SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

 

Etudes probabilistes de sûreté.

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Objectifs :

Les études probabilistes de sûreté entreprises par l’IRSN s’appliquent principalement aux réacteurs à eau sous pression (REP). Elles ont pour objectif de contribuer à l’appréciation des risques liés à ce type de réacteur (qui constitue l’essentiel des tranches du parc d’Electricité De France), pour les populations avoisinantes et l’environnement. La méthode consiste à analyser de façon exhaustive tous les scénarios accidentels envisageables, d’estimer, souvent en les regroupant par famille, leur probabilité d’occurrence et les conséquences associées à l’intérieur de l’installation (fusion du cœur) ou à l’extérieur (rejets radioactifs dans l’environnement). Les études probabilistes dites « de niveau 1 » s’intéressent aux conséquences en termes de fusion du cœur du réacteur ; les études probabilistes dites « de niveau 2 » se préoccupent des rejets radioactifs à l’extérieur de l’installation ; les études probabilistes dites « de niveau 3 » évaluent leurs conséquences pour les populations avoisinantes et dans l’environnement.

Description des objectifs :

Les études probabilistes de sûreté demandent notamment pour leur réalisation : - d’établir les possibilités de défaillance des systèmes qui assurent en situation accidentelle le maintien à l’état sûr du réacteur, - d’élaborer, en fonction des probabilités estimées des défaillances des systèmes, des scénarios d’accident , sous la forme d’arbres d’événements, - de réaliser des études physiques de comportement du réacteur pour les différentes familles de scénarios envisagées, - de prendre en compte les actions décrites dans les procédures de conduite en y intégrant en particulier les actions humaines et leur possibilité d’erreur, - de déterminer les rejets radioactifs dans l’environnement compte tenu de l’état du confinement du réacteur pour un scénario donné (et sa probabilité associée). La complexité de ces études provient du nombre de données à acquérir (et de leurs incertitudes associées) et de scénarios à traiter, ce qui oblige à faire des choix simplificateurs afin de pouvoir mener ces études jusqu’à leur terme. Aussi, s’il n’est pas certain que ces études puissent fournir de manière absolue des probabilités d’occurrence des différents risques, elles permettent de mieux cerner les faiblesses éventuelles de systèmes de sauvegarde et des procédures de conduite et de quantifier l’effet d’une amélioration de ces systèmes et procédures dans la limitation du risque.