SharePoint
Aide
 

Incendie : connaître le risque pour mieux le maîtriser

Le risque incendie en milieu nucléaire

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

L’incendie est un initiateur possible d’accidents nucléaires. « Il peut être à l’origine d’une rupture du confinement avec une dispersion de radioactivité dans l’installation, voire dans l’environnement. L’enjeu majeur est de maîtriser les risques », déclare Richard Gonzalez en charge des recherches sur le sujet à l’IRSN.

En 30 ans, l’IRSN a effectué d’importants travaux de recherche et de développement (R&D) sur ce sujet. L’ASN s’est appuyé sur ce travail pour la mise en place d’une nouvelle réglementation en vigueur depuis le 1er juillet 2014.

Infographie - Risque incendie dans les centrales en 2014

Spécificité de l’incendie en milieu confiné

Dans un réacteur de puissance, un laboratoire de recherche, une usine du cycle du combustible, un véhicule de transport de produits radioactifs ou un centre de stockage de déchets, le feu n’évolue pas de la même manière que dans un bâtiment ordinaire ou en extérieur. Il survient dans un milieu confiné et ventilé conçu pour empêcher la dissémination de matières radioactives dans l’environnement

Le retour d’expérience a permis d’appréhender ces spécificités pour améliorer la sûreté de ces installations. L’étude des conséquences d’un feu dans des locaux nucléaires a ainsi conduit à renforcer les dispositions de protection des filtres de très haute efficacité (THE) qui équipent les circuits de ventilation : pose de clapets de protection, surveillance renforcée des filtres, gestion adaptée de la ventilation…

« Autre exemple : l’ASN a demandé en 2014 à EDF d’étudier spécifiquement les impacts de la pression des gaz et des fumées engendrés par l’incendie sur les équipements électriques importants pour la sûreté », explique Jean Battiston, expert en prévention des agressions internes à l’IRSN. 

 

Départ de feu : une nouvelle approche des risques

La R&D a enfin montré les insuffisances d’une démarche basée sur la simple vérification du respect de critères reliant les conséquences d’un feu à la charge calorifique d’un local. Pour Jean-Pierre Cayla, ancien colonel des sapeurs-pompiers, expert de la lutte contre l’incendie à l’IRSN, « on s’appuie désormais sur l’ingénierie du risque pour définir une méthode d’analyse. La démarche fixe également des objectifs de sûreté et laisse les opérateurs justifier des moyens mis en œuvre pour les atteindre ».

Cette approche a alimenté la nouvelle réglementation en vigueur depuis le 1er juillet 2014. Une démarche que l’IRSN promeut à l’international, à travers des échanges avec le Japon, la Belgique, le Canada, et par l’élaboration de nouvelles normes, en particulier ISO, concernant l’ingénierie de la sécurité incendie.

 

Deux programmes de recherche

Étude des écoulements verticaux de fumées
   Étude des écoulements verticaux
   de fumées

L’analyse des dossiers de sûreté et le retour d’expérience mettent en évidence le besoin d’approfondir les connaissances. « Nous sommes loin de tout comprendre sur le comportement et l’impact des feux en milieu nucléaire », rappelle Richard Gonzalez. Aussi, l’IRSN conduit des travaux de recherche en privilégiant l’expérimentation et la modélisation.

Les risques de propagation des feux le long des chemins de câbles électriques sont des sujets de recherche prioritaires. Ils sont étudiés dans le cadre du programme Prisme 2, mené sous l’égide de l’Organisme de coopération et de développement économique (OCDE), qui rassemble 13 partenaires de 9 pays différents. Des essais réalisés à Cadarache de 2011 à 2014 dans l’installation multi- locaux Diva ont mis en évidence un risque de montée rapide en pression des locaux et le rôle déterminant de la ventilation.

Les défaillances liées à l’exposition aux fumées de systèmes électroniques ou électriques importants pour la sûreté font l’objet du projet Delta, lancé en février 2014. « En cas d’incendie, ils doivent résister et continuer à délivrer la bonne information. Nous le testons à Cadarache grâce au nouveau dispositif expérimental Danaides », précise Laurence Rigollet, ingénieur spécialiste des incendies.

Page 1 de 234