SharePoint
Aide
 

Fukushima de 2017 à 2020

Fukushima en 2020

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Conséquences environnementales et le retour des populations dans les territoires évacués

Télécharger la note d'information de l'IRSN de mars 2020 « 9 ans après l'accident de la centrale de Fukushima Daiichi : données clés sur les conséquences environnementales et le retour des populations dans les territoires évacués » (PDF)

  

Evolution de la radioactivité dans l'air

Depuis 2011, les autorités japonaises effectuent chaque année une cartographie aérienne du débit de dose ambiant au niveau de la préfecture de Fukushima. La figure 1 ci-dessous compare le débit de dose entre mars 2011 et septembre  2019. On constate que globalement le débit de dose ambiant a été divisé par un facteur d'environ 2. Cette diminution est due en grande partie à la décroissance physique des deux césiums (césium-134 et césium-137 [1] ). 


Figure1-fukushima9ansapres.jpg 

Evolution de la radioactivité dans l'environnement marin

L'accident de la centrale de Fukushima a conduit, en mars et avril 2011, au déversement direct dans l'océan Pacifique, d'environ 3,5 PBq (1PBq = 1015 Bq) de césium-137 et de césium-134. La figure 2 présente l'évolution de l'activité de ces deux radionucléides entre 2011 et 2018 pour trois points de prélèvements situés à proximité immédiate de la centrale de Fukushima. Après avoir dépassé plusieurs dizaines de milliers de Bq/L en 2011, les niveaux actuels sont compris entre 0,01 et 0,1 Bq/L. A plus grande distance de la côte (20 km), les concentrations en césium-137 sont de l'ordre de 0,001 Bq/L. Celles-ci sont du même ordre de grandeur que celles qui étaient observées le long des côtes japonaises avant l'accident et qui avaient pour origine principale les retombées des essais nucléaires aériens. 

Pour ce qui concerne les sédiments, les activités en césium-137 et césium-134 pour les points de prélèvements situés au plus près de la centrale (figure 2), étaient de l'ordre de quelques centaines à plus d'un millier de Bq/kg en 2011. En 2018, elles étaient comprises entre quelques dizaines et quelques centaines de Bq/kg pour le césium-137 et de quelques dizaines de Bq/kg pour le césium-134. 

Fukushima-9-apres-figure2.png

Contrôle de la radioactivité dans les denrées alimentaires

Depuis avril 2012, le gouvernement japonais a établi de nouvelles limites pour la restriction de commercialisation des produits alimentaires (prenant en compte la présence des césiums 134 et 137 et d'autres radionucléides).

Sur cette base, 17 préfectures effectuent depuis l'accident des mesures par sondage dans une grande variété de denrées agricoles et transformées produites sur leurs territoires. Le tableau 1 montre l'évolution entre 2011 et 2019 du nombre de produits dépassant la valeur de 100 Bq/kg. Ces produits sont, à l'heure actuelle, uniquement des baies, du gibier et des champignons sauvages. 

Tableau4-fukushima9ansapres.jpg 

Pour ce qui concerne les produits de la pêche en eau douce et dans la mer, les figures 3 et 4 présentent l'évolution du nombre de prises dépassant la limite de 100 Bq/kg. A l'heure actuelle, seuls quelques rares dépassements sont observés pour les poissons d'eau douce.

Figure5-fukushima9ansapres.jpg
Figure6-fukushima9ansapres.jpg 


 

Evolution du périmètre des zones évacuées

Fin 2011, les autorités japonaises ont défini des niveaux de doses estimatives (doses calculées sur la base d'hypothèses conservatives, sur la première année après l'accident) pour classifier les territoires contaminés en deux grandes zones (figure 5)  : 

  • la « zone de décontamination spéciale » (Special Decontamination Area-SDA). Dans cette zone, il était considéré que la dose annuelle (calculée à partir de la date des premiers rejets) pouvait atteindre ou dépasser 20 mSv. Le gouvernement était en charge de la décontamination de ces zones.
  • la « zone d'évaluation intensive de la contamination » (Intensive Contamination Survey Area-ICSA) qui comprenait, au-delà de la SDA, les communes pour lesquelles il était estimé que la dose annuelle  pouvait, sur toute ou partie de son emprise, être comprise entre 1 et 20 mSv (dose ajoutée au bruit de fond radiologique). Il était de la responsabilité des communes de réaliser des campagnes de mesures afin d'identifier les zones nécessitant des opérations de décontamination puis de procéder à celles-ci en bénéficiant de l'aide technique et financier du gouvernement.

 

 

 Après la stabilisation de la situation, en terme de sûreté nucléaire, fin 2011, le gouvernement japonais a défini de nouveaux critères pour la délimation de trois zones distinctes au sein de la SDA :

  • La zone 1 (« zone où les ordres d'évacuation sont prêts à être levés ») pour laquelle la dose sur la première année (évaluée à partir des mesures effectuées et d'hypothèses conservatives) était estimée être inférieure à 20 mSv.
  • La zone 2 (« zone où les habitants ne sont pas autorisés à résider ») pour laquelle la dose estimative pour la première année était comprise entre 20 et 50 mSv.
  • Enfin la zone 3 (« zone où les résidents auront des difficultés à se réinstaller durant une longue période ») pour laquelle la dose estimative pour la première année était supérieure à 50 mSv.


    Suite aux opérations de décontamination menées dans la SDA, les ordres d'évacuation des zones 1 et 2 ont été progressivement levés entre 2014 et 2017. La superficie des zones évacuées au sein de la SDA est ainsi passée de 1150 km2 (8,3% de la superficie de la préfecture de Fukushima) en 2013 à 336 km2 (2,5% de la superficie de la préfecture de Fukushima) en mars 2020 (figure 6). Il est à noter que le gouvernement japonais a décidé la création de « bases de reconstruction spécifiques et de revitalisation » au sein de la zone 3. Il s'agit, au sein de cette dernière, de procéder localement à des actions de décontamination et de reconstruire des infrastructures pour les services publics et à la personne (gares, magasins, bâtiments municipaux…). L'ordre d'évacuation vient ainsi d'être levé dans trois zones localisées en zone 3 : Futaba (4 mars 2020), Okuma (5 mars 2020) et Tomioka (10 mars 2020) (zones en violet sur la figure 6).  

 

Taux de retour des habitants dans les zones où l'ordre d'évacuation a été levé


Suite à l'accident de la centrale de Fukushima Daiichi, environ 95 000 personnes ont été évacuées de la SDA en 2011. Par ailleurs et dans le même temps, près de 65 000 personnes, habitant hors de la SDA, sont parties volontairement soit ailleurs dans la préfecture de Fukushima, soit dans une autre préfecture. A la suite de la levée successive des ordres d'évacuation, le taux de retour dans les différentes communes de la SDA varie entre 0% (pour Futaba qui est une commune totalement incluse dans la zone 3) et 75% à Hirono et Kawauchi. Sur l'ensemble de la SDA, le taux de retour des habitants est, 9 ans après l'accident, de l'ordre de 20%.



 

Décontamination des territoires et déchets


Les opérations de décontamination se sont achevées en mars 2017 dans la SDA (à l'exclusion de la zone 3) et en mars 2018 dans l'ICSA. Ces opérations ont conduit à la création de 1328 sites de stockage temporaires de déchets (sols, végétaux), localisés dans les communes ayant fait l'objet de ces opérations. En mars 2019, le coût total de ces opérations de décontamination était estimé à environ 2 900 milliards de yens soit près de 25 milliards d'euros.

Fin mars 2019, environ 550 sites de stockage temporaires avaient été réhabilités c'est-à-dire que les déchets avaient été évacués soit vers des centres de traitements (incinération, recyclage,…), soit vers le site d'entreposage intermédiaire (interim storage facility : ISF) créé par le gouvernement japonais autour de la centrale de Fukushima Daiichi. Ce site, de durée de vie de 30 ans (2015-2045), est destiné à accueillir, après traitements, les déchets les plus contaminés (notamment les terres). Un site localisé en dehors de la préfecture de Fukushima, doit être identifié par le gouvernement japonais pour le stockage définitif de ces déchets après 2045. 

Télécharger la note d'information de l'IRSN de mars 2020 « 9 ans après l'accident de la centrale de Fukushima Daiichi : données clés sur les conséquences environnementales et le retour des populations dans les territoires évacués » (PDF)

  

Les conséquences sanitaires de l'accident de Fukushima - Point de la situation en mars 2020

Télécharger la note d'information de l'IRSN de mars 2020 sur le Bilan de la surveillance sanitaire et des études épidémiologiques conduites chez les habitants de la préfecture de Fukushima (PDF)

Dès la fin du mois de juin 2011, les autorités sanitaires japonaises ont conçu et mis en place un programme d'études épidémiologiques et de suivi sanitaire afin d'évaluer l'état de santé des personnes qui ont été exposées aux rejets radioactifs de l'accident et de suivre son évolution au cours du temps. Ces études sont basées sur un questionnaire complété, dans certains cas, par la réalisation d'examens médicaux. Les résultats de ces études épidémiologiques permettront de disposer d'informations sur l'incidence de certaines pathologies au sein de la population japonaise (cancers solides, leucémies, troubles psychologiques, thyroïdiens, hépatiques, rénaux, diabète, etc.) et d'évaluer, en fonction de leur évolution dans le temps, les éventuelles conséquences sanitaires de l'accident. Le pilotage de ces études prévues pour de nombreuses années a été confié à l'Université de Médecine de Fukushima, en collaboration avec d'autres centres médicaux japonais.

Etat d’avancement des études en cours

  • Enquête de base (“Basic Survey”) : Il n'y a pas de nouvelles données depuis le bilan réalisé en mars 2019.
  • Suivi des personnes évacuées : Il n'y a pas de nouvelles données depuis le bilan réalisé en mars 2019.
  • Suivi des femmes enceintes au moment de l’accident et leurs enfants : Il n'y a pas de nouvelles données depuis le bilan réalisé en mars 2019.
  • Suivi de la fonction thyroïdienne des enfants exposés aux rejets radioactifs (“Thyroid Ultrasound Examination”) : de premières données concernant la quatrième campagne de dépistage des cancers de la thyroïde chez les enfant (campagne d'avril 2018 à mars 2020) ont été publiées au 30 septembre 2019, et sont détaillées ci-après.

 

Parmi les 294 183 enfants concernés par la quatrième campagne de dépistage, 136 942 enfants se sont présentés pour bénéficier d'un bilan thyroïdien entre avril 2018 et mars 2020. L'échographie de la glande thyroïde a révélé la présence de nodules ou de kystes chez 82 427 enfants (soit 60 % de la population examinée), dont 829 enfants ont été identifiés comme devant bénéficier d'examens complémentaires. La biopsie par aspiration du contenu des nodules ou des kystes a confirmé leur caractère potentiellement malin chez 16 enfants, dont 8 ont subi une ablation chirurgicale de la thyroïde. L'analyse a confirmé la présence d'un cancer de la thyroïde de type adénocarcinome papillaire chez les 8 enfants ayant eu une ablation chirurgicale.

Notons que, bien que la quatrième campagne de dépistage soit quasi terminée (détection de nodules ou kystes thyroïdiens par examen ultrasonographique), les résultats des examens complémentaires (incluant la cytoponction) permettant de déterminer la nature et le caractère malin des nodules sont encore en cours de consolidation. Ainsi, le bilan du nombre de cas suspects et du nombre de cas ayant fait l'objet d'une opération chirurgicale présenté ci-dessus est provisoire, et peut encore évoluer dans les mois/années qui suivent la fin de la campagne de dépistage.

Télécharger la note d'information de l'IRSN de mars 2020 sur le Bilan de la surveillance sanitaire et des études épidémiologiques conduites chez les habitants de la préfecture de Fukushima (PDF)

Page 1 de 234