6.6

La radioactivité dans l’alimentation

Les animaux et les plantes puisent leurs ressources dans l’AIR, l’EAU et le SOL. Les éléments radioactifs se retrouvent ainsi tout le long de la chaîne alimentaire.
marché primeur

La radioactivité naturelle des aliments

Tous les aliments sont naturellement radioactifs du fait du potassium 40, du carbone 14, du polonium 210, etc. qu’ils contiennent. Par exemple, 1 kg de pommes de terre contient environ 130 Bq de potassium 40.

L’eau, qui contient naturellement du tritium ou des traces d’uranium est également radioactive. C’est ainsi depuis les origines de la Terre.

La dose moyenne estimée qui en résulte est de 0,55 mSv/an.

La radioactivité artificielle des aliments

Les radionucléides issus des rejets d’une installation nucléaire en fonctionnement normal sont susceptibles d’être transférés aux plantes, et donc aux animaux et aux hommes. Les sites nucléaires sont surveillés rigoureusement et les mesures réalisées sur les aliments et les productions agricoles sont adaptées aux spécificités locales (le type de source d’irrigation ou encore les traditions culinaires). Autrement dit, les campagnes de mesure régionales ciblent les produits les plus consommés localement.

radioactivité artificielle
© MEDDTL - Arnaud Bouissou

Et en cas d’accident nucléaire ?

Les légumes à feuilles (comme les salades) et l’herbe que mangent les animaux sont immédiatement contaminés par les dépôts. Mais cette contamination va diminuer très rapidement dans les jours et semaines qui suivent. En revanche, la contamination des denrées forestières (champignons, baies, gibier) diminue très peu au fil des années. Elle peut ainsi perdurer pendant des décennies en raison de transferts d’éléments radioactifs du sol contaminé.

Les seuils de tolérance et d’autorisation de mise sur le marché sont calculés en fonction des habitudes de consommation.

Par exemple, on mange plus de riz au Japon qu’en France. Pour protéger les Japonais, le niveau de radioactivité autorisé dans le riz est plus bas que chez nous.

© MEDDTL - Arnaud Bouissou
champignons contaminés
agouti
En cas d’accident nucléaire, les fruits et légumes vont capter plus ou moins de substances radioactives, selon la façon dont ils poussent. Et les animaux vont être plus ou moins affectés, selon la provenance du fourrage.
menu