SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

Professionnel de santé

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

ExPRI - Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic

 

L’IRSN publie tous les cinq ans, un rapport « ExPRI » relatif à l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical. Il analyse cette exposition par modalité d’imagerie (radiologie conventionnelle, dentaire, scanner et médecine nucléaire), par région anatomique explorée, par âge et selon le sexe du patient.

 

Lire le communiqué de presse et les principales conclusions de ce rapport

 

Télécharger le rapport :  « L'exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2002» (PDF)



Exposition des enfants aux rayonnements ionisants due aux actes d’imagerie médicale diagnostique réalisés en France en 2015


L’exposition de la population pédiatrique française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical a été caractérisée pour l’année 2015 à partir des actes d’imagerie diagnostique extraits de l’échantillon généraliste des bénéficiaires de l’Assurance maladie, représentatif au 1/97e de la population française. Environ 604 actes diagnostiques pour 1000 enfants ont été réalisés en 2015,chiffre en relative stabilité (+1,5 %) par rapport à l’année 2010.


La radiologie conventionnelle représente 55% de ces actes, 41 % sont des actes de radiologie dentaire. Les examens scanographiques sont peu fréquents (environ 2 %). La médecine nucléaire et la radiologie interventionnelle représentent moins de 1 % des actes effectués.

Les enfants ayant bénéficié du plus grand nombre d’actes sont les enfants de 10 à 15 ans avec une prédominance des actes de radiologie dentaire et conventionnelle. Les filles sont légèrement plus souvent exposées que les garçons, toutes classes d’âges confondues (+1,8 %).


En 2015, La proportion d’enfants ayant bénéficié d’au moins un acte diagnostique atteint 31 %. La dose efficace moyenne par enfant exposé atteint la valeur de 0,43 mSv, en baisse de 34 % par rapport à 2010.


De manière générale, très peu d’évolutions sont observées sur la fréquence des actes diagnostiques en 2015 par rapport à 2010, à la fois en nombre et en répartition par modalités d’imagerie. Au contraire, la dose efficace annuelle moyenne,calculée sur l’ensemble de la population comme sur la population exposée, est en baisse très significative par rapport à l’étude précédente. Cette baisse de l’exposition moyenne des enfants étant constatée alors que la fréquence des actes d’imagerie est globalement stable, elle est donc directement liée à la baisse de la dose efficace moyenne par type d’acte, constatée essentiellement par l’analyse des données transmises à l’IRSN dans le cadre des niveaux de référence diagnostiques.


Télécharger le rapport IRSN PSE-SANTE/SER/2018-00004 « Exposition des enfants aux rayonnements ionisants due aux actes d’imagerie médicale diagnostique réalisés en France en 2015 » (PDF, 5,23 Mo)




Exposition des enfants aux rayonnements ionisants liée aux actes diagnostiques en 2010 en France

 

L’exposition de la population pédiatrique française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical a été caractérisée pour l’année 2010 à partir des données de l’Echantillon Généraliste des Bénéficiaires (EGB) de l’Assurance maladie (CNAM-TS), échantillon représentatif d’environ 1 % de la population française, incluant plus de 100 000 enfants de 0 à 15 ans.

 

Environ 600 actes diagnostiques ont été réalisés pour 1000 enfants : 55 % sont des actes de radiologie conventionnelle, 42 % des actes de radiologie dentaire. Les examens scanographiques sont peu fréquents (environ 2 %). La médecine nucléaire et la radiologie interventionnelle représentent moins de 1 % des actes effectués.

 

Les enfants ayant bénéficié du plus grand nombre d’actes sont les enfants de 10 à 15 ans et ceux de moins d’1 an. Peu de différence existe entre l’exposition des filles et celle des garçons. Chez l’adolescent, les radiographies dentaires et des membres sont les actes les plus fréquents. Chez le bébé, les radiographies du thorax et du pelvis constituent l’essentiel des actes pratiqués. Les examens scanographiques de l’enfant concernent essentiellement la tête et le cou.

 

En 2010, un enfant sur trois a été exposé aux rayonnements ionisants à des fins diagnostiques. Les valeurs moyenne et médiane de la dose efficace sont estimées respectivement à 0,65 mSv et 0,025 mSv pour l’ensemble des enfants exposés. Elles sont respectivement de 5,7 mSv et 1,7 mSv pour les enfants ayant bénéficié d’au moins un acte scanographique (1 % de la population étudiée).

 

Télécharger le rapport IRSN PRP-HOM 2013-003 « Exposition des enfants aux rayonnements ionisants liée aux actes diagnostiques en 2010 en France » (PDF)