SharePoint
Aide
 

Comment mesure-t-on de très faibles concentrations de radioactivité ?

En tout point du globe et depuis toujours, l’atmosphère contient des particules radioactives naturelles. Elles naissent d’une part de l’interaction des rayonnements cosmiques avec les atomes présents dans notre atmosphère et, d’autre part, de l’émanation à partir de la croute terrestre de gaz radioactifs.

Ainsi, notre atmosphère contient divers éléments radioactifs : carbone 14, tritium, krypton 85, béryllium 7, sodium 22 et produits de la décroissance de l’uranium naturel (polonium 210, plomb 210, radon 221, radon 222, radon 224, etc.). On mesure quelques dizaine de becquerel par m3 d’air du fait de ces particules.

Mais cette mesure brute en becquerel ne renseigne pas sur l'origine des particules et ne permet pas de faire la différence entre les radionucléides naturels et artificiels. Pour faire cette distinction, il faut réaliser des mesures spécifiques. Pour cela, on aspire de grandes quantités d’air que l’on fait passer à travers un filtre, pour retenir les micro poussières (aérosols) sur lesquelles s’est fixée une fraction importante des particules radioactives.

Ces prélèvements nécessitent parfois plusieurs jours. Les filtres sont ensuite mesurés dans des conditions permettant de se protéger des rayonnements d’origine naturelle, avec des équipements qui permettent de distinguer quelles sortes de particules ont été retenues et leurs pourcentages respectifs.

Là encore, si la quantité est très faible, la mesure du filtre dure longtemps, parfois quelques jours, pour avoir une bonne précision. C’est pourquoi les résultats de la concentration des particules dans l’air ne peuvent être donnés qu’au bout de plusieurs jours.

Vous souhaitez qu'un nouveau thème soit traité dans notre FAQ ?

Faites-nous part de vos suggestions pour enrichir cette rubrique.

Envoyer