SharePoint
Aide
 

Le PNGMDR

Contributions de l'IRSN au débat public PNGMDR 2019-2021

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Expert public du risque nucléaire et radiologique, l’IRSN est un acteur important du débat public et souhaite à cette occasion apporter aux citoyens l'ensemble des informations issues de ses expertises et de ses recherches.

Dans le cadre de la préparation du débat public, et pour en éclairer les débats, Chantal Jouanno, Présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), a demandé à l'IRSN la production de deux rapports : l’un concerne les possibilités d’entreposage à sec de combustibles nucléaires usés, l’autre un panorama international des recherches sur les alternatives au stockage géologique des déchets de haute et moyenne activité à vie longue. Ces deux rapports ont été remis le 15 mai 2019.

 

Analyse des possibilités d’entreposage à sec des combustibles nucléaires usés

En 2018, à la demande de la Commission d’enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires en France, l'IRSN a réalisé une expertise des concepts d’entreposage des combustibles usés sous eau et à sec existants, ainsi que des enjeux de sûreté associés.

Dans le rapport remis à la demande de la CNDP, l’IRSN a examiné :

  • d’une part, la compatibilité́ de certains combustibles MOX et URE actuellement entreposés sous eau avec un entreposage à sec ;
  • d’autre part, les évolutions envisageables des concepts actuels de transport et d’entreposage à sec et des valeurs repères de puissance thermique maximale des combustibles usés associées, soit moins de 6 kW pour leur transport et à 2 kW pour leur entreposage à sec.

 

L'analyse de I'IRSN montre que la puissance  thermique résiduelle des combustibles URE et d’une partie des combustibles usés MOX d’EDF actuellement entreposés sous eau est compatible avec un entreposage à sec dans des installations conformes aux concepts actuels. Elle illustre en outre que des évolutions de concepts pourraient permettre d’accueillir des combustibles usés de puissance thermique significativement supérieure à 2 kW. Il conviendrait toutefois d'examiner les différentes options possibles, en intégrant l’ensemble des exigences de sureté́ et de radioprotection afférentes ainsi que les contraintes industrielles.

A écouter : le décryptage d'Igor Le Bars, adjoint au directeur de l’expertise de sûreté de l’IRSN.

Lire le rapport IRSN 2019–00265 « Analyse des possibilités d’entreposage à sec de combustibles nucléaires usés de type MOX ou URE »

 

Panorama international des recherches sur les alternatives au stockage géologique des déchets de haute et moyenne activité à vie longue.  

Ce rapport dresse un état des lieux, au niveau international, des recherches sur les alternatives au stockage géologique des déchets de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MAVL).

L'état des lieux réalisé par l'IRSN est fondé sur l’exploitation d’informations librement accessibles, publiées par les agences internationales (AIEA, OCDE/AEN en particulier) ou nationales ainsi que dans des revues scientifiques.

Le panorama qui en résulte recense les principales options alternatives au stockage géologique explorées, historiquement ou actuellement, dans le monde pour assurer la gestion à long terme des déchets HA-MAVL. Il fournit des éléments historiques et scientifiques permettant d’apprécier le contexte dans lequel les différentes options ont émergé et ont été explorées. Il identifie également les questionnements de nature technique et sociétale auxquels ces options sont associées sans pour autant livrer la position de l’IRSN quant à leur pertinence ou leur faisabilité technique.

A écouter : le décryptage de Murielle Rocher, ingénieur, géologue à l’IRSN.

Page 1 de 234