SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

HDR soutenue

Développement et application de méthodes pour l’évaluation de la dose de rayonnement résultant d’une contamination radioactive interne

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Éric Blanchardon a soutenu son HDR le 21 novembre 2012 à Orsay.

Jury

 

Mme Michèle Gonin, déléguée d'état major santé au travail d’EdF

M. Wesley E. Bolch, professeur à l’Université de Floride

M. Didier Dubois, directeur de recherche au CNRS

M. Éric Quémeneur, directeur de recherche au CEA

M. François Paquet, expert sénior à l’IRSN

M. Éric Simoni, professeur à l’Université Paris Sud

 

 

Résumé

 

L’exposition aux rayonnements ionisants augmente le risque de cancer en proportion de la dose reçue. Celle-ci est donc une quantité fondamentale de la radioprotection que mon travail d’expert vise à évaluer en situation de contamination radioactive interne, à partir des résultats de mesure de l’activité et par l’application de modèles biocinétiques et dosimétriques. Pourtant la variabilité observée dans les estimations dosimétriques au cours d’exercices d’intercomparaison conduit à questionner la fiabilité de ces modèles et les conditions de leur application. Une grande partie de mon travail de recherche est donc dédiée à l’évaluation de la variabilité des données de mesure et de la fiabilité des modèles biocinétiques et dosimétriques, de façon à réduire, autant que faire se peut, l’incertitude qui leur est associée. Mais aussi précis que soient les techniques et les modèles, le bon outil doit être employé dans la bonne situation pour obtenir des résultats pertinents. Afin de garantir la robustesse des méthodes, l’assurance qualité des résultats et une meilleure reproductibilité de la procédure d’évaluation de la dose interne, des guides pratiques ont été rédigés à l’intention des professionnels du domaine. Malgré l’existence de ces guides, les résultats d’un exercice récent d’intercomparison montrent qu’il reste plusieurs façons d’aborder chaque problème, suivant les hypothèses retenues. Les erreurs de mesure, la connaissance incomplète des conditions d’exposition et des mécanismes biologiques et physiques mis en œuvre sont des sources d’incertitude qui se propagent inévitablement à la valeur de dose estimée. Nous avons donc cherché à quantifier cette incertitude, de façon à pouvoir décider si elle acceptable suivant la situation rencontrée et l’objectif recherché. Nous pensons qu’une évaluation fiable de la dose à des fins de gestion du risque est réalisable. En revanche, l’évaluation du risque pour la santé d’un individu exposé reste une question difficile, notamment parce que la plus grande partie de l’exposition aux rayonnements ionisants conduit à des doses efficaces de moins de 100 mSv, c'est-à-dire à un niveau où la relation entre dose et risque reste mal connue. La compréhension des risques à ce niveau des faibles doses est l’objet d’un important effort de recherche en épidémiologie et en radiobiologie. Nous contribuons à cette recherche par le développement de modèles dosimétriques pour apporter une évaluation aussi réaliste que possible de la dose reçue par les sujets des études épidémiologiques et des expériences animales.