SharePoint
Aide
 

Les risques de criticité dans les usines et laboratoires nucléaires

Limiter les conséquences d'un accident de criticité

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Les dispositions de prévention des risques de criticité rendent très improbable une divergence incontrôlée dans une installation. Nonobstant, compte tenu des matières fissiles mises en œuvre, un accident de criticité reste physiquement possible (si plusieurs dispositions ne sont plus effectives).


Depuis 1945, il s'est produit une soixantaine d’accidents de criticité dans le monde. Une quarantaine de ces accidents est survenue dans des réacteurs de recherche ou dans des laboratoires sur des "assemblages critiques". En outre, malgré des marges de sécurité par nature plus importantes, on recense actuellement vingt-deux accidents survenus dans des installations du cycle du combustible. Ces accidents n’ont pas provoqué de rejets radioactifs significatifs dans l’environnement, mais des irradiations importantes entraînant, dans des délais courts, vingt décès, dont dix dans des installations du cycle du combustible.

Une autre particularité des accidents de criticité est leur durée qui varie de quelques dixièmes de secondes à plusieurs dizaines d’heures. Dans certaines circonstances, des actions spécifiques ont dû être entreprises (injection de poison neutronique…) pour arrêter l’accident.

Aussi, selon les spécificités des installations, il est nécessaire de prévoir des dispositions complémentaires visant à limiter au maximum les conséquences d'un éventuel accident, notamment pour les personnels travaillant dans les installations et pour les personnes susceptibles de se trouver à proximité. Ces dispositions s'articulent autour de trois actions principales : la détection de l'accident, l'organisation de l'évacuation rapide des personnels concernés et, si nécessaire, l'intervention visant à arrêter l'accident.

Page 1 de 234