SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Thèses en cours

Mécanismes de transfert aéraulique au travers d’ouvertures : application à l’efficacité du confinement dynamique d’enceintes de chantier

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Laboratoire d'accueil :​Laboratoire d'études et de modélisation en aérodispersion et confinement (Lemac)

Date de début de thèse : octobre 2014

Nom de la doctorante : Salima Kaissoun

​Descriptif du sujet


Le confinement dynamique est une technique mise en oeuvre dans les installations

nucléaires. Elle consiste à imposer un sens d’écoulement d’air préférentiel au travers

d’une ouverture (nominale ou intempestive) séparant deux zones physiques afin

d’orienter la contamination vers la zone la plus polluée et d’éviter tout transfert vers

l’extérieur de l’enceinte de confinement. Des critères aérauliques tels qu’une vitesse

débitante à l’ouverture ou une dépression imposée sont actuellement utilisés par les

exploitants, y compris dans les sas de chantiers lors des opérations de maintenance et

de démantèlement.


L’objectif de la thèse est d’évaluer la pertinence de ces critères en caractérisant les

mécanismes pouvant conduire à une éventuelle « rétrodiffusion » de contaminants au

travers d’ouvertures sur des sas souples et semi-rigides. Il s’agira de caractériser, au

moyen d’expérimentations et de simulations numériques menées sur des ouvertures

calibrées, les écoulements et la quantité de polluant susceptible d’être transférée en

fonction de la dépression ou de la vitesse débitante, des caractéristiques de l’ouverture, des perturbations thermo-aérauliques internes et externes au sas et de la nature du polluant. L’objectif, in fine, sera d’identifier les approches de modélisation de la turbulence les plus pertinentes (DNS, LES, voire RANS/LES) pour restituer les phénomènes fortement instationnaires attendus au niveau des ouvertures.


Des pré-études donneront lieu au dimensionnement du dispositif expérimental final, ainsi qu’à la mise en place des simulations numériques. Enfin, il est envisagé une validation finale à échelle 1 sur un sas ventilé.