SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

Bilan 2020 des expositions professionnelles aux rayonnements ionisants en France : Baisse de la dose moyenne d’environ 35 % par rapport à 2019 liée principalement à la baisse d’activité de la maintenance nucléaire et du trafic aérien

 22/09/2021

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Ce bilan 2020 est décliné, comme l’an passé, dans une version numérique et interactive : expro.irsn.fr qui facilite l’observation temporelle des données et permet leur téléchargement pour une réutilisation personnalisée. Cette nouvelle présentation permet d’accroître le potentiel de valorisation des données et de remplir plus largement la mission d’information de l’IRSN aussi bien auprès des experts que du grand public.

 

Télécharger le rapport – Bilan 2020 de l’exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France (PDF, 11,2 Mo) 

Télécharger l'infographie avec les chiffres-clés à retenir (PDF, 0,48 Mo)

 

​​​

Principaux constats


387 452 ​travailleurs suivi​s en 2020 dans le cadre d’activités professionnelles les exposant à des sources artificielles ou naturelles de rayonnements ionisants, un effectif en baisse de 1,9 % par ​rapport à 2019


En 2020, 387 452 travailleurs ont été suivis pour leur exposition aux rayonnements ionisants du fait de leur activité: 364 614 travailleurs dans des activités civiles du domaine nucléaire, de l’industrie, de la recherche et du médical ou dans des installations et activités intéressant la défense, et 22 838 travailleurs suivis pour une exposition à la radioactivité naturelle. Comme les années précédentes, c’est dans le domaine médical (59 %) et dans le domaine nucléaire (22 %) que les effectifs se trouvent principalement. 


Une dose collective[1]​ et une dose individuelle moyenne en baisse de 35 % 


La dose collective pour l’ensemble des travailleurs suivis s’établit en 2020 à 72,5 H.Sv, soit 35 % de moins par rapport à 2019. Cette diminution concerne tous les domaines d’activité, mais est principalement liée au report de certains travaux de maintenance dans l’industrie nucléaire et à la diminution des doses reçues par le personnel navigant exposé au rayonnement cosmique, du fait de la baisse du trafic aérien, en lien avec la situation sanitaire due à la COVID-19. 


En 2020, la dose individuelle moyenne de 0,78 mSv est en baisse de 35% par rapport à 2019 (1,20 mSv) pour des raisons similaires. Plus de 94 % des travailleurs suivis ont reçu une dose annuelle inférieure à 1 mSv[2]​. Des dépassements de la limite annuelle réglementaire de 20 mSv ont été enregistrés pour sept travailleurs (contre cinq en 2019). 


Des doses individuelles moyennes variables selon les domaines d’activité


La dose individuelle moyenne la plus élevée est celle des travailleurs du nucléaire (1,20 mSv,). On retrouve ensuite les travailleurs exposés à la radioactivité naturelle qui sont à plus de 98 % des personnels navigants soumis au rayonnement cosmique puis ceux de l’industrie non nucléaire  qui ont reçu respectivement des doses individuelles moyennes de 1,03 mSv et 0,93 mSv. Enfin, le domaine médical et vétérinaire et le domaine de la recherche  présentent les doses annuelles individuelles moyennes les plus faibles, inférieures ou égales à 0,25 mSv. 


Une exposition interne limitée


En 2020, 197 485 analyses ont été réalisées en routine pour le suivi de l’exposition interne et le nombre de cas avérés de contamination interne reste faible : un seul travailleur a eu une dose efficace engagée supérieure ou égale à 20 mSv (cette dose engagée fait partie des cas précités de dépassements de la limite annuelle réglementaire de 20 mSv).



Focus thématiques


Comme chaque année, des focus sur des thèmes porteurs d’enjeux viennent compléter le rapport. 


Le suivi rétrospectif de l’exposition des 50 travailleurs les plus exposés en 2020 ​


Les 50 travailleurs les plus exposés en 2020 appartiennent majoritairement au domaine nucléaire (notamment au secteur de la logistique et de la maintenance) et au domaine des activités médicales et vétérinaires (notamment au secteur du radiodiagnostic). L’analyse de l’exposition de ces travailleurs sur les années 2015 à 2019 montre que, dans le domaine médical, la forte exposition observée en 2020 est plutôt circonstancielle alors que dans le domaine nucléaire les travailleurs les plus exposés en 2020 avaient déjà reçu des doses individuelles moyennes importantes au cours des années précédentes.


Exposition du cristallin de l’œil des travailleurs dans le domaine médical


Cette étude ciblée fait suite au décret n° 2018-437 du 4 juin 2018 qui a introduit un abaissement de la limite réglementaire d’exposition du cristallin sur 12 mois, pour prévenir le risque de cataracte radio-induite. Dans le secteur de la radiologie interventionnelle, il ressort  de cette étude que :

1. les doses au cristallin sont largement supérieures à celles du corps entier, justifiant l’intérêt de ce suivi dosimétrique spécifique du cristallin ;

2. l’absence de corrélation avec la dose corps entier montre qu’il n’est pas possible d’envisager une extrapolation pour apprécier l’exposition du cristallin ;

3. les métiers de médecin et radiologue apparaissent comme les plus exposés.


Exposition des travailleurs du secteur du démantèlement


A la suite du bilan 2019, cette édition présente une mise à jour des résultats du suivi de l’exposition externe et de l’exposition interne enregistrés pour les travailleurs identifiés comme étant intervenus sur l’un des trois sites en démantèlement suivants : les installations nucléaires de base (INB) n°165 et n°166 du CEA de Fontenay-aux-Roses, la centrale nucléaire EDF de Chooz A et les ateliers rattachés à l’usine UP2-400 du site ORANO de La Hague. L’ensemble des travailleurs de ces trois sites présentent des expositions externes qui restent globalement faibles. Le risque prépondérant dans l’activité de démantèlement, par rapport aux autres activités du secteur nucléaire, se confirme être la contamination interne, puisqu’en 2020, les résultats du suivi de l’exposition interne continuent à être positifs pour 8 % des travailleurs ayant fait l’objet de ce suivi, contre 0,5 % tous secteurs confondus du domaine nucléaire.


Exposition des travailleurs prestataires du nucléaire


Les prestataires du nucléaire réalisent une part très importante des opérations de maintenance des installations nucléaires, au plus près de la radioactivité. L’étude ciblée les concernant a également fait l’objet d’une mise à jour. L’activité de prestation, qui représente, comme les années antérieures, environ un tiers des effectifs du domaine nucléaire et plus des deux tiers de la dose collective de ce dernier, présente une dose individuelle moyenne en baisse par rapport à 2019 (1,6 mSv versus 1,9 mSv), mais reste la plus élevée du domaine après celle du secteur de la fabrication du combustible. Cette baisse est attribuée au report de certaines des interventions de maintenance réalisées par ces prestataires du fait de la crise sanitaire en lien avec la COVID-19. Concernant le suivi de l’exposition interne, les résultats des analyses individuelles restent positifs pour moins de 1 % des travailleurs avec des doses associées toujours faibles.


Exposition des travailleurs dans le secteur de la production et du conditionnement des radio-isotopes dans les cyclotrons 


Le rapport présente les résultats d’une étude spécifique sur l’exposition des travailleurs du secteur de la production et du conditionnement des radio-isotopes en fonction du type de cyclotrons utilisé et des métiers exercés. Ces résultats montrent que les travailleurs exerçant leurs activités dans les cyclotrons de production pour les applications médicales sont globalement plus exposés que les autres travailleurs du domaine de l’industrie non nucléaire. L’IRSN relève aussi que le métier le plus exposé est celui d’intervenant en maintenance des appareils émetteurs de rayonnements ionisants exerçant dans les cyclotrons.


Exposition des personnels navigants 


Une étude rétrospective des données issues des bases SISERI et SievertPN a permis d’analyser l’influence des conditions de vols (nombre d’heures, destination, type d’avion …) sur l’exposition des personnels navigants civils, sachant que ces derniers font partie des catégories professionnelles parmi les plus exposées tous secteurs d’activité confondus. Il en ressort que :

1. A l’exception de 2020,  marquée par la décroissance du trafic aérien due à la COVID-19, la dose individuelle moyenne des personnels navigants a augmenté sur la période 2015-2019 ;

2. la majorité des personnels navigants techniques ayant reçu une dose supérieure à 5 mSv sont pilotes sur des avions gros porteurs long-courriers ;

3. la majorité les personnels navigants commerciaux ayant reçu une dose supérieure à 5 mSv sont stewards sur des vols longs courriers ;

4. le type de vol et la rotation des personnels entre moyen et long-courriers sont les principaux facteurs qui influencent l’exposition.


Exposition des travailleurs au radon


Cette étude fait suite au décret n° 2018-437 du 4 juin 2018 qui a élargi son champ d’application à la prévention du risque radon dans tous les lieux de travail en sous-sol et rez-de-chaussée, et dans certains lieux de travail spécifiques (arrêté à paraître en 2021). L’analyse des données disponibles ne permet pas de réaliser un bilan exhaustif de cette exposition mais montre que, pour les travailleurs exposés au radon, des disparités existent suivant le secteur d’activité mais que leurs expositions restent globalement faibles sur ces cinq dernières années

Ce bilan 2020 est décliné, comme l’an passé, dans une version numérique et interactive : expro.irsn.fr qui facilite l’observation temporelle des données et permet leur téléchargement pour une réutilisation personnalisée. Cette nouvelle présentation permet d’accroître le potentiel de valorisation des données et de remplir plus largement la mission d’information de l’IRSN aussi bien auprès des experts que du grand public.

 

Télécharger le rapport – Bilan 2020 de l’exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France (PDF, 11,2 Mo) 

Télécharger l'infographie avec les chiffres-clés à retenir (PDF, 0,48 Mo)

 


[1] La dose collective d’un groupe de personnes est la somme des doses individuelles reçues par ces personnes. A titre d’exemple, la dose collective de 1 000 personnes ayant reçu chacune 1 mSv est égale à 1000 homme.mSv soit 1 homme.Sv (H.Sv)

​[2] Les valeurs de 1 mSv et de 5 mSv sont des valeurs repères : 1 mSv est la limite réglementaire​ de dose pour le public et 5 mSv est le quart de la limite réglementaire de dose pour les travailleurs, qui constitue un seuil d’obligation de déclaration à l’Autorité de Sûreté Nucléaire

En direct sur twitter
06/12/2021 - 16:29 @radioprotection RT @IRSNFrance: [#santé] On vous parle souvent de « rayonnements ionisants », mais que sont-ils réellement ? Quels sont les effets d’une ex…
06/12/2021 - 15:47 @IRSNFrance [#santé] On vous parle souvent de « rayonnements ionisants », mais que sont-ils réellement ? Quels sont les effets… https://t.co/uR4BnFG7Sr
06/12/2021 - 10:38 @radioprotection RT @OpenRadiation: 📣Lundi 17 Janvier 2022, c'est la journée, en ligne, de la communauté OpenRadiation. Au programme, partage d'initiatives…
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances