SharePoint
Aide
 

Information du public

Initiative pédagogique : des lycéens sensibilisés au risque radon

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Le radon n’a plus de secret pour les lycéens de Cusset, près de Vichy (Allier). Encadrés par des experts et les enseignants, les lycéens ont appris son existence, ses dangers et les moyens de s’en protéger.

« Quand j’ai parlé à mes parents du radon, ils ont été très étonnés. Ils ne connaissaient pas ce risque », raconte Marine, lycéenne de 16 ans, devant sa classe de seconde de la cité scolaire Albert Londres à Cusset, dans l’Allier. « J’ai expliqué à ma famille qu’il fallait mieux aérer la maison », ajoute Ophélie, sa camarade, à la fin de leur exposé sur ce gaz radioactif naturel. « C’est un agent cancérigène du poumon », note Valentine.

Comme les autres élèves, Marine, Ophélie et Valentine ont mesuré pendant deux mois le taux de radioactivité de leur maison à l’aide de dosimètres. Puis, elles ont partagé leurs résultats devant leurs camarades de classe.

Agathe et Louise ont pour leur part, enfilé des blouses blanches pour se glisser dans la peau de scientifiques. Un autre groupe, de huit élèves, est quant à lui descendu dans la rue avec une caméra pour demander aux passants ce qu’ils savaient du radon. 

Des dosimètres à la maison

« On a laissé aux élèves beaucoup de liberté pour leur exposé. Certains ont bien joué le jeu, se réjouit Valéry Bordois, professeur d’histoire-géographie qui a coordonné et encadré l’activité. Ma rencontre avec l’IRSN et l’Iffo-RME (Institut français des formateurs - Risques majeurs et protection de l’environnement) a fait naître le projet. »

Dans un premier temps, Wanted - 222Rn, un outil documentaire de sensibilisation au radon édité par l’IRSN, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), Iffo-RME et le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a été distribué à chaque élève. « Le lycée se trouve dans une région à risque, mais sur une zone intermédiaire avec des territoires moins exposés. J’ai pensé que nous aurions des résultats intéressants », explique Valéry Bordois.

Cela a été le cas, comme le montrent les tableaux et graphiques d’Éloi et Lætitia. Ils ont vérifié la variabilité des mesures en fonction de la pression atmosphérique ou du type de logement et exploré des pistes d’explications : isolation, situation des pièces…

 

Sensibiliser les parents par ricochet

Dès janvier 2014, l’IRSN a installé dans le hall du lycée une exposition pédagogique pour informer les élèves sur la radioactivité et sur le radon. Geneviève Baumont, chargée d’organiser les actions pédagogiques à l’IRSN, a rencontré des classes de seconde et première pour compléter leurs connaissances.Elle leur a remis des dosimètres à installer dans différentes pièces de leur maison.

Le Bureau d'évaluation des risques liés à la radioactivité naturelle (BRN) et Jérôme Guillevic, spécialiste de la radioactivité naturelle, ont supervisé les mesures qui ont servi de base aux exposés.

L’expérience a amené certains parents à contacter l’Institut pour en savoir plus sur les moyens de protéger leur logement. Fort des enseignements de cette première opération, l’IRSN s’apprête à la renouveler, en Franche-Comté cette fois.

(Dernière mise à jour : Octobre 2014)

Page 1 de 234

À lire sur le webmagazine


Pour en savoir plus