SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Toutes les actualités

Programmes de recherche

Projet Amorad : une équipe de l'IRSN en campagne au Japon

02/12/2016


Une équipe du Laboratoire de biogéochimie, biodisponibilité et transferts des radionucléides (L2BT) de l'IRSN se trouve depuis le 14 novembre 2016 dans les forêts de Fukushima pour prélever des échantillons.


Il s'agit de la troisième campagne de ce type, réalisée dans le cadre du projet Amorad (Amélioration des modèles de prévision de la dispersion et d'évaluation de l'impact des radionucléides au sein de l'environnement). Cette mission est réalisée en partenariat avec l'Andra et l'Université de Tsukuba. Les scientifiques sont accueillis jusqu'au 9 décembre par l'Institut of Environmental Radioactivity (IER) pour le traitement des échantillons et pour les expérimentations en laboratoire.


Amorad-2016-2.jpg

Prélèvements de litière et de sols sur les sites forestiers de Fukushima © IRSN


Cette mission a lieu dans le cadre de l'axe « Continental » du projet Amorad, qui a pour objectif de mieux quantifier les transferts de radionucléides dans différents milieux à différentes échelles de temps et d'espace. Les milieux principalement concernés (forêts, cours d'eau, bassins versants) sont ceux qui influent le plus sur l'impact dosimétrique aux populations humaines après un accident. À l'instar des deux premières missions (2013 et 2014), les prélèvements sont effectués sur deux sites forestiers afin de réaliser un suivi sur cinq années de l'évolution des stocks et flux de radionucléides au sein de ces écosystèmes complexes.

 

Sélectionné par l'Agence nationale de recherche (ANR) lors de l'appel à projet Recherche en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection (RSNR) 2012, le projet Amorad lancé en novembre 2013, vise à améliorer les modèles de prévision de la dispersion et des transferts des radionucléides dans l'environnement et réduire ainsi les incertitudes associées à l'évaluation des conséquences radiologiques sur l'homme et l'environnement en cas d'accident grave comme ceux de Tchernobyl et de Fukushima.



Plus d'informations