SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Etude de la capacité plastique des cellules souches mésenchymateuses humaines (CSM) après irradiation du tissu receveur : approche thérapeutique de l’atteinte multiorgane radio-induite


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Sabine FRANCOIS, thèse de doctorat de l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, UFR des Sciences, Ecole doctorale des génomes aux organismes, 214p, soutenue le 27 janvier 2006

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés > greffe, cellules souches mésenchymateuses (CSM) humaines, irradiation, exposition multiple, thérapie cellulaire

Unité de recherche > IRSN/DRPH/SRBE/LTCRA

Auteurs > FRANCOIS Sabine

Date de publication > 27/01/2006

Résumé

Les cellules souches mésenchymateuses (CSM) possèdent une multi-potentialité et des propriétés de régulation immunologique et inflammatoire. La thérapie cellulaire basée sur leur greffe semble une approche particulièrement prometteuse à l’heure actuelle. Mes travaux ont porté sur la mise en évidence de la recolonisation des tissus murins irradiés par les CSM derivées de moelle osseuse humaine. J’ai developpé au cours de ma thèse des modèles d’irradiations corps entier et localisées sur le modèle murin NOD/SCID et optimisé la greffe de CSM dans ces modèles. Cette étude a permis de mettre en évidence que la migration des CSM dépend de la configuration, de la dose et du temps post-irradiation. L’injection intraveineuse de CSM humaines a permis leur implantation dans un grand nombre d’organes irradiés et de rétablir l’homéostasie intestinale 3 jours post-IA. La biodistribution des CSM après irradiation suggère une migration dose-dépendante préférentielle des CSM vers les organes de la zone surexposée. L’implantation des CSM autour des axes périvasculaires et dans des unités fonctionnelles ainsi que la diminution de l’expression de certains gènes spécifiques des CSM, suggèrent une modulation phénotypique de ces cellules implantées. La thérapie cellulaire basée sur la greffe de CSM semble une approche prometteuse pour le traitement des irradiations accidentelles et même des effets tardifs liés à la radiothérapie.