​​​2016-2020, les Dialogues continuent​​​​​​​​

Comptes rendus Dialogues 2016-2018

EN - 日本

​​​
Partagez sur

2016-2018

Comptes rendus des dialogues

​Comptes rendus détaillés des 8 réunions de dialogues tenues entre 2016 et 2018​.​

Comptes rendus des dialogues

2016-2018

Comptes rendus des dialogues

​Comptes rendus détaillés des 8 réunions de dialogues tenues entre 2016 et 2018​.​

​​​​​Rencontre 1 – Mars 2016 à Miyakoji « La situation à Miyakoji aujourd’hui »

​Situé entre 20 et 30 km à l'ouest de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, le village a été évacué au moment de l'accident. Dans le courant de l’année 2013, les autorités ont levé l'ordre d'évacuation mais la situation est restée très difficile et seuls quelques habitants sont revenus. En 2016, les problèmes rapportés par les habitants concernaient notamment les difficultés rencontrées par les jeunes familles. Les débats ont également porté sur le processus qui avait conduit à la décision de lever l'ordre d'évacuation, et notamment le rôle joué par les mesures de doses individuelles avec le dosimètre « D Shuttle ».

Rencontre 2 – Juillet 2016 à Iitate « Partager les expériences dans le village​ d’Iitate aujourd’hui »

Trois ans après les dialogues de juillet 2013 dédié à ce village​, et alors que l'ordre d'évacuation y était toujours en vigueur, l'objectif de la rencontre était que les villageois discutent de la situation du village cinq ans après l'accident et ​partagent leurs projets pour l'avenir.​​

Cette rencontre a notamment permis de mettre en lumière différentes expériences menées​​​ localement en matière de décontamination des sols, d’utilisation de ressources naturelles locales (bois de construction), ou de surveillance de l’impact potentiel de l’enfouissement des déchets de décontamination sur la qualité de l’eau du village. Les contraintes liées à la poursuite ou à la reprise de l’activité économique ont aussi été abordées, dont le cas particulier d’une maison de retraite autorisée à continuer à fonctionner malgré l'ordre d'évacuation de mai 2011, et la difficulté d’entretenir les terres cultivées dans les 5 à 10 prochaines années dans un endroit où il est impossible de gagner sa vie en reprenant l'agriculture.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​​​Rencontre 3 – Octobre 2​016, Kawauchi « Restauration des conditions de vie dans la région de Futaba »

​​​​Cette troisième rencontre a mis en lumière la diversité des situations dans cette région avec un étalement dans le temps de la levée des ordres d’évacuation. Au moment du dialogue, des habitants étaient déjà rentrés. Parmi les autres, certains avaient fait leur choix de rentrer ou non, tandis que d'autres étaient encore à la recherche de la meilleure décision pour eux-mêmes et leurs proches.

​​Les défis à relever ​​​pour envisager le retour dans la commune d'origine étaient nombreux :

- les contraintes de la vie quotidienne avec notamment le manque de services médicaux, les conditions de vie dans les maisons temporaires, les difficultés de restauration ou de reconstruction des maisons endommagées ;

- le manque de développement économique et les difficultés rencontrées dans le redémarrage du secteur agricole ;

- la contamination des forêts et des montagnes avec des doutes sur l'efficacité du processus de décontamination et le risque de migration de radionucléides présents dans la forêt avec la pluie ;

- les implications de la décontamination, en particulier la question de la gestion à long terme des déchets.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​Rencontre 4 –  Mars 2017, Futaba et Okuma « Situation actuelle des habitants à proximité des installations de stockage intermédiaires et des zones environnantes »

Situés majoritairement dans une « zone de retour difficile », Futaba et Okuma, deux villages proches de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, faisaient encore l’objet de restrictions d’accès lorsque s’est déroulée cette rencontre. Six ans après la catastrophe, ils restaient confrontés à une situation très délicate, méconnue du grand public.​​

Les discussions ont porté notamment sur l’impact psychologique de la triple catastrophe (tremblemen​​t de terre, tsunami et accident nucléaire) et de l’évacuation. Les participants ont témoigné d’un fort attachement à leur ville d’origine, ce dialogue leur donnant l’occasion d'être entendus, d'exprimer leurs préoccupations et de fournir une plate-forme pour une discussion plus approfondie sur le type d'avenir qu'ils souhaitent.

Plus d’information sur ​​cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

Rencontre 5 – Juillet 201​7, Date « De quoi avons-nous besoin pour notre futur ? »

​Au moment où se tenait cette rencontre, les ordres d'évacuation avaient été levés depuis quelques mois partout sauf dans les « zones de retour difficile ». Les habitants de la préfecture de Fukushima avaient retrouvé leur liberté de résidence mais les effets sociaux et psychologiques dus aux longues périodes d'évacuation étaient encore très importants. Pour les « zones de retour difficile », où la perspective de la levée des ordres d'évacuation n'était pas claire, la situation était encore plus délicate.

Les participants locaux ont particulièrement évoqué la complexité du processus de réhabilitation et la diversité des situations dans les différents lieux où ils vivaient. Dans ces conditions, partager une vision commune de l'avenir n'était pas évident. Durant la rencontre, l’assistance a pu bénéficier du témoignage fort d’une personne originaire d'un village biélorusse situé dans la zone interdite de 30 km autour de Tchernobyl. Elle a raconté son expérience de l'évacuation de son village avec sa famille 10 jours après l'accident, puis son implication dans l'évacuation des animaux d’élevage vivants de la zone de 30 km. Devenue dosimétriste dans le village agricole collectif adjacent à la zone interdite, elle a participé au programme CORE pour mesurer la contamination des denrées alimentaires de production privée. Elle a également travaillé avec la population locale pour améliorer la protection des jeunes enfants face aux risques de contamination interne. Son rôle actuel est de transmettre son expérience à la génération suivante.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima

​Rencontre 6 – Novembre 2017, Yamakiya « Dialogue avec les ​​habitants of Yamakiya »​

​​Le sixième Dialogue a eu lieu en novembre 2017 avec des habitants du village de Yamakiya. L'ordre d'évacuation y avait été levé le 31 mars 2017, mais de nombreux défis persistaient :

- le manque d’infrastructures vitales, malgré la récente restauration des routes, améliorant l'accessibilité du secteur, ainsi que l'installation d'une nouvelle clinique médicale et d'une station de pompiers ;

- les difficultés pour relancer les activités agricoles en raison du nombre limité d’agriculteurs, de la contamination des sols mais aussi du manque de main d’œuvre et des fausses rumeurs de contamination des produits en provenance de Yamakiya ;

- la présence de nombreuses installations de stockage temporaire de déchets radioactifs autour du village ;

- le vieillissement de la population et les contacts limités entre résidents et nouveaux arrivants…

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​​Rencontre 7 – Février 2018, Minami-soma « Situations actuelles et avenir de la région d'Odaka »

​Ce septième Dialogue s’est tenu en février 2018 à Minami-soma, comme une suite à celui tenu au même endroit en mai 2014. Les discussions ont porté sur les défis restant à relever après la levée en juillet 2016 de l'ordre d'évacuation de la zone d'Odaka et d'une partie de Minami-soma, permettant à la plupart des habitants de rentrer chez eux.

Une série de témoignages a présenté les efforts déployés pour la décontamination des zones touchées et pour la collecte des débris induits par le tsunami. Les participants ont fait état de la lenteur des progrès de la reconstruction des infrastructures, de la réorganisation de l'école (rouverte en avril 2017) et des efforts pour mettre en place une industrie robotique dans la région.

Des habitants ont témoigné de leur séjour dans des maisons temporaires avec un espace limité, de leur vie de famille perturbée et du sentiment d'exclusion des communautés hébergées pendant la période d'évacuation, avant leur retour à Odaka où la structure sociale et les activités quotidiennes avaient été profondément modifiées après cinq ans d'évacuation. Ils ont fait part de leur inquiétude quant à la reconstitution de la communauté locale et notamment le manque de jeunes, et du soutien nécessaire pour assurer les soins aux personnes âgées.

Les participants ont également exprimé leurs inquiétudes quant à la dégradation de leurs paysages familiers. Ils ont souligné l'importance pour eux de conserver la mémoire et les traditions de leur communauté, par exemple les festivals. Enfin, ils ont mentionné que cette période de reprise les a poussés à identifier ce qui était crucial pour eux afin de préserver le potentiel d'un avenir durable pour les générations futures.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​ 

Compte rendu du premier jour

Compte-rendu du deuxième jour

Rencontre 8 – Décembre 2018, Iwaki « Après l'accident nucléaire de Fukushima : préserver la mémoire, partager l'expérience et aller vers le futur »

​​Le huitième Dialogue a été organisé à Iwaki en décembre 2018. Le thème avait été choisi sur fond de mémoire des événements qui s'estompe progressivement et de craintes des personnes affectées d'être abandonnées.

Une grande variété de témoignages, de points de vue et d'histoires ont été présentés, reflétant diverses actions menées par des personnes affectées provenant de différents endroits du Japon et aussi de Biélorussie. Les participants ont insisté sur l'intérêt de partager des émotions, des faits (y compris des données humaines et scientifiques ainsi que relatives à des événements locaux, régionaux ou nationaux) et des points de vue, pour montrer la réalité dans une grande variété de situations, les expériences correspondantes et les leçons tirées.

Des points importants à aborder et des actions futures possibles ont été identifiés, avec l’objectif de renforcer le partage et la transmission de l'expérience de l'accident à la génération présente et aux générations futures, en particulier :

1- le fait que la situation évolue dans le temps ;

2- la nécessité d'une compréhension mutuelle pour éviter la désinformation, les fausses rumeurs ainsi que pour reconnecter les gens et reconstruire la relation, y compris au sein des familles ; 

3- l'éducation de la jeune génération qui devrait pouvoir parler avec confiance de l'accident ;

4- la préservation de la mémoire à la fois au niveau individuel et communautaire ;

5- la création d'un musée similaire à celui de Braguin en Biélorussie ;

6- l'importance des passeurs pour la préservation de la mémoire et son transfert aux différentes communautés et générations.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​​

​​​​​Rencontre 1 – Mars 2016 à Miyakoji « La situation à Miyakoji aujourd’hui »

​Situé entre 20 et 30 km à l'ouest de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, le village a été évacué au moment de l'accident. Dans le courant de l’année 2013, les autorités ont levé l'ordre d'évacuation mais la situation est restée très difficile et seuls quelques habitants sont revenus. En 2016, les problèmes rapportés par les habitants concernaient notamment les difficultés rencontrées par les jeunes familles. Les débats ont également porté sur le processus qui avait conduit à la décision de lever l'ordre d'évacuation, et notamment le rôle joué par les mesures de doses individuelles avec le dosimètre « D Shuttle ».

Rencontre 2 – Juillet 2016 à Iitate « Partager les expériences dans le village​ d’Iitate aujourd’hui »

Trois ans après les dialogues de juillet 2013 dédié à ce village​, et alors que l'ordre d'évacuation y était toujours en vigueur, l'objectif de la rencontre était que les villageois discutent de la situation du village cinq ans après l'accident et ​partagent leurs projets pour l'avenir.​​

Cette rencontre a notamment permis de mettre en lumière différentes expériences menées​​​ localement en matière de décontamination des sols, d’utilisation de ressources naturelles locales (bois de construction), ou de surveillance de l’impact potentiel de l’enfouissement des déchets de décontamination sur la qualité de l’eau du village. Les contraintes liées à la poursuite ou à la reprise de l’activité économique ont aussi été abordées, dont le cas particulier d’une maison de retraite autorisée à continuer à fonctionner malgré l'ordre d'évacuation de mai 2011, et la difficulté d’entretenir les terres cultivées dans les 5 à 10 prochaines années dans un endroit où il est impossible de gagner sa vie en reprenant l'agriculture.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​​​Rencontre 3 – Octobre 2​016, Kawauchi « Restauration des conditions de vie dans la région de Futaba »

​​​​Cette troisième rencontre a mis en lumière la diversité des situations dans cette région avec un étalement dans le temps de la levée des ordres d’évacuation. Au moment du dialogue, des habitants étaient déjà rentrés. Parmi les autres, certains avaient fait leur choix de rentrer ou non, tandis que d'autres étaient encore à la recherche de la meilleure décision pour eux-mêmes et leurs proches.

​​Les défis à relever ​​​pour envisager le retour dans la commune d'origine étaient nombreux :

- les contraintes de la vie quotidienne avec notamment le manque de services médicaux, les conditions de vie dans les maisons temporaires, les difficultés de restauration ou de reconstruction des maisons endommagées ;

- le manque de développement économique et les difficultés rencontrées dans le redémarrage du secteur agricole ;

- la contamination des forêts et des montagnes avec des doutes sur l'efficacité du processus de décontamination et le risque de migration de radionucléides présents dans la forêt avec la pluie ;

- les implications de la décontamination, en particulier la question de la gestion à long terme des déchets.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​Rencontre 4 –  Mars 2017, Futaba et Okuma « Situation actuelle des habitants à proximité des installations de stockage intermédiaires et des zones environnantes »

Situés majoritairement dans une « zone de retour difficile », Futaba et Okuma, deux villages proches de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, faisaient encore l’objet de restrictions d’accès lorsque s’est déroulée cette rencontre. Six ans après la catastrophe, ils restaient confrontés à une situation très délicate, méconnue du grand public.​​

Les discussions ont porté notamment sur l’impact psychologique de la triple catastrophe (tremblemen​​t de terre, tsunami et accident nucléaire) et de l’évacuation. Les participants ont témoigné d’un fort attachement à leur ville d’origine, ce dialogue leur donnant l’occasion d'être entendus, d'exprimer leurs préoccupations et de fournir une plate-forme pour une discussion plus approfondie sur le type d'avenir qu'ils souhaitent.

Plus d’information sur ​​cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

Rencontre 5 – Juillet 201​7, Date « De quoi avons-nous besoin pour notre futur ? »

​Au moment où se tenait cette rencontre, les ordres d'évacuation avaient été levés depuis quelques mois partout sauf dans les « zones de retour difficile ». Les habitants de la préfecture de Fukushima avaient retrouvé leur liberté de résidence mais les effets sociaux et psychologiques dus aux longues périodes d'évacuation étaient encore très importants. Pour les « zones de retour difficile », où la perspective de la levée des ordres d'évacuation n'était pas claire, la situation était encore plus délicate.

Les participants locaux ont particulièrement évoqué la complexité du processus de réhabilitation et la diversité des situations dans les différents lieux où ils vivaient. Dans ces conditions, partager une vision commune de l'avenir n'était pas évident. Durant la rencontre, l’assistance a pu bénéficier du témoignage fort d’une personne originaire d'un village biélorusse situé dans la zone interdite de 30 km autour de Tchernobyl. Elle a raconté son expérience de l'évacuation de son village avec sa famille 10 jours après l'accident, puis son implication dans l'évacuation des animaux d’élevage vivants de la zone de 30 km. Devenue dosimétriste dans le village agricole collectif adjacent à la zone interdite, elle a participé au programme CORE pour mesurer la contamination des denrées alimentaires de production privée. Elle a également travaillé avec la population locale pour améliorer la protection des jeunes enfants face aux risques de contamination interne. Son rôle actuel est de transmettre son expérience à la génération suivante.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima

​Rencontre 6 – Novembre 2017, Yamakiya « Dialogue avec les ​​habitants of Yamakiya »​

​​Le sixième Dialogue a eu lieu en novembre 2017 avec des habitants du village de Yamakiya. L'ordre d'évacuation y avait été levé le 31 mars 2017, mais de nombreux défis persistaient :

- le manque d’infrastructures vitales, malgré la récente restauration des routes, améliorant l'accessibilité du secteur, ainsi que l'installation d'une nouvelle clinique médicale et d'une station de pompiers ;

- les difficultés pour relancer les activités agricoles en raison du nombre limité d’agriculteurs, de la contamination des sols mais aussi du manque de main d’œuvre et des fausses rumeurs de contamination des produits en provenance de Yamakiya ;

- la présence de nombreuses installations de stockage temporaire de déchets radioactifs autour du village ;

- le vieillissement de la population et les contacts limités entre résidents et nouveaux arrivants…

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​​Rencontre 7 – Février 2018, Minami-soma « Situations actuelles et avenir de la région d'Odaka »

​Ce septième Dialogue s’est tenu en février 2018 à Minami-soma, comme une suite à celui tenu au même endroit en mai 2014. Les discussions ont porté sur les défis restant à relever après la levée en juillet 2016 de l'ordre d'évacuation de la zone d'Odaka et d'une partie de Minami-soma, permettant à la plupart des habitants de rentrer chez eux.

Une série de témoignages a présenté les efforts déployés pour la décontamination des zones touchées et pour la collecte des débris induits par le tsunami. Les participants ont fait état de la lenteur des progrès de la reconstruction des infrastructures, de la réorganisation de l'école (rouverte en avril 2017) et des efforts pour mettre en place une industrie robotique dans la région.

Des habitants ont témoigné de leur séjour dans des maisons temporaires avec un espace limité, de leur vie de famille perturbée et du sentiment d'exclusion des communautés hébergées pendant la période d'évacuation, avant leur retour à Odaka où la structure sociale et les activités quotidiennes avaient été profondément modifiées après cinq ans d'évacuation. Ils ont fait part de leur inquiétude quant à la reconstitution de la communauté locale et notamment le manque de jeunes, et du soutien nécessaire pour assurer les soins aux personnes âgées.

Les participants ont également exprimé leurs inquiétudes quant à la dégradation de leurs paysages familiers. Ils ont souligné l'importance pour eux de conserver la mémoire et les traditions de leur communauté, par exemple les festivals. Enfin, ils ont mentionné que cette période de reprise les a poussés à identifier ce qui était crucial pour eux afin de préserver le potentiel d'un avenir durable pour les générations futures.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​ 

Compte rendu du premier jour

Compte-rendu du deuxième jour

Rencontre 8 – Décembre 2018, Iwaki « Après l'accident nucléaire de Fukushima : préserver la mémoire, partager l'expérience et aller vers le futur »

​​Le huitième Dialogue a été organisé à Iwaki en décembre 2018. Le thème avait été choisi sur fond de mémoire des événements qui s'estompe progressivement et de craintes des personnes affectées d'être abandonnées.

Une grande variété de témoignages, de points de vue et d'histoires ont été présentés, reflétant diverses actions menées par des personnes affectées provenant de différents endroits du Japon et aussi de Biélorussie. Les participants ont insisté sur l'intérêt de partager des émotions, des faits (y compris des données humaines et scientifiques ainsi que relatives à des événements locaux, régionaux ou nationaux) et des points de vue, pour montrer la réalité dans une grande variété de situations, les expériences correspondantes et les leçons tirées.

Des points importants à aborder et des actions futures possibles ont été identifiés, avec l’objectif de renforcer le partage et la transmission de l'expérience de l'accident à la génération présente et aux générations futures, en particulier :

1- le fait que la situation évolue dans le temps ;

2- la nécessité d'une compréhension mutuelle pour éviter la désinformation, les fausses rumeurs ainsi que pour reconnecter les gens et reconstruire la relation, y compris au sein des familles ; 

3- l'éducation de la jeune génération qui devrait pouvoir parler avec confiance de l'accident ;

4- la préservation de la mémoire à la fois au niveau individuel et communautaire ;

5- la création d'un musée similaire à celui de Braguin en Biélorussie ;

6- l'importance des passeurs pour la préservation de la mémoire et son transfert aux différentes communautés et générations.

Plus d’information sur cette rencontre sur le blog Ethos à Fukushima​

​​