SharePoint
Aide
 

L’inspection des réacteurs nucléaires

Une journée d’inspection d'une centrale nucléaire heure par heure

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

​Une inspection se déroule en une journée. Préparée très en amont, la visite est une longue séance de questions et de vérifications entre les inspecteurs de l’ASN, l’expert de l’IRSN et l’exploitant. Au cours des réunions ou sur le terrain, aucun détail n’est laissé de côté.

 

Il est tôt lorsque deux voitures arrivent à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux, dans le Loir-et-Cher. De l’une sortent deux inspecteurs de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), de l’autre un expert de l’IRSN. Une fois réalisées les formalités d’entrée, les inspecteurs et l’expert sont accueillis dans une salle de réunion par une quinzaine de collaborateurs de l’exploitant, dont deux affectées à plein temps aux relations avec l’ASN.

Après les présentations, un inspecteur annonce l’ordre du jour. Au menu : la maintenance des installations, le respect des prescriptions des services centraux d’EDF, un retour sur un point faible détecté l’année précédente puis l’analyse de quelques dossiers d’intervention.

IRSN_Inspections-heure-par-heure-A_201605.jpg
      Gauche : L’inspectrice de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l’expert de l’IRSN ont établi un ordre du jour détaillé en amont de l'inspection. Droite : Pour ce faire, les documents de l’exploitant ont été analysés : notes d’organisation, bilans matériels, fiches d’écart. (Crédit photo : Laurent Zylberman/Graphix-Images pour IRSN)

 

Questions précises et vérifications

La journée est une longue séance de questions et de vérifications, courtoises mais précises et insistantes. Quand les ingénieurs EDF commencent leurs exposés, ils sont aussitôt interrompus par les questions des inspecteurs. « La recherche de traces de bore sur les joints du circuit primaire a-t-elle été effectuée en 2014 ? L’ingénierie centrale d’EDF a-t-elle accepté toutes vos demandes de report d’intervention ? Peut-on avoir la liste des refus et la preuve que ces actions ont été réalisées ? »

Les réponses sont argumentées et, pourtant, les inspecteurs vérifient sur les fiches de suivi d’action d’EDF ou sur d’autres éléments de traçabilité. Les interventions dans une centrale font l’objet de comptes rendus écrits, les écarts d’études d’impact. Même s’il est exceptionnel qu’un exploitant dissimule sciemment un élément gênant, les traces écrites révèlent parfois des écarts minimes qui doivent être justifiés.

Un adage court chez les inspecteurs : « La transparence imposée à l’exploitant ne peut justifier l’absence de contrôle ». Pour Olivier Elsensohn, expert IRSN en contrôle-commande, intervenant sur la maintenance et la gestion des écarts, « il faut toujours étudier à fond les cas concrets. C’est là, dans les détails, que se niche l’information ». 

 

Les inspections en arrêt

Autre situation : le réacteur n°1 de la centrale de Dampierre, dans le Loiret, est à l’arrêt en juillet 2015. L’ASN a donc décidé de procéder à une inspection. C’est en effet l’occasion de pénétrer dans le bâtiment du réacteur, inaccessible le reste du temps. Dès leur arrivée, les deux inspecteurs et l’expert IRSN rencontrent le responsable de l’arrêt.

Le jour de l’inspection, une opération de soudage est prévue afin de remettre en conformité des circuits après un test hydraulique. Les inspecteurs décident d’y assister. Durant le trajet, ils jettent un regard plus large. Ils s’assurent de la stabilité de chaque échafaudage rencontré. Ils vérifient les dispositions de radioprotection et la fonctionnalité des appareils déprimogènes (qui provoquent une chute de pression). Ils veillent à ce que les portes de sectorisation contre l’incendie soient fermées.

Sur le chantier, les soudeurs sont à pied d’œuvre. Une première soudure a été réalisée. Un inspecteur demande le dossier d’intervention. Il s’assure que les intervenants en comprennent toutes les exigences. La préparation semble conforme. Les précautions nécessaires ont bien été prises. Toutefois, un inspecteur constate que le débit d’argon de la torche de soudage est légèrement inférieur à la norme. L’intervenant doit immédiatement revoir tous ses paramètres et l’incident est noté.

Durant toute la journée, les inspecteurs vont ainsi scruter les chantiers, vérifier les conditions de radioprotection et la conformité des interventions à leur dossier de réalisation. Ils prélèvent des échantillons de l’eau de refroidissement rejetée par la centrale pour les faire analyser. Ils contrôlent la disponibilité des transformateurs électriques. Ils vérifient que les appareils de mesure de l’exploitant sont opérationnels et étalonnés ou encore ils examinent l’entreposage des matériels et outils en attente d’utilisation ou destinés à l’évacuation. 

IRSN_Inspections-heure-par-heure-B_201605.jpg
   Gauche : Au cours de l'inspection, des contrôles visant la sûreté et la radioprotection de l'installation sont effectués. Droite : À la suite d’une inspection, l’ASN adresse à l’exploitant une lettre de suite, qui contient des remarques et des prescriptions. Lors d’une autre inspection, l’inspecteur et l’expert vérifieront que les mesures correctives ont bien été mises en œuvre. (Crédit photo : Stéphanie Jayet/IRSN)

 

Une feuille de constat assure la traçabilité des écarts majeurs

Que ce soit à Saint-Laurent-des-Eaux ou à Dampierre, un bilan est réalisé en fin d’après-midi au terme de la visite. Les inspecteurs et l’expert IRSN s’isolent, font le point et s’accordent sur une formulation. Puis ils donnent lecture de leurs premières conclusions aux ingénieurs et cadres de la centrale.

Tous les intervenants signent la « feuille de constat », document assurant la traçabilité des écarts majeurs relevés lors de l’inspection. La suite se déroulera à l’ASN et à l’IRSN.

IRSN_Inspections-heure-par-heure-C_201605.jpg
Gauche : Les résultats d’inspections font partie intégrante de la veille technique de l’IRSN. Les équipes de l’Institut, autour d’Hervé Bodineau (debout), analysent des éléments de retour d’expérience (REX). Droite : Le bureau d’analyse du REX de l’IRSN analyse également les incidents et les évènements survenus sur les réacteurs au plan national et international. (Crédit photo : Laurent Zylberman/Graphix-Images pour IRSN)

 

Page 1 de 234