SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire
Bilan de la surveillance de la radioactivité en Polynésie française en 2016
Date de publication : 23/10/2018

Les niveaux de radioactivité des sept îles de la Polynésie française mesurés en 2016, dans la continuité des années antérieures, restent à un niveau très bas. Cette radioactivité résiduelle est essentiellement attribuable au césium 137.

 

Télécharger le rapport – Bilan de la surveillance de la radioactivité en Polynésie française en 2016 (PDF, 2,68 Mo)

 

Télécharger les annexes du rapport (PDF, 1,05 Mo)

 

 

En 2016, l’IRSN a poursuivi la surveillance radiologique des sept îles de la Polynésie française qu’il contrôle régulièrement en intégrant pour la première fois depuis 1998 une autre île des Marquises (Nuku Hiva). Les mesures réalisées couvrent la quasi-totalité de la gamme d’éléments radioactifs radionucléides d’origine artificielle susceptibles d’être décelés dans l’environnement étudié : césium 137, cobalt 60 et les isotopes du plutonium.


Après une diminution régulière des niveaux de radioactivité depuis l’arrêt en 1974 des essais atmosphériques français d’armes nucléaires et après le dernier essai atmosphérique effectué par la Chine en 1980, les niveaux de radioactivité mesurés en 2016, dans la continuité des années antérieures, se situent à un niveau très bas. Cette radioactivité résiduelle est essentiellement attribuable au césium 137.

 

En 2016, la part de l’exposition liée à la radioactivité artificielle (somme des doses associées à l’exposition externe, à l’ingestion et à l’inhalation) représente près du 1/1 000 de l’exposition liée à la radioactivité d’origine naturelle, évaluée à 1,4 mSv/an. À noter que :

 

  • Pour l’exposition externe, les niveaux d’exposition sont faibles, à savoir inférieurs en moyenne à 1 mSv/an dans les îles hautes, de l’ordre de 0,3 mSv/an dans les atolls.
  • Pour l’exposition naturelle, la moitié provient de l’exposition externe (rayonnement cosmique et radionucléides telluriques à parts pratiquement égales) et pour moitié de l’ingestion des denrées solides.


En complément du programme de surveillance radiologique, a été mise en œuvre depuis 2014 l’étude de la radioactivité d’origine artificielle dans les sols, lesquels constituent aujourd’hui la principale voie de transfert aux aliments. Les concentrations mesurées excèdent parfois 1 Bq/kg, aussi bien pour le césium 137 que pour le plutonium dans les sols des îles hautes.


À la suite de l’accident de Fukushima, une surveillance radiologique renforcée de l’environnement a été mise en place pour confirmer l’absence de contamination radiologique. Les mesures réalisées en 2016 ne montrent pas d’impact décelable de la contamination du domaine marin japonais dans les eaux polynésiennes: aucune augmentation de césium 137 par rapport aux années passées n’a été observée et le césium 134 n’a jamais été décelé.

 

En direct sur twitter
21/11/2018 - 16:06 @IRSNFrance 21/11/2018.Marie-France Bellin is appointed Chair of the Board of Directors at the Institute of Radiation Protectio… https://t.co/tZk83mEsED
21/11/2018 - 16:05 @IRSNFrance 21/11/2018.Marie-France Bellin est nommée présidente du Conseil d’administration de l’Institut de radioprotection e… https://t.co/KIUHDs7ijZ
21/11/2018 - 13:29 @IRSNFrance RT @ASN: Ce soir 21/11, 19h30, réunion publique de la CLIn de la centrale #nucléaire de #Golfech - salle culturelle Jules Fromage à St-Ni…
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances