SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Propositions de thèses 2017

Relation dose-réponse aux faibles doses de rayonnements ionisants pour les risques de mortalité par maladie non cancéreuse et par cancer chez les mineurs d'uranium

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

​Disciplines : biologie, médecine, santé

Lieu de thèse : Fontenay-aux-Roses

Date de début : octobre 2017



Compétences recherchées


  • Étudiants ayant validé un M2 ou diplôme d'ingénieur équivalent de statistique appliquée aux sciences du vivant
  • Bases solides en modélisation probabiliste et en statistique bayésienne
  • Intérêt pour les applications en épidémiologie/santé publique et pour la programmation informatique
  • Une bonne maitrise de l'anglais serait un plus



Sujet de thèse


Le travail de thèse proposé s'inscrit dans un travail de recherche en épidémiologie, sur une cohorte de travailleurs exposés aux rayonnements ionisants. L'objectif général sera d'analyser la relation dose-réponse aux faibles doses et d'améliorer l'estimation des risques liés aux expositions radiologiques en s'intéressant principalement aux risques de mortalité par pathologie non cancéreuse, mais aussi par cancer. Trois axes de travail sont proposés.


Dans le premier, le doctorant participera à la mise à jour du suivi de la cohorte française et conduira un bilan de mortalité sur ces nouvelles données en estimant les ratios de mortalité standardisés. Des analyses spécifiques seront conduites sur les risques de maladie de l'appareil circulatoire pour améliorer l'estimation de la relation exposition-risque.


Dans le deuxième axe de travail, le doctorant contribuera aux analyses sur les pathologies non cancéreuses dans le cadre d'une large étude conjointe internationale, la cohorte PUMA (Pooled Uranium Miners Analysis). Ces résultats étayeront les connaissances sur les risques liés à l'exposition chronique aux rayonnements ionisants et pourront contribuer aux travaux de la Commission Internationale de la Protection Radiologique pour l'évaluation des risques associés au radon.


Dans un troisième temps, le doctorant s'intéressera aux calculs de risque vie entière. En effet, la question du calcul du risque vie entière pour le décès par cancer du poumon est actuellement soulevée dans un contexte international.


Le doctorant pourra contribuer à l'amélioration de ces calculs pour les risques associés au radon en se basant sur les risques estimés dans la littérature et ceux issus de l'étude PUMA qui, parmi ses objectifs, vise à contribuer à l'estimation des risques vie entière.