SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

Avis commenté - Centrale nucléaire du Tricastin - Stabilité au séisme de niveau noyau dur de la « digue en gravier » du canal de Donzère Mondragon

 26/10/2021

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a expertisé le dossier de justification de la stabilité au séisme de niveau noyau dur de la « digue en gravier » du canal de Donzère Mondragon, dont la rupture pourrait conduire à une inondation de la centrale nucléaire du Tricastin.


avis-tricastin-digue-gravier.jpg
Le centre nucléaire de production d’électricité (CNPE) du Tricastin est situé à proximité immédiate du canal de Donzère Mondragon. Le niveau de la plateforme de cette installation étant situé à plusieurs mètres au-dessous du fil d’eau du canal, il existe un risque d’inondation du site en cas de dégradation, voire de rupture, de la digue située en rive droite de ce canal. 

À la suite de l’accident de la centrale de Fukushima Daiichi et des études complémentaires de sûreté réalisées par EDF, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a prescrit à EDF un ensemble de dispositions ayant pour objectif de renforcer la résistance des centrales nucléaires à des événements naturels extrêmes. L’ASN a notamment demandé à EDF d’étudier le niveau de robustesse au séisme des digues du canal de Donzère Mondragon et des autres ouvrages de protection du CNPE du Tricastin contre l’inondation. Ce niveau de robustesse est jugé satisfaisant si les ouvrages conservent leur fonction de protection contre l’inondation à l’issue d’un séisme extrême, de niveau noyau dur (SND). 


EDF a réalisé des reconnaissances géotechniques, puis une étude de la stabilité sismique de l’ensemble des digues concernées qui a mis en évidence un défaut de robustesse d’un tronçon d’une longueur d’environ 500 m situé en limite nord du CNPE du Tricastin, appelé « digue en gravier ». EDF a tout d’abord réalisé un confortement provisoire permettant d’assurer la stabilité de l’ouvrage en cas de séisme retenu pour le dimensionnement de l’installation, puis il a défini un confortement pérenne devant assurer la stabilité de cet ouvrage en cas de SND.

À l’issue de son expertise, l'IRSN estime que le confortement pérenne de la « digue en gravier » proposé par EDF permet de garantir l’absence de brèche dans cet ouvrage, donc de protéger le CNPE du Tricastin d’une inondation en cas de séisme de niveau noyau dur. 
De plus, l’IRSN estime que le dispositif d’auscultation et les programmes de surveillance présentés par EDF pour l’ensemble des digues en rive droite du canal de Donzère Mondragon constituant les ouvrages de protection du CNPE du Tricastin contre l’inondation sont de nature à garantir le bon comportement dans le temps de ces ouvrages. 



En savoir plus : 


En direct sur twitter
18/01/2022 - 17:09 @IRSNFrance L’eau transporte des éléments #radioactifs naturels mais aussi artificiels : rejets des centrales, retombées des e… https://t.co/zF8hkndkLu
18/01/2022 - 11:35 @IRSNFrance L’IRSN publie de nouveaux avis rendus à l’@ASN en décembre 2021, concernant notamment @EDF, @OranoTricastin,… https://t.co/vYvpgyXKAV
18/01/2022 - 11:02 @suretenucleaire RT @IRSNFrance: Devenir chercheur c’est aussi savoir présenter ses #recherches à l’oral, de manière claire et concise, par exemple en… 180…
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances