SharePoint
Aide

Déplacement du panache radioactif en provenance du Japon : L’IRSN renforce la surveillance radiologique de l’environnement - Les concentrations attendues de césium 137 dans l’air sont extrêmement faibles

 19/03/2011

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Depuis le 12 mars, le panache radioactif qui résulte des rejets des réacteurs nucléaires accidentés de la centrale de Fukushima se déplace, tout en se diluant, dans les courants atmosphériques de l’hémisphère nord. L’IRSN dispose d’une modélisation de cette dispersion, réalisée en collaboration avec Météo France, qui lui permet de suivre et d’anticiper ce déplacement. La première carte était à l’échelle des zones proches du Japon et cette seconde carte est à l’échelle de l’hémisphère nord tout entier.

 

Voir les cartes animées

 

Selon cette modélisation, le panache a recouvert dans la journée d’hier la plus grande partie de l’Amérique du Nord et le nord-est de la Sibérie. Il passe actuellement sur l’Atlantique Nord, et devrait atteindre le Territoire de Saint-Pierre-et-Miquelon et les Antilles. Il pourrait atteindre la France métropolitaine le 23 ou 24 mars 2011. 

 

Les concentrations attendues de césium 137 dans l’air sur les territoires balayés par le panache sont extrêmement faibles. Ce radionucléide est représentatif des matières radioactives rejetées à longue distance lors d’un accident nucléaire.

 

Ces concentrations seront d’un niveau trop faible pour être détectées par les 170   balises d’alerte du réseau Téléray de l’IRSN, dont les mesures sont également consultables sur le site internet de l’IRSN.

 

Accéder aux cartes des résultats de mesure de la radioactivité de l'air :

   - en France métropolitaine
   - à Saint-Pierre-et-Miquelon
   - à Tahiti
   - en Guyane
   - en Guadeloupe
   - en Martinique
   - à La Réunion
   - en Nouvelle-Calédonie

 

L’IRSN partage l’avis de l’Agence de l’Environnement des Etats-Unis (EPA), qui estime que ces concentrations seront sans conséquence sanitaire et environnementale. De plus, elles seront si minimes qu’elles ne pourront sans doute être détectées dans l’environnement que par des mesures d’échantillons effectuées dans des laboratoires spécialisés.

 

L’IRSN dispose de ce type de laboratoires en métropole (ainsi qu’à Tahiti, situé dans l’hémisphère sud et donc hors du flux principal de ce panache). L’Institut publiera les résultats d’analyse dès que disponible, c'est-à-dire plusieurs jours après le passage du panache. S’agissant de Saint-Pierre-et-Miquelon ou des Antilles, les résultats des données analysées aux Etats-Unis sont considérées comme représentatifs de la situation sur ces territoires. 

En direct sur twitter
17/12/2014 - 14:37 @suretenucleaire Zones contrôlées: La radioprotection dans les installations nucléaires http://t.co/DDCRM1AGgc
17/12/2014 - 11:56 @radioprotection Prévention des risques radiologiques: la Dir. Gen. du Travail renouvelle sa convention avec l’IRSN http://t.co/01k3MOKZ3P cc @Minist_Travail
16/12/2014 - 15:54 @suretenucleaire Avis de l’IRSN sur la réévaluation du comportement sismique des réacteurs Éole et Minerve du CEA/Cadarache http://t.co/y9PdfyLghf
S'abonner aux flux Twitter de l’IRSN
Base de connaissances