Le Conseil scientifique de l'IRSN

 

L'IRSN est doté d’un conseil scientifique dont les missions sont définies par le décret de création de l'Institut. Le conseil donne un avis sur les programmes de l'Institut, évalue leurs résultats et peut formuler toute recommandation sur l'orientation des activités de l'établissement. Ses avis ou recommandations sont transmis au conseil d'administration et aux ministres de tutelle.

 

Les sujets d’évaluation sont décidés par le Conseil scientifique en réunion plénière. Pour chaque sujet, le Conseil scientifique met en place une commission ad hoc, présidée par l’un de ses membres (sauf exceptions) et composée d’experts choisis parmi ses membres ou à l’extérieur si jugé nécessaire. Le Directeur scientifique désigne un coordinateur IRSN accompagnant le président de la commission et demande à l’unité évaluée de nommer un responsable.

 

Sous la responsabilité du Directeur scientifique, le coordinateur, avec a minima le président de la commission et le responsable, organise une réunion de cadrage destinée à définir les éléments contextuels (périmètre, questionnement, calendrier) et rappelle la composition de la commission. Ces éléments sont formalisés dans une note de cadrage qui constitue le cahier des charges de l’évaluation.

 

Après analyse d’un dossier mis à la disposition de la commission, une ou plusieurs réunions d’évaluation ont lieu à l’issue desquelles la commission d’évaluation soumet un projet de rapport d’évaluation au Conseil scientifique réuni en session plénière pour approbation. Ce rapport est ensuite présenté aux évalués au titre de leur droit de réponse pour observations éventuelles. Le rapport, éventuellement amendé, est finalement adopté par le Conseil scientifique.

 

L’unité évaluée communique alors au Directeur scientifique un plan d’actions en réponse aux recommandations exprimées dans le rapport. Ce plan d’actions est alors présenté au Conseil scientifique réuni en session plénière. Au bout de 18 à 24 mois, l’unité évaluée présente au Conseil scientifique un compte-rendu des actions d’amélioration entreprises.

Le conseil s'implique également dans les activités de l'Institut, notamment par sa participation aux commissions des thèses (audition des candidats), aux journées des thèses ou aux journées scientifiques.

 

Le Conseil peut aussi être consulté par le président du conseil d'administration ou par les ministres de tutelle sur toutes activités scientifiques et techniques dans les domaines de compétences de l'établissement. Son avis peut être sollicité sur toute question ou réalisation engageant l’IRSN.

 

Le Conseil scientifique se réunit deux fois par an en réunion plénière et peut également se réunir à sa convenance en formation plus restreinte (les commissions), éventuellement élargie à des experts extérieurs afin d'examiner plus précisément un thème ou un programme de recherche.

Il est composé de douze personnalités choisies en fonction de leur compétence scientifique ou technique, nommées pour cinq ans par arrêté conjoint des ministres de tutelle.

 

  • M. Michel Quintard, directeur de recherche à l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse. Président du conseil scientifique.
  • M. Bernard Sevestre, ingénieur général de l’armement, directeur adjoint au Commissariat à l’énergie atomique.
  • M. Pierre Laroche, médecin en chef des armées, chef de la division médicale du Service de protection radiologique des armées.
  • Mme Patsy-Ann Thomson, directrice de l’évaluation et de la protection de l’environnement à la Commission de sûreté nucléaire du Canada.
  • M. Philippe Ackerer, directeur adjoint de l’Institut de mécanique des fluides et des solides de Strasbourg.
  • M. Yves-Sébastien Cordoliani, médecin praticien, expert en radioprotection de l’Homme.
  • M. Dietrich Averbeck, responsable de la radioprotection de la section recherche de l’Institut Curie (directeur de recherche au CNRS).
  • M. George Yadigaroglu, professeur d’ingénierie nucléaire à l’Institut fédéral suisse de technologie.
  • M. André Pineau, professeur à l’École des mines de Paris.
  • M. Bernard Bonin, directeur scientifique adjoint de la direction de l’énergie nucléaire du Commissariat à l’énergie atomique.  
  • M. Denis Gambini, médecin praticien, chercheur au service central de médecine du travail à l’Hôtel-Dieu de Paris.
  • M. Jean-Claude André, directeur scientifique de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS).