SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Programme de recherche

Le projet RadoNorm

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Dernière mise à jour Mars 2021

Le projet RadoNorm (Towards effective radiation protection based on improved scientific evidence and social considerations - focus on radon and NORM) lancé en septembre 2020 pour une durée de 5 ans vise à améliorer la protection de la population face à l'exposition au radon et aux matériaux contenant naturellement des éléments radioactifs, appelés NORM.


Ce projet, piloté par l'Office fédéral de Radioprotection allemand (BfS), est financé par la commission européenne dans le cadre de l'appel à projet Horizon 2020 et regroupe 56 partenaires issus de 22 pays.


 

Contexte du projet


Les NORM (pour « natural occurring radioactive materials ») sont des matériaux présentant un niveau accru de radioactivité naturelle et utilisés ou rejetés par diverses activités industrielles, comme le BTP, les extractions minières, la production de pétrole, de gaz et d'énergie géothermique, les productions métallurgiques, et bien d'autre. Ces matériaux présentent parfois de hauts niveaux de radium qui, lors de sa désintégration, produit du radon.


Le radon est un gaz radioactif dense, présent naturellement dans l'air, le sol et l'eau. Dans l'air, le radon se dilue rapidement et sa concentration reste faible : le plus souvent inférieure à une dizaine de Bq/m³. Cependant, dans les lieux confinés, comme les exploitations souterraines ou les bâtiments en général, il peut s'accumuler et atteindre des concentrations élevées atteignant parfois plusieurs milliers de Bq/m³. Importante source d'exposition aux rayonnements ionisants, le radon est, selon l'Organisation Mondiale de la Santé, l'une des principales causes du cancer pulmonaire, après le tabagisme. Sur les 30 000 décès constatés chaque année en France, environ 3 000 lui seraient attribuables (soit 10% des décès par cancer du poumon). 


Le projet RadoNorm vise à améliorer les connaissances générales sur les effets des faibles doses de rayonnements naturels et à promouvoir des mesures pour diminuer les risques sanitaires liés.

Le projet accordera également une attention particulière à l'aspect sociétal et à la sensibilisation du public sur le comportement à adopter face au risque d'exposition au radon.

 

Axe de recherches


Le projet est organisé en 8 Work-Packages (WP). Trois d'entre eux sont transverses, dédiés à la coordination du projet (WP1), au recrutement et à la formation par la recherche de doctorants (WP7) et à la diffusion des résultats aux parties prenantes et au grand public (WP8). Les autres sont détaillés ci-dessous :

 

WP 2 : Caractérisation détaillée de l'exposition au radon et aux NORM


Ce WP vise à fournir une meilleure caractérisation des expositions des populations et de l'environnement au radon et aux NORM.


Il s'intéressera à identifier les mécanismes géochimiques et biologiques impliqués dans la dispersion et le transfert du radon et des éléments naturellement radioactifs depuis le sol jusqu'aux êtres vivants et développera des modèles prédictifs du transport du radon et des NORM selon différentes échelles spatiales (locale, aux alentours des sites contaminés jusqu'à l'échelle européenne).


Par ailleurs cet axe vise à améliorer les techniques de mesure de la concentration du radon et de ses descendants au sein des bâtiments notamment afin d'appréhender tous les scénarios d'exposition possible.

 

WP 3 : Optimisation de la dosimétrie


Ce WP vise à identifier la dose due au radon pour des sous-populations spécifiques potentiellement plus sensibles à l'exposition au radon que le grand public.

Par exemple, comment prendre en compte le tabagisme qui modifie la physiologie pulmonaire et donc la dose déposée au poumon ? Un autre exemple concerne le fœtus et les jeunes enfants : comment évaluer la dose en prenant en compte les conditions physiologiques liées à l'âge et au transfert entre la mère et le fœtus.

Ce WP s'intéresse aussi à préciser les incertitudes dosimétriques qui dépendent des paramètres choisis pour décrire les processus physiques et biologiques.

Enfin, le WP réalise des calculs de dose à l'échelle cellulaire et en prenant en compte  l'hétérogénéité du dépôt d'énergie afin de mieux décrire les effets biologiques locaux.


Les objectifs poursuivis sont d'intérêt en radioprotection (exposition des enfants) et fourniront aussi de précieuses données pour les études épidémiologiques du WP4. 

    

WP 4 : Évaluation des effets biologiques et sanitaires du radon et des NORM pour l'homme et l'environnement


S'il est bien connu que le radon augmente le risque de cancer du poumon, des questions se posent pour d'autres maladies, comme les leucémies par exemple ou les maladies cérébro-vasculaires. 

De plus, les mécanismes mis en œuvre dans la carcinogenèse pulmonaire causée par le radon, seul ou en combinaison avec d'autres stresseurs comme le tabac ou certains polluants chimiques présents dans l'environnement,  sont mal connus à l'heure actuelle.


Le WP4 permettra d'améliorer la connaissance des effets du radon et des NORM sur la santé des adultes et des enfants et à mettre en évidence les mécanismes d'action des expositions combinées du radon ou des NORM et de contaminants environnementaux sur la santé humaine. Pour cela, il s'appuiera notamment sur les données obtenues par le volet dosimétrique du programme (WP3).


WP 5 : Amélioration des mesures techniques visant à réduire l'exposition au radon et aux NORM


Le principal objectif de ce WP est d'améliorer et d'optimiser la protection radiologique des travailleurs, de la population et de l'environnement contre les effets nocifs des rayonnements ionisants causés par la présence de radionucléides naturels dans les environnements naturels et professionnels.


Sur la base des connaissances acquises en matière d'exposition aux rayonnements ionisants engendrés par des radionucléides naturels (et notamment de ceux du WP2), le WP 5 du projet étudiera les réponses opérationnelles à apporter pour réduire ces expositions comme l'optimisation des systèmes de ventilation ou l'utilisation de matériaux de construction résistants au radon.

Enfin le projet proposera des stratégies de traitement des déchets industriels contenant une forte concentration en NORM.


WP 6 : Intégration des aspects sociaux et sociétaux dans les recommandations scientifiques et la communication des risques


L'amélioration de la protection contre les effets délétères des rayonnements ionisants d'origine naturelle repose en partie sur la diffusion des connaissances, aux parties prenantes et au grand public. Afin de sensibiliser le public aux problématiques liées au radon, le projet RadoNorm développera des outils, des stratégies et des méthodes visant à sensibiliser et à impliquer la société civile, afin que les citoyens concernés  par des situations d'exposition au radon et aux NORM, soient pleinement acteurs de la maîtrise du risque.


Parmi ces outils, le WP6 mettra au point un programme de science participative déployé dans des territoires exposés au radon visant à soutenir une campagne de sensibilisation sur la gestion du risque radon et à favoriser la coopération entre la population, les acteurs locaux et les institutions.


En étudiant la représentation du risque par les citoyens concernés et en les associant dans les opérations de remédiation de l'exposition, le projet RadoNorm fournira aux décideurs politiques des recommandations sur les mesures applicables pour réduire l'exposition de la population et des travailleurs au radon et aux NORM.


Caractéristiques

Dates : 2020-2025

Budget : 22 millions d'euros

Site internet : https://www.radonorm.eu/

Partenaires

Allemagne :

  • Bundesamt Fuer Strahlenschutz (pilote)
  • Karlsruher Institut Fuer Technologie
  • Physikalisch-Technische Bundesanstalt
  • Helmholtz-Zentrum Dresden-Rossendorf Ev
  • Ludwig-Maximilians-Universitaet Muenchen
  • Gsi Helmholtzzentrum Fuer Schwerionenforschung Gmbh

France :

  • Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire
  • Centre Scientifique et Technique du Bâtiment
  • Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives
  • Centre d’Etude sur l’Evaluation de la Protection dans le Domaine Nucléaire
  • Institut National de la Sante et de la Recherche Médicale
  • Université de Paris
  • Institut Gustave Roussy
  • Centre National de la Recherche Scientifique

Finlande :

  • Sateilyturvakeskus
  • Helsingin Yliopisto
  • Ita-Suomen Yliopisto
  • Tampereen Korkeakoulusaatio Sr

Tchéquie :

  • Statni Ustav Radiacni Ochrany V.V.I.
  • Ceske Vysoke Uceni Technicke V Praze
  • Statni Ustav Jaderne, Chemicke A Biologicke Ochrany Vvi

Belgique :

  • Centre d’Etude de l’Energie Nucleaire
  • Universiteit Antwerpen
  • Universiteit Hasselt
  • European Organisation for Research and Treatment of Cancer Aisbl

Suède :

  • Stockholms Universitet
  • Stralsakerhetsmyndigheten

Slovaquie

  • Univerzita Mateja Bela V Banskej Bystrici

Irelande :

  • Environmental Protection Agency Of Ireland
  • He Provost, Fellows, Foundation Scholars & The Other Members of Board of the College of the Holy & Undivided Trinity Of Queen Elizabeth near Dublin

Espagne :

  • Merience Scp
  • Universidad de Granada
  • Centro de Investigaciones Energeticas, Medioambientales y Tecnologicas-Ciemat
  • Universitat de Barcelona
  • Consorci Institut d’Investigacions Biomediques August Pi I Sunyer

Autriche :

  • Osterreichische Agentur fur Gesundheit Und Ernahrungssicherheit Gmbh

Ukraine :

  • Private Joint Stock Company Radiation Protection Institute of the Academy of Technological Sciences of Ukraine

Pays-Bas :

  • Rijksinstituut Voor Volksgezondheid En Milieu
  • Academisch Ziekenhuis Leiden

Danemark :

  • Kraeftens Bekaempelse

Portugal :

  • Universidade De Aveiro
  • Universidade Do Porto
  • Associacao Do Instituto Superior Tecnico Para A Investigacao E Desenvolvimento

Royaume-Uni :

  • Department of Health
  • The Chancellor Masters And Scholarsof The University Of Cambridge

Suisse :

  • Haute Ecole Specialisee De Suisse Occidentale
  • Universitaet Bern

Italie :

  • Istituto Superiore Di Sanita

Pologne :

  • Glowny Instytut Gornictwa

Slovénie :

  • Elektroinstitut Milan Vidmar

Hongrie :

  • Energiatudomanyi Kutatokozpont

Roumanie :

  • Institutul National De Sanatate Publica

Norvège :

  • Direktoratet For Stralevern Og Atomsikkerhet
  • Folkehelseinstituttet
  • Norges Miljo-Og Biovitenskaplige Universitet

Laboratoires et services IRSN impliqués

Contacts