SharePoint
Aide
 

En situation d'urgence

Prise d’iode stable : Mettre fin aux idées reçues

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

La prise d’iode stable est l’une des trois mesures que peut prendre le préfet en cas d’accident nucléaire avec la mise à l’abri et à l’évacuation des populations. Le médicament va empêcher la thyroïde d'absorber l’iode radioactif rejeté dans l'environnement. Toutefois, il ne protège pas contre les autres éléments radioactifs comme le césium 134 ou 137.

 

L’iode stable protège de tous les dangers d’une exposition accidentelle à la radioactivité.

FAUX. L’administration de comprimés d’iode stable (ou iodure de potassium) protège la thyroïde de l’iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l’environnement en cas d’accident nucléaire. La thyroïde va absorber l’iode stable jusqu’à saturation, et ne pourra donc plus incorporer l’iode radioactif qui serait éventuellement respiré ou ingéré.

En revanche, la prise de comprimés d’iode stable ne protège pas contre les autres éléments radioactifs (comme le césium 134 ou le césium 137) potentiellement rejetés.

 

Des comprimés d’iode stable peuvent être pris en prévention, avant un voyage dans un territoire contaminé par exemple.

FAUX. Les comprimés d’iode stable doivent être administrés en situation accidentelle et uniquement sur instruction des autorités, au plus tôt une heure avant l’exposition à la radioactivité, et au plus tard dans les 6 à 12 heures qui suivent. Plus tôt, leur efficacité sera considérablement réduite. Plus tard, au-delà de 24h, leurs effets secondaires sont plus graves que les bénéfices attendus.

 

On peut se procurer des comprimés d’iode dans n’importe quelle pharmacie.

FAUX. L’iode n’est pas un médicament en vente libre. Pour faire face à un éventuel accident nucléaire, l’État dispose de réserves suffisantes pour couvrir l’ensemble de la population. Sa distribution, placée sous la responsabilité des préfets, est assurée à l’échelle des départements et des régions. En cas de rejet ou de nuage radioactif, certaines collectivités pourront ainsi faire le choix de mettre à disposition cet iode au niveau des pharmacies, ou bien des écoles, mairies ou d’autres lieux.

À noter que les personnes vivant dans un rayon de 10 km autour des centrales nucléaires sont invitées à retirer les comprimés d’iode en pharmacie lors de campagnes régulières de distribution ou lors de leur emménagement. Elles peuvent ainsi en disposer à leur domicile. Les entreprises, écoles et établissements recevant du public des zones concernées disposent également de stocks.

En cas d’accident, tous les moyens (télévision, radio, véhicules avec haut-parleur…) seront utilisés pour donner la consigne de prise d’iode, sous la responsabilité du préfet.

(Dernière mise à jour : Février 2014)

A lire également :