SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Réponse immunitaire induite par l’irradiation colorectale : manipulation thérapeutique des "toll like receptors"


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Jean-Victor Lacavé-Lapalun a soutenu sa thèse le 16 mai 2013 à Paris.

Type de document > *Mémoire/HDR/Thèse

Mots clés >

Unité de recherche > IRSN/DRPH/SRBE/LRTE

Auteurs > LACAVÉ-LAPALUN J-V.

Date de publication > 16/05/2013

Résumé

L’exposition aux rayonnements ionisants de la sphère abdomino-pelvienne est associée à une haute incidence de complications. Lors des cas les plus importants, l’apparition d’ulcérations peut entrainer le décès des patients en absence de lourds traitements. Dans ces cas, des essais cliniques sont réalisés avec des Cellules Souches Mésenchymateuses (CSM). Les radiothérapies abdomino-pelvienne peuvent provoquer à court et/ou long terme des effets délétères. Des études démontrent que l’injection de motifs bactériens confère une radioprotection au niveau intestinal. Ils stimulent des récepteurs (Toll-Like-Receptors (TLR)) situés à la surface des cellules intestinales. Cette thèse a pour but de caractériser les effets sur l’immunité et sur la réparation tissulaire de la stimulation des TLR dans un modèle d’irradiation colorectale localisée à 20 Gy (effets aigues des radiothérapies) chez le rat. Puis de potentialiser les effets des CSM avec une adjonction de ligands de TLR lors d’une irradiation colorectale localisée à 27 Gy (complications accidentelles). Ce travail a permis à 20 Gy, de montrer que la stimulation des TLR conduisait à améliorer l’homéostasie (normalisation des lymphocytes T, induction de lymphocytes T régulateurs (Treg) et de macrophages « anti-inflammatoire » M2). Dans le modèle 27 Gy, l’injection de ligand de TLR pré greffe de CSM permet une amélioration du climat immunitaire avec une diminution des cytokines pro-inflammatoires et l’induction de Treg et M2. Ces modulations pourraient permettre une meilleure implantation et efficacité des CSM. Toutes les observations apportées montrent que la stimulation de l’immunité est une approche pour limiter les dommages radioinduits.