content

Qu’est ce qu’un réacteur nucléaire ?

Les centrales thermiques, hydrauliques et nucléaires sont basées sur un même principe : une turbine dont le mouvement entraîne un alternateur qui fabrique de l’électricité. Dans les centrales thermiques classiques, on utilise du combustible fossile (charbon, gaz naturel ou pétrole) pour produire de la chaleur qui transforme de l’eau en vapeur capable d’entraîner la turbine. Dans les centrales nucléaires, le combustible fossile est remplacé par du combustible nucléaire constitué de noyaux fissiles d’uranium ou de plutonium.

En France, il existe 58 réacteurs répartis sur 18 sites nucléaires. Ces équipements sévèrement contrôlés lui permettent de produire 80% de son électricité.

Dans ces réacteurs, le combustible est formé de pastilles d’oxyde d’uranium contenant 2,8 % d’uranium 235 dont la fission produit de l’énergie. Ces pastilles sont empilées dans des tubes (crayons), ils forment des assemblages placés dans la cuve du réacteur. L’eau qui refroidit le combustible est à la température de 320° C, ce qui demande une pression de 150bar.

Des circuits et des composants essentiels de sûreté ont été prévus à la conception des réacteurs : des grappes de contrôles traversent les assemblages et permettent de réguler et contrôler la réaction en chaîne.

Les circuits de refroidissement du cœur sont doublés (redondants) et des circuits de secours se mettraient en route automatiquement en cas de défaillance.

Différentes barrières confinent la radioactivité des produits de fissions : les crayons, la cuve avec le circuit de refroidissement primaire et le bâtiment du réacteur qui les contient Le bâtiment doit tenir la pression qui se produirait lors d’une dépressurisation des circuits et surtout, il doit être étanche pour retenir les produits de fission en cas d’accident. Le réacteur de Tchernobyl n’était pas du tout construit sous les mêmes principes. En particulier, le bâtiment du réacteur n’était pas conçu pour retenir les produits de fission.