SharePoint
Aide
 

Transports de matières radioactives

Les incidents et accidents

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

A ce jour en France, on dénombre en moyenne un à deux accidents de transport par an ayant entraîné un relâchement de radioactivité dans l'environnement. Ces accidents ont eu des conséquences limitées sur la santé de l'homme comme sur l'environnement.

Dans les cas les plus graves survenus en France, de faibles contaminations ont été détectées et ont pu être traitées par des opérations de décontamination. 

L’échelle de gravité INES adaptée aux transports de matières radioactives

Pour faciliter la compréhension des incidents et accidents de transport, une échelle de gravité s’inspirant de l'échelle internationale de gravité des événements nucléaires (échelle INES) a été mise au point par l'Autorité de sûreté nucléaire et l'IRSN. Elle a été mise en application le 1er octobre 1999 après avis favorable du Conseil supérieur de la sûreté et de l'information nucléaires.

Les modalités d’application de l’échelle INES aux événements de transport ont ensuite été reprécisées par l’AIEA. L’échelle de gravité INES de l’AIEA est maintenant en vigueur en France.

 

Liste des incidents et accidents significatifs survenus sur le territoire français
ou engageant la responsabilité des expéditeurs français

 

Septembre 1983 / Gare de Montpellier

Collision entre un train et un chariot à bagages chargé de colis de type A à usage médical. Le ballast a été contaminé et rapidement nettoyé.
Aucune personne n'a été contaminée.

Récupération d'un conteneur après le naufrage du Montlouis. © IRSN
Août 1984 / Mer du Nord

Naufrage du cargo Montlouis transportant des conteneurs d'hexafluorure d'uranium près des côtes belges. Tous les conteneurs ont été récupérés.

Des défauts d'étanchéité ont été détectés sur quelques conteneurs, entraînant la dilution dans la mer de quelques kilogrammes d'hexafluorure d'uranium sans conséquence notable sur le public ni sur l'environnement. 

Février 1987 / Aéroport de Roissy

Chute d'un colis contenant une source de cobalt 60. Pas de dispersion du produit.
Aucune conséquence radiologique.

Conteneur enlisé après l'accident de Lailly-en-Val.
Juin 1987 / Lailly-en-Val

Accident d'un camion transportant un colis contenant des combustibles irradiés. La remorque a été déportée dans le fossé ; le colis a basculé et s'est enlisé partiellement dans le sol très meuble du bas-côté. Le colis a été récupéré après une trentaine d'heures.
La chute n'a pas affecté l'étanchéité du colis et n'a pas occasionné de dommages.

Juillet 1990 / Saclay

Ouverture d'un colis contenant un flacon d'iode 131 à usage médical, brisé lors du transport.
Le réceptionniste a été contaminé. Il a reçu une dose à la thyroïde estimée à 0,6 mSv. 

Novembre 1991 / Port de Cherbourg

Rupture d'un engin de levage et chute d'un colis contenant des combustibles irradiés sur un navire à quai. Seuls des dommages superficiels ont été détectés sans conséquence radiologique. 

Mars 1996 / Port du Havre

Décrochage d'un colis d'hexafluorure d'uranium suspendu à un engin de levage, et chute du colis sur un autre colis encore dans la cale du navire à quai. Les colis ont subi quelques déformations sans conséquence sur le confinement de la matière. Leur acheminement a pu se poursuivre après expertise de l'IRSN. 

Février 1997 / Gare d'Apach (frontière franco-allemande)

Déraillement d'un convoi de trois wagons transportant des colis de combustibles irradiés en provenance d'Allemagne. Seuls la voie et les essieux et tampons d'un wagon ont été endommagés.

Novembre 1997 / Les Açores

Le navire MSC-Carla a coulé au large des Açores, avec à son bord trois irradiateurs contenant des sources fortement radioactives ; ces irradiateurs, fabriqués en France, étaient destinés à un hôpital de Boston (Etats-Unis).

Les estimations ont montré que, du fait de la grande profondeur d'immersion (environ 3 000 m), l'effet de dilution, après dégradation des sources radioactives par corrosion, limiterait les risques d'exposition des populations consommant des produits de la pêche. Les doses calculées étaient au maximum de 5.10-9 mSv/an.

Janvier 1998 / Les Adrets

Des colis de solution d'iode ont été écrasés dans la camionnette qui les transportait, lors d'un accident sur l'autoroute A8. L'asphalte contaminé a été enlevé.

Printemps 1998 / Valognes

De nombreux cas de contamination supérieure aux normes ont été mis en évidence sur des emballages et des wagons de transport de combustibles irradiés provenant de centrales nucléaires et destinés à l'usine de retraitement de la Hague.

Les doses dues à la contamination pour les travailleurs et la population, sont restées inférieures à 1 mSv, même pour des scenarii très pessimistes d'exposition. Néanmoins, des méthodes plus rigoureuses de décontamination et de contrôle ont été mises en oeuvre, dans les centrales nucléaires, pour éviter de tels dépassements des normes de contamination.

Mars 1999 / Autoroute A72

Le 3 mars 1999, une camionnette transportant cinq colis de matières radioactives destinés à des hôpitaux, a été impliquée dans un accident sur l'A72. Le chauffeur a été hospitalisé pour examens mais n'a pas été contaminé.

L'un des colis, légèrement déformé, contenait un générateur de technétium utilisé par les laboratoires d'analyses médicales. Les colis ont été acheminés au centre de Saclay (Essonne) où ils ont été reconditionnés. Aucune radioactivité n'a été décelée sur la chaussée.

Octobre 1999 / Langres

Un camion transportant 900 détecteurs de fumée contenant des sources d'américium, a été entièrement détruit par un incendie sur l'autoroute A31. Une contamination du bas-côté sur une surface de 1 m² a été enregistrée et un échantillon de terre prélevée présentait une activité de 3 700 Bq/kg.

Le chauffeur, les gendarmes et les pompiers, soit au total 40 personnes présentes sur les lieux de l'incendie, ont fait l'objet d'analyses pour vérifier qu'elles n'avaient pas été contaminées. L'événement a été classé au niveau 1 de l'échelle de gravité INES.  

Décembre 2001 / Roissy 

Fuite de rayonnements détectée à la Nouvelle Orléans (Etats-Uni s)par un chauffeur qui conduisait un colis en provenance de Suède via un transit à l’aéroport de Roissy. Le chargement comprenait 1 000 pastilles d’iridium 192 d’une activité totale de 366 TBq réparties dans trois étuis et destinées à un usage industriel de type radiographie.

L’ouverture du colis a montré une erreur de conditionnement : les couvercles de deux des trois étuis étaient dévissés, de nombreuses pastilles s’étaient échappées des étuis en position horizontale au cours du transport et s’étaient répandues dans le jeu autour du bouchon et du colis.

Des prélèvements sanguins effectués sur plusieurs opérateurs de Roissy ont permis de suggérer sur un des opérateurs une exposition récente et une (ou des) exposition(s) plus ancienne(s). Des examens complémentaires ont révélé que l’un des employés aurait reçu une dose pouvant aller jusqu’à 100 mSv. Les autorités suédoises ont classé l’accident au niveau 3 de l’échelle INES.

Août 2002 / Roissy  

Chute et écrasement d’un colis de type A sur une portion de route interne à l’aéroport en zone réservée. Le colis, chargé de 5 GBq d’iode 131, sous forme de poudre dans une gélule, est tombé du camion qui l’acheminait vers l’avion. Après sa chute, le colis a vraisemblablement été écrasé par les véhicules suivants ; il s’est ensuivi une perte du confinement et une dispersion de matière radioactive sur la route.

Les mesures radiologiques ont confirmé la présence de taches de contamination très localisées avec un débit de dose de 0,1 à 0,2 mGy/h au contact. Un périmètre de sécurité a été établi autour de la zone contaminée. La période radioactive de l’iode 131 (8 jours) et les premiers résultats de mesure enregistrés indiquent que les débits de dose les plus élevés devaient revenir à la normale dans un délai de huit à dix semaines maximum. L'événement a été classé au niveau 1 de l'échelle INES.

Avril 2007 / Route Nationale 4 

Une camionnette transportant un colis de type B chargé d’une source de césium 137 de forte activité (73 TBq) est entrée en collision avec un poids lourd, avant de prendre feu. Le chauffeur de la camionnette et celui du poids lourd sont décédés.

Une équipe de l’IRSN a été dépêchée sur les lieux pour vérifier l’état du colis et procéder à des contrôles de contamination et d’irradiation, puis aider à son évacuation pour mise en sécurité. Toute la boulonnerie du colis avait été desserrée sous l’effet de la chaleur mais la protection contre les rayonnements n’était pas dégradée. La matière radioactive est restée complètement confinée dans le colis.

Page 1 de 234