SharePoint
Aide
 

Sûreté et radioprotection du parc électronucléaire

Résultats détaillés et méthodologie d’analyse utilisée par l'IRSN

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​La veille exercée par l’IRSN pour apprécier le niveau de sûreté et de radioprotection des réacteurs EDF repose sur l’analyse d’un grand nombre de données issues de l’exploitation de ces réacteurs. 

Les données relatives aux événements qui affectent les réacteurs EDF, voire les installations étrangères, constituent l’une des sources les plus riches en matière de retour d’expérience. Pour ce faire, l’IRSN exploite les comptes rendus que l’exploitant EDF doit transmettre à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à la suite de la déclaration d’un événement significatif pour la sûreté (ESS) ou pour la radioprotection (ESR).

Pour obtenir une appréciation globale de la sûreté et de la r​adioprotection des réacteurs en fonctionnement, l’IRSN a par ailleurs, développé des outils et des méthodes d’analyse du retour d’expérience, et notamment ses propres indicateurs. Ceux-ci permettent de déterminer des tendances et d’identifier d’éventuelles dérives en matière de sûreté et de radioprotection.

Éléments relatifs à la déclaration des événements

Les événements significatifs

EDF doit déclarer à l’ASN tout événement survenu dans ses installations dès lors qu’il répond aux critères de déclaration définis dans le guide de l'ASN du 21 octobre 2005​, applicable depuis le 1er janvier 2006.

Les événements répondant à l’un des critères de déclaration du guide de l’ASN sont des :

événements significatifs pour la sûreté (ESS).  Ce sont les événements pouvant conduire à des conséquences notables pour la sûreté d’une installation. 

et/ ou des événements significatifs pour la radioprotection (ESR) des travailleurs ou de la population.

​​​
Les étapes de la déclaration d'incident survenu dans une centrale nucléaire

Les étapes de la déclaration d'incident survenu dans une centrale nucléaire


Les événements intéressants

Les événements dits « intéressants » n’entrent pas dans le champ des critères de déclaration. Ils sont recensés par EDF pour en permettre l’analyse du retour d’expérience. Concrètement, ils ne justifient pas une analyse individuelle mais leur répétition pourrait être le signe d’un problème nécessitant une analyse approfondie. 

L'exploitant définit ses propres critères pour identifier les événements intéressants. Ces derniers peuvent être requalifiés en événements significatifs après analyse.

L’échelle INES​​​​​

​​​L’échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques INES est utilisée pour classer les événements dans les centrales nucléaires et les installations de l’industrie nucléaire civile, et ainsi faciliter la perception par les médias et le public de l’importance des incidents et des accidents nucléaires.

L’échelle comporte 7 niveaux. Les événements classés au niveau 0 concernent des écarts par rapport au fonctionnement normal des installations : ils n’ont aucune importance du point de vue de la sûreté.

Chaque événement survenu en France est classé par l’ASN sur l’échelle INES. Elle est également utilisée dans plus de soixante-dix pays.


L’évaluation menée par l’IRSN

​​L’IRSN examine chaque compte-rendu d’événement « significatif » qui est complété par des échanges techniques avec EDF. L’évaluation de l’Institut prend également en compte les rapports d’inspections menées par l’ASN avec l’appui de l’IRSN, les informations recueillies dans le cadre du suivi des réacteurs EDF en fonctionnement ou encore certains événements  « intéressants ».

Par ailleurs, l’IRSN a développé des indicateurs chiffrés. Ces données sont utiles pour identifier les facteurs contribuant à la sûreté et à la radioprotection et les domaines qui mériteraient un examen plus approfondi par EDF.

Depuis 2016, l’analyse des événements significatifs est réalisée selon un nouveau jeu d’indicateurs développé par l’Institut. Ces indicateurs sont structurés en cinq familles : rigueur d’exploitation, conformité de l’exploitation, maîtrise des interventions de maintenance et de modification matérielle, gravité événementielle et analyse de sûreté.

Cette structuration, qui s’appuie sur le principe de la défense en profo​ndeur​, couvre la majorité des activités menées par EDF dans un réacteur en fonctionnement (pilotage, maintenance, essais, modifications matérielles). Ainsi, elle permet de mieux apprécier les capacités d’un exploitant à prévenir, détecter ou traiter des défaillances matérielles pour éviter leur renouvellement.

Sûreté des centrales EDF : résultats par indicateur de l’IRSN

​Rigueur d’exploitation

Cette famille regroupe 14 indicateurs, dont 5 indicateurs principaux, qui contribuent à apprécier la capacité d’EDF à prévenir les incidents et les accidents, en maintenant son réacteur dans le domaine d’exploitation attendu. Ce dernier est précisé dans les règles d’exploitation définies par EDF dans les spécifications techniques d’exploitation (STE).

Indicateur « événement STE »

L’’indicateur « événement STE » recense le nombre d’indisponibilités matérielles générées par une intervention humaine. Cet indicateur se décline en quatre sous-indicateurs selon la fonction de sûreté impactée (fonctions de sûreté « réactivité », « refroidissement », « confinement » ou fonction « support »).

​​Indicateur « Sorties du domaine de fonctionnement »

Le domaine de fonctionnement autorisé comprend plusieurs domaines d’exploitation allant du réacteur à l’arrêt jusqu’au fonctionnement en puissance.​ ​Il est strictement interdit aux opérateurs de sortir volontairement du domaine de fonctionnement a​utorisé. En cas de sortie fortuite d’un domaine d’exploitation, tout doit être mis en œuvre pour revenir à la situation initiale ou à une situation autorisée dans les plus brefs délais.​

Indicateur « Lignage »

Le lignage d’un circuit consiste à manœuvrer des vannes et à mettre des organes hors ou sous tension pour constituer un circuit en vue de réaliser une intervention de maintenance, tester un circuit afin de s’assurer de sa disponibilité ou réaliser un changement d’état du réacteur. Des dizaines de milliers de lignages sont réalisés chaque année sur le pa​rc. Les erreurs de lignage sont dommageables pour la sûreté du réacteur notamment lorsqu’elles conduisent à générer des indisponibilités de systèmes importants pour la sûreté.
​​​
​Indicateur « Condamnations administratives »

Certains lignages de circuits importants pour la sûreté sont gérés par des condamnations administratives, c’est-à-dire des cadenas et des chaînes installés sur les équipements dans le but d’assurer à tout moment la conformité de leur position. Tout oubli ou toute erreur dans la pose ou la levée d’une condamnation administrative induit des risques car certains systèmes ou protections pourraient alors ne pas remplir leur fonction.
​​ 
Indicateur « Consignations »

​La consignation est destinée à fournir les conditions de sécurité requises pour une intervention en retirant un circuit ou une partie d’une installation de l’exploitation. Comme pour les activités de lignage, les activités de consignation et de déconsignation sont très nombreuses, en particulier lors des arrêts de réacteur et sont des sources potentielles d’erreur.​
​​

Conformité des installations

Cette famille regroupe 5 indicateurs, dont 2 indicateurs principaux, qui évaluent la capacité d’EDF à surveiller les performances des fonctions de sûreté du réacteur. Cette surveillance s’effectue notamment via des contrôles périodiques et des opérations de maintenance préventive qui garantissent la disponibilité des équipements importants pour la sûreté.

Indicateur « Non-respect de la périodicité des EP »

Les essais périodiques (EP) permettent de vérifier d’une part, la disponibilité des équipements assurant des fonctions de sûreté et d’autre part, la disponibilité des moyens permettant la mise en œuvre des procédures de conduite en cas d’incident ou d’accident. Un équipement ou un système est déclaré disponible si la périodicité prévue pour les EP est respectée et si les résultats des EP sont satisfaisants. 

Indicateur « Déclinaison inadaptée des règles d’essais »

​Depuis 2007, les conditions de réalisation des EP, appelées « règles d’EP », sont déclinées dans des documents opératoires standardisés. Les mauvaises déclinaisons trouvent souvent leur origine dans le processus de rédaction ou d’évolution des documents opératoires d’essais mutualisés.
​​​​​​​​​
​​

Maîtrise des interventions de maintenance et de modification matérielle

​Cette famille regroupe 6 indicateurs qui évaluent la capacité d’un exploitant à adapter son organisation, ses moyens techniques et ses moyens humains pour effectuer une activité de maintenance ou de modification matérielle sans dé-fiabiliser son installation. 

Les non-qualités de maintenance (NQM) correspondent aux erreurs commises au cours d’une activité de maintenance d’un équipement. Parmi les NQM, les non-qualités d’exécution recensent les événements qui ont généré une erreur d’application des documents opératoires ou un non-respect des règles d’exécution d’une activité de maintenance ou de modification matérielle.
​ 
Gravité événementielle

Cette famille regroupe 8 indicateurs, dont 3 indicateurs principaux, qui contribuent à apprécier la capacité d’un exploitant à maîtriser les conséquences d’un événement survenu sur un ou plusieurs réacteurs.

Indicateur « Replis de réacteurs »

​Les contrôles réalisés en fonctionnement permettent de découvrir des défaillances ou des signes de dysfonctionnement d’équipements qui participent à la sûreté. En fonction de la gravité des constatations faites, EDF peut placer un réacteur en « état de repli », à savoir un état plus sûr que l’état initial. L’amorçage du repli correspond au début de réalisation des opérations visant à rejoindre l’état de repli. Il est précédé d’une période appelée « délai d’amorçage » qui permet de corriger l’anomalie ou de mettre en œuvre des mesures palliatives.


Indicateur « Événements marquants pour l’IRSN »

Po​ur faciliter l'étude des événements significatifs, l’IRSN a élaboré des critères de sélection afin de faire ressortir les événements « marquants » dans neuf thématiques. Pour effectuer ce classement, les événements sont analysés sous plusieurs angles : leur occurrence, leurs causes et leurs conséquences. 

Indicateur « Événements précurseurs »

La gravité d'un événément est évalué en quantifiant l'accroissement du risque de fusion de cœur. Lorsque l’accroissement de ce risque ​est supérieur à 10-6, l’événement est qualifié de « précurseur ». ​Cette méthode, basée sur les études probabilistes de sûreté de niveau 1​, permet, soit de relativiser la gravité d’un événement, soit de mettre en évidence des situations qui auraient pu ne pas être identifiées à risque.


Analyse de sûreté

Cette famille comprend 2 indicateurs qui évaluent la capacité d’un exploitant à tirer les enseignements du retour d’expérience des réacteurs et à les communiquer de manière transparente à l’ASN.​​​


​​​

Page 1 de 234