SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Analyse du risque radio-induit de décès par cancer dans la cohorte des personnels médicaux exposés aux RI

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil : Laboratoire d'épidémiologie des rayonnements ionisants (LEPID)

Date de début de thèse : octobre 2020

Nom du doctorant : Julie LOPES


Sujet de thèse


Les études sur des expositions professionnelles aux rayonnements ionisants (RI) permettent d’étudier des expositions chroniques et à faibles doses qui représentent les modes d’exposition les plus fréquents de la population générale. Les études récentes portant sur les expositions chroniques des travailleurs du nucléaire ont montré des augmentations de risque pour les leucémies (Leuraud et al., 2015) et les tumeurs solides (Richardson et al., 2015). Actuellement, les professionnels médicaux représentent la majorité des travailleurs exposés aux RI, soit environ 54 % de la population exposée, leur exposition moyenne est relativement faible, de l’ordre de 0,22 mSv par an (rapport IRSN 2015). Cependant, il apparait que certains professionnels sont beaucoup plus exposés, comme les cardiologues interventionnels ou les professionnels des services de médecine nucléaire (Villoing et al., 2017). Plusieurs publications ont mis en évidences des risques accrus de cataracte chez ces professionnels (Jacobs et al., 2013, Bernier et al., 2017) ainsi que la survenue de plusieurs cas de tumeurs cérébrales chez des cardiologues interventionnels (Roguin et al., 2013). Mais le lien avec la pratiques de procédures de cardiologie interventionnelle n’a pas été démontrée (Linet et al., 2017). L’IRSN a mis en place une cohorte de professionnels médicaux exposés aux RI, la cohorte ORICAMS (pour Occupational Radiation-Induced Cancer in Medical Staff), qui inclut 220 000 travailleurs suivis entre 2002 et 2013 dans SISERI, le registre national de surveillance de l’exposition des travailleurs aux RI.


L’objectif général de cette thèse est d’étudier la mortalité dans la cohorte ORICAMS par rapport à celle de la population générale, que ce soit pour des pathologies cancéreuses ou non cancéreuses.

Une analyse portera sur le risque de décès par cancer du cerveau, avec quantification de la relation dose-réponse et évaluation de l’existence de facteurs modifiants éventuels (âge à l’exposition, sexe, facteurs de prédisposition...) par le biais d’une étude cas-témoin nichée dans la cohorte. L’analyse de la relation dose-réponse bénéficiera d’une reconstruction dosimétrique individuelle pour les cas et les témoins. L’objectif du troisième axe de recherche portera sur la prise en compte explicite des incertitudes dosimétriques (doses en dessous des seuils de détection des dosimètres, données manquantes) et l’impact de ces incertitudes sur l’estimation du risque.


La finalité de ce travail sera d’améliorer la connaissance des risques sanitaires radio-induits des professionnels médicaux exposées aux RI et, in fine, les normes de radioprotection pour cette population de travailleurs.