SharePoint
Aide
 

Qu'est-ce que la radiothérapie

Le déroulement d'un traitement de radiothérapie

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Avant la première séance de traitement, les données anatomiques du patient sont acquises grâce à un simulateur ou un scanner de simulation, auxquelles peuvent être associées des images d’IRM ou de médecine nucléaire. 

Ces données anatomiques, jointes aux résultats des examens diagnostiques préalables, vont permettre au radiothérapeute :

  • de définir le volume à irradier et de localiser les organes à risque avoisinants qu’il faudra protéger;
  • d’établir le plan de traitement du patient (nombre de séances et dose délivrée par séance).

 

Selon la technique qui sera utilisée pour ce patient, le radiophysicien a ensuite la responsabilité d’établir la balistique du traitement : choix du nombre de faisceaux, de leurs caractéristiques (orientation, énergie, taille des champs), utilisation ou non de modificateurs de faisceaux ou de la modulation d’intensité, etc... Cette balistique est validée par le radiothérapeute. 

Après cette étape de planification et de simulation, le traitement peut débuter : il est généralement composé d’un grand nombre de séances (15 à 40) qui s’étalent sur plusieurs semaines (3 à 7), au cours desquelles des contrôles sont réalisés, afin de s’assurer que le traitement effectivement réalisé correspond au traitement planifié. 

 

Schéma simplifié du déroulement d'une radiothérapie.
   
 

Schéma simplifié du déroulement d'une radiothérapie

Légende du schéma : 

  • en bleu foncé : circuit du patient (avec les flèches bleu foncé)
  • en vert clair et bleu clair : tâches « transparentes » pour le patient, réalisées par le radiothérapeute, le radiophysicien et les techniciens
  • en vert clair : contrôles de qualité périodiques réalisés sous la responsabilité du radiophysicien (les flèches indiquent que ces contrôles portent sur tous les appareils impliqués dans la planification et la réalisation du traitement)
  • en bleu clair : circuit des images dosimétriques et des caractéristiques techniques du traitement.

 

Le traitement réalisé sera conforme au traitement planifié sous réserve que le service maîtrise les différentes étapes décrites précédemment : simulation, planification et traitement.

En particulier il est nécessaire que les caractéristiques physiques et dosimétriques des faisceaux correspondent avec les données entrées dans les différents logiciels et que toute dérive significative soit décelée le plus rapidement possible et en tout état de cause avant qu’un accident ne survienne.

Dans cet objectif, le radiophysicien doit mettre en œuvre un programme de contrôle de qualité des appareils répondant aux exigences de la réglementation en vigueur qui définit les contrôles à réaliser a minima, leur périodicité et les tolérances sur les mesures :

 

Après ces différents contrôles, l’ultime barrière dans un système de défense en profondeur tel qu’il existe dans l’industrie nucléaire est la mesure en temps réel de la dose réellement délivrée : c’est la dosimétrie in vivo.

Les centres de radiothérapie mettant en œuvre systématiquement cette technique réalisent la mesure lors d’une des premières séances de traitement.

Suite au communiqué de presse du 6 mars 2007 du Ministre de la Santé et des Solidarités, la dosimétrie in vivo devient obligatoire à partir de fin 2007 dans tous les services de radiothérapie de France.

Page 1 de 234