SharePoint
Aide
 

Conséquences au Japon

L'impact du séisme sur les installations nucléaires de Fukushima-Daiichi

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9.0 s’est produit à 80 km au large de l'île d'Honshu au Japon. Ce séisme a provoqué un tsunami qui a touché la côte nord-est du Japon, tsunami qui a privé la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi (Fukushima I) de ses sources externes d'électricité et de ses moyens internes de refroidissement du coeur des réacteurs nucléaires. 

L’IRSN propose une fiche d’information sur les caractéristiques du séisme de magnitude 9.0 qui s’est produit à 80 km au large de l'île d'Honshu au Japon le 11 mars 2011, avec notamment des informations sur la puissance du séisme enregistrée au niveau des centrales nucléaires de Fukushima Daiichi et d'Onagawa.

 Télécharger la fiche d'information de l'IRSN sur le séisme de l'île d'Honshu du 11 mars 2011 au Japon (document pdf).

 Télécharger la fiche d'information de l'IRSN sur la réplique du 7 avril 2011 sur l'île d'Honshu au Japon (document pdf).

 

Déroulement de l’accident 

Le 11 mars 2011 à 14h46 (Japan Standard Time soit UTC+9), un séisme de magnitude 9 a frappé la centrale nucléaire japonaise de Fukushima Daïchi entraînant l’arrêt automatique des trois réacteurs en fonctionnement.

La centrale exploitée par TEPCO comporte six réacteurs à eau bouillante (ou BWR pour Boiling Water Reactor), de puissance respective :

  • réacteur 1 : 460 MWe
  • réacteurs 2 à 5 : 784 MWe
  • réacteur 6 : 1100 MWe.

 

Les réacteurs n°1, 2 et 3 étaient en fonctionnement à pleine puissance au moment du séisme, les réacteurs n°4, 5 et 6 étaient à l’arrêt pour maintenance. 

Le tremblement de terre a entraîné :

  • la perte des alimentations électriques externes (au site) des réacteurs et le démarrage des alimentations électriques internes (au site), c’est-à-dire des groupes électrogènes de secours à moteur diesel pour faire fonctionner des pompes de refroidissement ;
  • l’arrêt automatique des réacteurs par insertion des grappes de commande dans les coeurs, étouffant la réaction de fission par absorption des neutrons ;
  • cinquante-cinq minutes plus tard, une vague de tsunami de 14 mètres de hauteur

 

La vague a eu pour conséquences :

  • un endommagement des prises d’eau en mer conduisant à la perte de la source froide, nécessaire pour évacuer en permanence toute la chaleur produite par les réacteurs ;
  • la perte des diesels de secours des réacteurs 1 à 4.

 

À la suite de la perte des diesels, le refroidissement des coeurs a été temporairement assuré par des systèmes internes, qui ont à leur tour été perdus successivement sur les trois réacteurs, notamment par défaillance de batteries électriques. Les moyens de refroidissement de secours n’ont alors plus été opérationnels.  


Plus d'information : 

 Télécharger l'analyse préliminaire "L’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daïchi" rédigée en juin 2011 par l'ASN et l'IRSN dans le cadre du groupe de travail "Solidarité Japon" de l'Académie des Sciences. 

 Voir en vidéo l'analyse de l'IRSN du déroulement de l'accident de Fukushima Daiichi publiée en mars 2013

 

Points de situation sur l'état des installations

A partir du 12 mars 2011, l'IRSN a publié très régulièrement des points de situation expliquant la situation des réacteurs nucléaires et des piscines d'entreposage de combustibles de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi (Fukushima I), ainsi que les actions entreprises par l'exploitant TEPCO pour sortir de la crise.

 

 

 

 

 

Page 1 de 234