SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Approche hiérarchique bayésienne pour la prise en compte d'erreurs de mesure d'exposition chronique et à faibles doses de rayonnements ionisants dans l'estimation du risque de cancers radio-induits. Application à une cohorte de mineurs d'uranium

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil :Laboratoire d'épidémiologie des rayonnements ionisants (LEPID)

Date de début de thèse : octobre 2014

Nom du doctorant : Sabine Hoffmann

​Descriptif du sujet


Les expositions aux rayonnements ionisants évaluées au sein de la cohorte française des mineurs d’uranium sont entachées d’erreurs de mesure, spécifiques selon la période calendaire. Ignorer ces erreurs de mesure dans l’analyse d’une relation exposition-risque de décès par une pathologie donnée peut biaiser l’estimation du risque d’intérêt, ainsi que l’incertitude d’estimation associée, menant à des conclusions potentiellement erronées. Dans des travaux récents, des méthodes fonctionnelles fréquentistes de correction de l’effet de ces erreurs de mesure ont été proposées, principalement dans le contexte d’études de simulations, afin d’estimer un effet corrigé de l’exposition au radon sur le risque de décès par cancer du poumon chez les mineurs d’uranium. Bien qu’assez naturelles, ces approches fonctionnelles ont seulement permis une réduction partielle du biais d’estimation du risque étudié.


L’objectif de la thèse est d’affiner l’estimation corrigée actuelle du risque de décès par cancer du poumon, associé à une exposition chronique au radon, à partir des données de la cohorte française des mineurs d’uranium et d’une approche structurelle bayésienne. Cette approche bayésienne, connue pour sa souplesse et sa pertinence pour la prise en compte d’erreurs de mesure, rend possible la mise en place de modèles complexes permettant de combiner de multiples sources d’incertitude au sein d’une même structure globale et cohérente.


Une telle approche sera tout d’abord mise en oeuvre afin d’obtenir une estimation corrigée du risque de décès par cancer du poumon radio-induit chez les mineurs d’uranium, à partir de mesures erronées d’exposition au radon. Comme ces erreurs de mesures contribuent directement aux incertitudes inhérentes au calcul de la dose absorbée au poumon, il s’agira ensuite de réfléchir à comment adapter l’approche proposée afin de combiner les incertitudes inhérentes aux modèles d’erreurs de mesure, modèles dosimétriques, et modèles dose-risque afin de rendre l’estimation du risque de cancer du poumon radio-induit la plus réaliste possible.


Enfin, l’approche proposée sera adaptée pour évaluer l’impact des erreurs associées aux poussières d’uranium et aux rayonnements gamma auxquels sont exposés les mineurs d’uranium et d’estimer les excès de risque corrigés associés afin notamment de pouvoir mieux apprécier l’effet propre de l’exposition au radon.