SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Toutes les actualités

Arrêt automatique du réacteur nucléaire suédois Forsmark 1

 04/08/2006

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

 

Le 25 juillet 2008, le réacteur nucléaire suédois de Forsmark 1 s’est arrêté automatiquement à la suite d’un court-circuit privant la centrale de son alimentation électrique externe. Une anomalie sur un système d’alimentation électrique (onduleur /redresseur) a empêché, durant cet incident, le démarrage de deux des quatre des groupes électrogènes de secours chargés de prendre le relais de l’alimentation électrique externe et conduit à la mise en service des systèmes de sauvegarde du réacteur. Les groupes électrogènes défaillants ont pu être redémarrés manuellement 23 minutes plus tard. Le réacteur est aujourd’hui à l’arrêt, aucune conséquence sur l’environnement n’est à déplorer.


L’autorité de sûreté suédoise SKI a diligenté une inspection sur place et a conclu, en première analyse, que les opérateurs avaient géré correctement l’incident.
Les causes exactes de l’incident ne sont pas encore totalement établies. Il pourrait s’agir d’un défaut de conception d’un ensemble onduleur/redresseur, déjà apparu en Allemagne. SKI a conclu que le défaut sur ce système était un défaut de mode commun* et a classé l’incident au niveau 2 sur l’échelle INES.


Dans l’attente des conclusions des investigations en cours, l’autorité de sûreté suédoise a décidé de mettre à l’arrêt les réacteurs suédois de conception identique et d’informer les autorités finlandaises qui exploitent sur leur territoire, un réacteur comportant le même type d’onduleur/redresseur.


Le réacteur de Forsmark 1 est un réacteur à eau bouillante, différent des réacteurs à eau sous pression installés en France. En outre, les systèmes onduleur/redresseur installés sur les réacteurs français sont de fabrication différente.


Il y a, en Suède, 10 centrales nucléaires de production d’électricité, réparties sur 3 sites : 3 à Forsmark, 3 à Oskarshamn et 4 à Ringhals. 7 sont des réacteurs à eau bouillante et 3 (à Ringhals) sont des réacteurs à eau sous pression. Ces 10 réacteurs produisent environ 50% de l’énergie électrique du pays.


L’IRSN examine cet incident avec attention et en réalisera une analyse approfondie en relation notamment avec SKI, dès que des informations plus détaillées seront disponibles. Il en tirera tous les enseignements possibles pour les installations françaises.


*défaut pouvant se produire simultanément sur des matériels redondants

Avis et rapports
Avis aux autorités 21/11/2019 Nouveaux avis de l'IRSN à l'ASN d'Octobre 2019
Avis aux autorités 04/11/2019 Avis de l'IRSN à l'ASN d'Octobre 2019
Consulter tous les avis et rapports
En direct sur twitter
21/11/2019 - 13:55 @IRSNFrance Professor Chen, Vice-President of 🇸🇬 SNRSI / @NUSingapore and Jean-Christophe Niel, CEO of IRSN today renewed their… https://t.co/gyJnG8M8cY
21/11/2019 - 13:53 @IRSNFrance Le Professeur Chen, vice-président du 🇸🇬 SNRSI / @NUSingapore et Jean-Christophe Niel, directeur général de l'IRSN… https://t.co/BFZLO1yEhd
21/11/2019 - 08:44 @IRSNFrance RT @FranceinSG: 🇨🇵 @IRSNFrance and 🇸🇬 @NUSingapore's Singapore Nuclear Research and Safety Initiative (SNRSI) renewed today their MoU to de…
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances