SharePoint
Aide
IRSN, Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire

Search our site :

ok

Contact us :

ok
En Fr

Enhancing Nuclear Safety


Research

Publications

Perturbation de l'activité de l'acétylcholinestérase après ingestion chronique d'uranium appauvri ou enrichi chez le rat.


Congress title :7ème Colloque International de Radiobiologie Fondamentale et Appliquée
Congress location :Orford
Congress date :19/09/2005

Summary

L'ingestion chronique d'uranium (U) peut entraîner la manifestation d'une toxicité au sein de l'organisme et en particulier au niveau du système nerveux central, mais peu d'informations sont disponibles sur ces effets neurologiques. Notre objectif est de mesurer la concentration en U et l'activité spécifique de l'acétylcholinestérase (AchE) dans différentes structures cérébrales, après une ingestion chronique de nitrate d'uranyle à 40 mg.L-1, appauvri à 0,26% de 235U (UA) ou enrichi à 4,25% (UE), pendant 45 ou 274 jours. Après 45 jours de contamination à l'UE, la concentration en U est augmentée significativement dans l'hippocampe, le striatum, et l'hypothalamus, alors que l'activité AChE est augmentée dans l'hippocampe et diminuée dans le striatum des rats contaminés, par rapport à des rats témoins. Les mêmes analyses réalisées après contamination à l'UA montrent que la concentration en U est augmentée uniquement dans le striatum et qu'il n'y a aucune perturbation cholinergique. Après 274 jours (9 mois) de contamination à l'UE, la concentration en U est augmentée significativement dans l'hippocampe des rats contaminés par rapport aux témoins, mais cette augmentation est deux fois moins importante que ce qui était observé précédemment (45 jours). Dans le même temps, les perturbations cholinergiques persistent mais deviennent non significatives. Un mécanisme de compensation ou un effet seuil pourraient expliquer ces résultats. Après 274 jours de contamination à l'UA, aucune différence significative avec les animaux témoins n'a été relevée sur la concentration en U ou l'activité AChE. En conclusion, les effets constatés sur l'activité AChE pourraient être reliés à un effet direct de l'U présent in situ et ces perturbations seraient spécifiques de la radiotoxicité de l'U. L'accumulation préférentielle de l'U dans certaines structures, après contamination à l'UE, pourrait être liée à une altération loco-régionale de la barrière hémato-encéphalique par le rayonnement.
Send Print

More about

Contact


Close

Send to a friend

The information you provide in this page are single use only and will not be saved.
* Required fields

Recipient's email:*  

Sign with your name:* 

Type your email address:*   

Add a message :

Do you want to receive a copy of this email?

Send

Cancel

Close

WP_IMPRIMER_TITLE

WP_IMPRIMER_MESSAGE

Back

Ok