01

Recherche

Source de connaissances nouvelles, la recherche constitue pour l’IRSN l’irremplaçable fondement scientifique et technique d’une expertise fiable et indépendante.

Par essence finalisée, cette recherche vise à apporter des réponses aux questionnements soulevés aujourd’hui par les experts de l’IRSN, dans le cadre de l’analyse de sûreté des installations nucléaires, de la surveillance radiologique de l’environnement ou de leur action au service de la protection du public contre les rayonnements ionisants. Finalisée, mais parfois fondamentale, elle investigue des domaines d’un intérêt non-immédiat pour l’expertise, mais dont l’étude est nécessaire pour être, le moment venu, en capacité d’évaluer, du point de vue de la sûreté nucléaire et de la radioprotection, les nouvelles technologies et organisations développées par les industriels.

La recherche conduite par l’Institut se définit par son caractère partenarial, comme en témoigne la multiplicité des  collaborations bilatérales et multilatérales signées aussi bien au plan national avec le monde académique et industriel qu’en Europe et à l’international, tant au sein du réseau ETSON des organismes techniques de sûreté européens – dans le cadre notamment du programme H2020 – que d’organismes comme l’Agence pour l’énergie nucléaire de l’OCDE (AEN) ou l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). En France, l’année 2020 aura vu à cet égard le renouvellement de l’accord-cadre en vigueur avec le Centre national de la recherche scientifique et la mise en chantier d’une feuille de route structurant les collaborations avec cinq de ses instituts ainsi que celui de l’accord quadripartite qui préfigure pour les années à venir les relations de l’Institut avec le CEA, EDF et Framatome en matière de recherche liée à la sûreté nucléaire et à la radioprotection. À l’international, la réaccréditation de l’IRSN par l’IAEA en tant que Centre international s’appuyant sur des réacteurs de recherche (ICERR) en est également une illustration.

Si la crise sanitaire a pesé l’an passé sur la conduite de certains projets de recherche en limitant l’accès aux installations expérimentales, elle n’a pas empêché la poursuite d’activités importantes pour l’Institut, comme le programme doctoral. Ainsi, malgré l’impossibilité d’accéder à leurs laboratoires pendant toute la durée du premier confinement, la centaine de doctorants et de post-doctorants du programme de formation par la recherche de l’IRSN a pu, grâce notamment à la forte implication de leurs encadrants et collègues, poursuivre ses travaux pendant l’année 2020. De même, la réflexion menée au sujet du potentiel de valorisation des plateformes de l’IRSN auprès de partenaires externes a progressé au cours de l’année. À cet égard, le conseil d’administration a validé le programme de déploiement d’outils de cartographie, de présentation interactive et de gestion opérationnelle des plateformes destinés à faire émerger, dans l’esprit du COP 2019-2023, des projets d’utilisation de celles-ci par des acteurs industriels. Avec pour objectif de conforter la position de l’IRSN dans le paysage de la recherche en sûreté nucléaire et en radioprotection, cette démarche de valorisation est également appelée à s’élargir aux partenaires académiques, comme en témoigne la signature d’un partenariat entre l’IRSN et le laboratoire des Géosciences Paris-Sud (GEOPS) de l’université Paris-Saclay autour de la mutualisation d’utilisation d’équipements et du partage des savoirs et savoir-faire.

Chiffres clés

Chiffre clé

39,2 %

du budget consacrés
à la recherche

Chiffre clé

20

thèses
soutenues

Chiffre clé

151

communications
scientifiques dans des congrés

Brèves

Renouvellement, au mois de novembre, de l'accord-cadre qui lie l’IRSN au CNRS

Il constitue une étape importante dans la structuration tant des partenariats scientifiques de l’Institut que de ses relations avec le monde académique. Il pose pour les cinq années à venir les bases d’une collaboration renforcée entre les deux organismes sur les grands enjeux scientifiques liés à la sûreté nucléaire et à la radioprotection. Dans cet esprit, le comité de coordination mis en place se consacrera, au cours des prochains mois, à l’élaboration d’une feuille de route qui définira l’ambition scientifique partagée à mettre en œuvre sur la durée de l’accord.

L’IRSN présent dans 14 projets sélectionnés par la Commission européenne dans le cadre de son 4e appel à propositions H2020

Dans le domaine de la sûreté nucléaire, ils concernent notamment les problématiques de vieillissement des structures et équipements – notamment celui des matériaux métalliques qui les constituent –, le démantèlement des installations, les études probabilistes sur le risque sismique ou la gestion du risque d’explosion hydrogène en situation accidentelle. Dans celui de la radioprotection, ils portent sur les risques liés à l’exposition au radon ainsi qu’aux matières radioactives naturelles (NORM) et sur la préparation d’un agenda stratégique concernant les applications médicales des rayonnements ionisants.

ETSON AWARD

Attribution, début novembre, de l’ETSON AWARD à une équipe composée de chercheurs du CEA, du CNRS et de l’IRSN pour leur contribution à l’étude du comportement des poussières tritiées dans les réacteurs de fusion comme ITER ou le tokamak de Cadarache. Ce prix remis à Samuel Peillon de l’IRSN récompense la meilleure contribution produite conjointement par une équipe de jeunes ingénieurs issus de différents organismes techniques de sûreté nucléaire et de membres d’EUROSAFE.

Mise en place d'une collaboration scientifique entre l’IRSN et l'université de Tokyo pour l'étude de la dispersion des aérosols

Dans le contexte de la préparation du retrait du corium des réacteurs de la centrale de Fukushima-Daiichi, l’objectif de cette collaboration est d’améliorer les connaissances relatives aux interactions entre gouttes et aérosols solides dans une optique de mitigation de la dispersion de ces derniers au cours des opérations de découpe du corium. Conclue pour une durée de cinq ans, cette collaboration a déjà conduit à la réalisation d’une dizaine d’essais de collecte d’aérosols par des brouillards d’eau dans l’installation TOSQAN de l’IRSN.

Articles