préparation mécanique, le minerai est soumis à une attaque acide ou basique afin de solubiliser l’uranium. Les solutions liquides contenant l’uranium sont ensuite séparées de la phase solide, qui constitue les résidus de traitement dynamique, par filtration ou décantation. Elles sont alors envoyées dans les ateliers d’extraction et de purification. Au final, l’uranium est précipité sous forme solide (le Yellow Cake) avec une concentration d’environ 750 kg par tonne.

Traitement statique (Lixiviation statique)
Traitement consistant à faire traverser le minerai par une solution acide ou basique afin de dissoudre l’uranium qu’il contient. Dans le cas d’un tas de minerai éventuellement concassé, on parle de lixiviation en tas (ETL) ; dans le cas de minerai abattu resté dans les chantiers, on parle de lixiviation in situ (ISL).
 Les solutions uranifères recueillies sont dirigées vers une usine de traitement dynamique*. En fin d’opération le minerai est lavé et stocké (considéré alors comme résidu de traitement statique*).

Travers-banc (TB)
Galerie horizontale d’accès au gisement dans le cas de travaux miniers souterrains.

TP
Travaux Publics.

TRPC
Travaux de Reconnaissance par Petit Chantier.

TV
Terre Végétale.

Vecteur
Dans le cadre des analyses effectuées pour la surveillance de l’environnement, correspond au compartiment qui est analysé. Les principaux vecteurs analysés sont l’air, l’eau, les bioindicateurs (végétaux, sols, …) et la chaîne alimentaire (légumes, viandes, …)

Verse
Tas de stériles provenant de l’exploitation et du traitement du minerai (synonyme de halde).

Page 1 de 234