SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Comportement des matériaux nanoporeux : application au combustible UO2


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

​Xavier Haller a soutenu sa thèse le 23 octobre 2015 à Montpellier.

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/PSN-RES/SEMIA/LPTM

Auteurs > HALLER Xavier

Date de publication > 23/10/2015

Résumé

Le dioxyde d’uranium irradié (UO2), combustible nucléaire des réacteurs à eau pressurisée, contient deux populations de cavités saturées par des gaz de fission : i. des cavités intergranulaires plutôt lenticulaires, dont la taille varie de quelques dizaines à plusieurs centaines de nanomètres, ii. des cavités intragranulaires plutôt sphériques, dont la taille est de l’ordre du nanomètre. Des travaux récents ont montré qu’il existe un effet de surface à l’échelle des cavités nanométriques qui modifie le comportement élastique effectif du combustible.

Ce travail vise à proposer un modèle micromécanique analytique capable de tenir compte de cette microstructure hétérogène ainsi que de l’effet de surface afin de décrire le comportement élastique macroscopique de l’UO2 irradié. La démarche mise en œuvre est fondée sur une modélisation multi-échelles et s’appuie sur des techniques d’homogénéisation en mécanique des matériaux. L’UO2 irradié est décrit comme un matériau poreux contenant des nanocavités sphériques (cavités intragranulaires) et sphéroïdales (cavités intergranulaires), sous pression et orientées aléatoirement. L’effet de surface présent à l’échelle nanométrique est pris en compte via un modèle d’interface imparfaite cohérente entre la matrice et les cavités. Un modèle original fondé sur l’approche par motifs morphologiques représentatifs a été développé afin de décrire le comportement élastique effectif de ce milieu hétérogène. Le modèle analytique proposé repose sur des hypothèses simplificatrices dont la pertinence est évaluée à partir de simulations numériques par éléments finis qui s’appuient sur une formulation spécifique afin de tenir compte de la présence d’interfaces imparfaites cohérentes.