SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Les unités de recherche

Laboratoire des sciences humaines et sociales (LSHS)

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :


Dernière mise à jour en janvier 2014

 

Le LSHS est le laboratoire de l’IRSN dédié aux recherches sur les aspects organisationnels et humains de la sûreté nucléaire, visant au développement de connaissances et de compétences en appui des missions d’expertise de l’IRSN en ce domaine. Il rassemble différentes disciplines des sciences humaines et sociales (ergonomie, sociologie, psychologie sociale) autour d’une approche multidisciplinaire des aspects organisationnels et humains de la sûreté nucléaire.

 

 

Sommaire

 

 

Contexte et thématiques de recherche

 

Le premier défi relevé par le développement de l’usage civil de l’énergie nucléaire fut d’abord technique, mais les trois grands accidents (Three Miles Island, Tchernobyl et Fukushima) qui ont marqué l’exploitation des centrales nucléaires ont souligné que des facteurs humains, organisationnels et sociaux jouaient un rôle central dans la maîtrise de la sûreté nucléaire : conception des moyens de supervision et de conduite, management de la sûreté, gouvernance des risques nucléaires, relations entre le monde nucléaire et la société…

 

Au-delà des grands accidents qui ont marqué l’histoire du nucléaire civil, le retour d’expérience de l’exploitation au quotidien des installations nucléaires, de même que le poids relatif des actions humaines dans le risque, tel qu’il est évalué dans les études probabilistes de sûreté, soulignent toute l’importance des facteurs humains et organisationnels dans toutes les questions de sûreté.

 

En conséquence, l’IRSN a besoin de disposer de connaissances dans le domaine des sciences humaines et sociales pour réaliser des expertises dans le cadre de ses missions d’expert public. C’est pourquoi a été créé en janvier 2012 un laboratoire de recherche dédié aux sciences humaines et sociales.

 

Les activités de recherche du LSHS font appel à plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales, telles que l’ergonomie, la sociologie et la psychologie sociale, dans le cadre d’une approche multidisciplinaire mise en œuvre en regard des principaux enjeux identifiés par l’IRSN dans ses missions d’expert technique.

 

De façon générale, les activités de recherche du laboratoire visent à caractériser les facteurs organisationnels, humains et sociaux qui soit génèrent, soit permettent d’éviter ou de limiter un risque pour les installations, l’environnement, l’homme et plus globalement la société.

 


Axes de recherche

 

Le LSHS développe ses activités de recherche autour de trois axes principaux :

 

  • Facteurs organisationnels et humains de la sûreté en exploitation


Cet axe de recherche recouvre le périmètre des recherches menées le plus directement en support des missions d’expertise de l’Institut. Il traite notamment les questions relatives à la maîtrise par les exploitants des risques spécifiques liés au recours à la sous-traitance, à l'appropriation des technologies, notamment lorsque coexistent différentes générations de technologies au sein d’une installation, ainsi qu’à la gestion des situations de crise (influence du stress, phénomènes de résilience…).


Cet axe vise également à étudier les conditions d’efficacité du management de la sûreté, en s’intéressant à des questions telles que la mise en œuvre de prescriptions à l’épreuve du quotidien (sécurité réglée et sécurité gérée) ou l’intégration des dimensions culturelles (culture de sûreté).

 

  • Approche inter-organisationnelle de la gouvernance des risques


Cet axe de recherche s’intéresse à la dimension inter-organisationnelle de la gouvernance de la sûreté nucléaire, et notamment au rôle joué par le triptyque exploitant/autorité de sûreté/expert public et à son influence sur les prises de décision, tant dans les situations normales d’exploitation que dans la gestion des situations accidentelles (au travers des exercices de crise notamment).


Il aborde également les caractéristiques cognitives de l’expertise de sûreté, plus précisément les processus d’interprétation et les formes de raisonnement mis en œuvre individuellement ou collectivement par les ingénieurs afin d’apprécier le caractère acceptable ou inacceptables des risques.

 

  • Risque nucléaire et société


Cet axe ouvre une perspective plus large sur les problématiques de l’accountability (comment une institution rend-elle des comptes au public ?), de la transparence et de la confiance. Il s’intéresse notamment aux dispositifs de participation du public aux décisions liées au risque nucléaire et à la place de l’IRSN comme expert public, notamment dans le contexte post-Fukushima.


 

Équipe de recherche

 

Responsable du laboratoire : François Jeffroy, ergonome
Axe "Facteurs organisationnels et humains de la sûreté en exploitation" : Hélène Faye, ingénieur et ergonome ; Elsa Gisquet, sociologue ; Sarah Carminati, doctorante en ergonomie (Université Paris VIII, 2012-2015)

Axe "Gouvernance des risques" : Olivier Chanton, psychosociologue

Axe "Risque nucléaire et société" : Christine Fassert, sociologue

 

 

Partenariat et réseaux de recherche

  

Le LSHS participe activement aux activités de la chaire «  RESOH » (REcherche en Sûreté, Organisation, Hommes) créée en mars 2012 par l’Ecole des Mines de Nantes, avec le soutien d’Areva, de DCNS et de l’IRSN. Cette chaire est consacrée à l’étude des aspects organisationnels et humains de la sûreté dans les réseaux de co-traitance ou de sous-traitance dans les industries à risques, tout au long du cycle de vie des installations (conception, construction, exploitation et démantèlement), tant en situation normale qu’en situation accidentelle et de gestion de crise. Le LSHS participe notamment au comité de pilotage de la chaire.

 

Le LSHS participe au projet fédérateur « Nucléaire, risques et société » mis en place en 2013 par le CNRS dans le cadre du défi NEEDS (Nucléaire : Energie, Environnement, Déchets, Société), dont les thèmes de recherche rejoignent ceux du laboratoire.

 

Au niveau européen, le LSHS est impliqué dans l’élaboration du projet STATIC (Socio-Technical Approach to Improving Crisis Management), dans le cadre de l’association NUGENIA. Ce projet coordonné par l’IFE (Norvège) a pour principaux partenaires VTT (Finlande) et EDF.


Publications et thèses

Contact

IRSN/PSN-SRDS/SFOHR

Laboratoire des sciences humaines et sociales

BP 17
92262 Fontenay-aux-Roses Cedex