SharePoint
Aide
 

Exposition au radon

Du radon dans nos maisons ? Du dépistage à la prise en charge

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Sur le terrain, la chasse au radon s’organise. Associées au diagnostic technique du bâtiment, les mesures de dépistage posent les bases d’actions de remédiation ciblées et adaptées.

 

Et s’il suffisait d’ouvrir les fenêtres ? Au même titre que les autres polluants de l’air intérieur, le radon voit sa concentration diminuer par ce simple geste. « Mais cette mesure ne suffit pas toujours, reconnaît Bernard Collignan, spécialiste en qualité de l’air intérieur au Centre scientifique et technique du bâtiment [1]. Car le radon revient une fois les fenêtres fermées… Des solutions plus pérennes existent. Elles sont à mettre en œuvre au cas par cas. »

 

D’abord, dépister

Préalable à la lutte contre le radon, le dépistage repose sur une série de mesures qui doit refléter l’exposition moyenne des habitants. « Il faut installer un dosimètre, de préférence dans les pièces de vie, pendant au moins deux mois et suivant une méthodologie. C’est le compromis trouvé pour obtenir rapidement des données fiables », confie Patrick Potard, coordonnateur radon au service d’intervention et d’assistance en radioprotection de l’IRSN. L’activité de ce gaz est en effet très variable au cours d’une journée.

Pour les établissements recevant du public (ERP) et les lieux de travail, la réglementation impose de passer par un organisme agréé de niveau 1 [2], qui mènera ce dépistage selon les normes Afnor. Il en existe une soixantaine en France, dont l’IRSN.

L’agglomération du Pays de Montbéliard a préféré faire effectuer les mesures par son personnel. « Nous avions recensé 180 ERP à dépister, retrace Marc Tirole, vice-président de la communauté d’agglomération. Nous avons donc décidé de faire agréer les cinq inspecteurs de notre bureau d’hygiène, grâce à une formation de deux jours dispensée par l’IRSN. » L’Institut l’a également aidé à organiser des réunions de sensibilisation des élus locaux.

 

Ensuite, diagnostiquer

Quand une exposition élevée au radon est découverte (supérieure à 400 Bq/m3 pour les ERP et les lieux de travail, à l’avenir probablement 300 Bq/m3 pour les particuliers), vient l’étape du diagnostic technique.

Elle garantit une prise en charge adaptée aux caractéristiques du bâtiment. « C’est pourquoi nous avons travaillé à l’élaboration d’une norme pour l’encadrer. Il faudra ensuite former les professionnels du bâtiment », indique Bernard Collignan. En effet, ces derniers manquent pour ce volet technique, comme en témoigne l’expérience du Pays de Montbéliard. « Faute de trouver une entreprise locale qualifiée, nous avons fait appel à un expert suisse », raconte Marc Tirole. Le diagnostic apporte les éléments nécessaires à l’élaboration de solutions. Lorsque la situation l’exige, des mesures complémentaires peuvent être prises, et sont assurées par un organisme agréé de niveau 2 [3], comme l’IRSN. « Ces investigations permettent d’identifier les sources ainsi que les voies d’entrée et de transfert du radon dans un bâtiment », explique Patrick Potard.

 

Enfin, agir… puis contrôler

Une fois le diagnostic posé, la remédiation est entreprise par un professionnel du bâtiment. « Deux objectifs sont visés : empêcher le radon d’entrer et diluer sa concentration », développe Bernard Collignan. Des mesures simples réduisent sensiblement l’exposition des habitants. « Grâce à des travaux de ventilation et d’assainissement, la teneur en radon est descendue sous la barre des 100 Bq/m3 dans les établissements dépistés », illustre Marc Tirole, alors qu’elle dépassait 400 Bq/m3. « L’efficacité d’une technique de réduction doit toujours être vérifiée après sa mise en œuvre, en mesurant de nouveau la concentration en radon », insiste Patrick Potard. Cette vérification se fait environ tous les dix ans pour les ERP ou tous les cinq ans pour les lieux de travail. Encore une étape où l’expertise de l’IRSN pourra être engagée.

 C’est la raison pour laquelle il est important d’effectuer une mesure représentative de la valeur moyenne annuelle. 

 

Les techniques pour réduire le radon 

Les techniques pour réduire le radon.©ArtPresse/IRSN   

 

Avant/après dans une école : l’Institut sur le terrain

Année 2007 : Une mairie de Haute-Loire fait appel à l’IRSN pour mener des investigations complémentaires, à la suite d’un dépistage initial du radon, dans son école municipale. 

Ce dépistage a mis en évidence des concentrations élevées avec des valeurs allant jusqu’à 1 800 Bq/m3. Deux experts du service d’intervention et d’assistance en radioprotection de l’Institut viennent sur place pour réaliser des mesures spécifiques.

Après visite minutieuse des locaux, les principaux points critiques sont identifiés : une absence totale de système de ventilation, des murs très épais partiellement constitués de granit, un mur enterré, et des planchers en bois qui laissent le radon circuler librement dans les locaux. C’est d’après ce diagnostic que la mairie entreprend des travaux simples de remédiation : mise en place de barrettes d’aération dans les fenêtres et dans les portes de façon à favoriser le renouvellement de l’air, et activation d’une aération naturelle dans les locaux les plus bas. Début 2009, une équipe de l’IRSN revient sur les lieux pour évaluer l’efficacité de ces actions. Objectif atteint : la valeur mesurée la plus élevée est de 290 Bq/m3.

Page 1 de 234

Notes :

1- Acteur public indépendant au service de l’innovation dans le bâtiment qui œuvre dans les domaines de la recherche, de l’expertise, de l’évaluation et de la diffusion des connaissances.
2- Organisme habilité à effectuer des mesures de radon en vue d’un dépistage ou d’un contrôle d’efficacité et de pérennité des techniques de remédiation dans des bâtiments ou des cavités et ouvrages souterrains (art. 3 de la décision de l’ASN du 7 avril 2009).
3- Organisme habilité à effectuer les mesures de radon nécessaires pour identifier les sources, les voies d’entrée et de transfert du radon dans tout bâtiment (art. 3 de la décision de l’ASN du 7 avril 2009).