SharePoint
Aide
 

Sûreté et radioprotection du parc électronucléaire

Appréciation de l'IRSN pour l'année 2015

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Dans les 58 réacteurs de production d’électricité exploités par EDF, le nombre d’événements significatifs pour la sûreté est baisse de 7% par rapport à l’année 2014 et de 18 % par rapport à l’année 2012. Après une première baisse de 8% en 2014, le nombre d’événements significatifs concernant la radioprotection des travailleurs a diminué de 5% en 2015.



couv-infographie-surete-parc-2014.jpg

 

Sûreté : une baisse du nombre d’événements mais un nombre encore important de non-respect des spécifications techniques d’exploitation 


604 événements significatifs (ESS) en 2015 : la baisse du nombre d’ESS observée depuis 2013 s’est poursuivie. Cette diminution est de 7% par rapport à l’année 2014 et de 18 % par rapport à l’année 2012. Par ailleurs, et pour la troisième année consécutive, aucun événement n’a été classé à un niveau égal ou supérieur à 2.

En 2015, la moitié des ESS ont eu pour origine un non-respect des spécifications techniques d’exploitation. Par ailleurs, la qualité des activités de maintenance n’était pas au niveau attendu, à cause notamment d’une analyse de risques souvent incomplète. L’amélioration de la maîtrise de ces activités reste donc un objectif important pour EDF.

Enfin, les inspections réalisées en 2015 ont montré une accoutumance à l’écart qui nécessite une réaction rigoureuse d’EDF pour maintenir les centrales en conformité.

Radioprotection : une baisse du nombre d’événements mais des contaminations cutanées de travailleurs

Après une première baisse de 8% en 2014, le nombre d’événements significatifs (107) concernant la radioprotection des travailleurs a diminué de 5% en 2015. 

Toutefois, en 2015, trois cas de contamination cutanée des travailleurs des centrales ont conduit à des dépassements des limites règlementaires de dose équivalente à la peau. Ils sont à l’origine des trois événements qualifiés d’incidents sur l’échelle INES : un événement classé au niveau 2 et deux événements classés au niveau 1. La mise en place par EDF de dispositions organisationnelles, notamment lors des phases de déshabillage, pourrait permettre de réduire les risques de contamination cutanée.

Par ailleurs, le nombre d’événements lié à des manquements dans l’application des règles de base de la radioprotection est en forte augmentation depuis deux ans. C’est particulièrement le cas pour l'oubli de port du dosimètre avec 22 événements en 2015, contre 17 événements en 2014 et 11 événements en 2013. Enfin, comme en 2014, les écarts associés aux conditions d’accès et de séjour en zone contrôlée ont diminué de manière notable, même s’ils représentent toujours le plus grand nombre d’événements. La mise en place par EDF de plans d’actions opérationnels semble avoir un effet positif.

Des expertises sur des thèmes à enjeux particuliers réalisées en 2015

Dans son rapport, l’IRSN présente également ses principales conclusions sur des thèmes à enjeux particuliers ayant fait l’objet d’une expertise en 2015 :

l’orientation des études à mener pour les 4èmes visites décennales des 34 réacteurs de 900 MWe, dont la première interviendra en 2019 ;

l’optimisation de la radioprotection des travailleurs dans les centrales EDF, et particulièrement l’adéquation et la suffisance des dispositions organisationnelles ;

la maîtrise par EDF des risques associés aux activités de maintenance sous-traitées.


Nombre d’événements significatifs : quel sens donner à cet indicateur ?


Les évolutions du nombre d’événements significatifs ne sont pas directement liées à une évolution du « niveau de sûreté ou de radioprotection » des installations : les événements reflètent des dysfonctionnements qu’il s’agit d’analyser et de comprendre, dans le cadre de l’exploitation du retour d’expérience, pour définir des actions correctives participant ainsi à l’amélioration de la sûreté et de la radioprotection.



Page 1 de 234