SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Radioactivité d'origine naturelle dans l'environnement en France : niveaux non perturbés par l'homme.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Ph. PICAT, D. CALMET, D. LOUVAT, F. VRAY, N. LEMAITRE, G. LINDEN, P. BARBEY, G. PIGREE, T. BOURCIER, F. LEVY, S. LE BAR, Y. BARON, D. DELACROIX, E. PANAÏVA, T. DE BRUYNE, J.Y. HERVÉ, P. BEGUINEL, N. CABANNE, A. DE PAEPE, C. SANTUCCI, T. PROT,, J.L. MATRAY, J.L. TILLIE Radioprotection - volume 37, n°3, 283-327.

Type de document > *Article de revue

Mots clés > radioécologie continentale (terrestre et eau douce), bruit de fond, radioactivité

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > LEMAITRE Nathalie, VRAY Françoise

Date de publication > 20/09/2002

Résumé

Quelles sont les valeurs qui caractérisent sur le territoire français les rayonnements ionisants et les radionucléides d'origine naturelle ? Comment distinguer dans le résultat d'une mesure la part qui résulte éventuellement d'une activité humaine ? Afin d'essayer de répondre à ces questions, un questionnaire a été adressé aux différents organismes qui effectuent en France des mesures de radioactivité dans l'environnement. Les informations mentionnées dans cette étude se rapportent exclusivement à des observations faites dans l'environnement à l'extérieur des bâtiments et du périmètre des installations nucléaires de base (INB). En outre, elles ne concernent, sauf cas particuliers signalés, que des mesures de rayonnements ou de radioéléments d'origine naturelle dont les résultats n'ont pas été perturbés par l'action de l'homme. L'enquête montre la difficulté actuelle de dresser en France un bilan exhaustif des connaissances acquises concernant les caractéristiques du bruit de fond radioactif d'origine naturelle dans l'environnement. Aujourd'hui en France, dans le domaine de la radioactivité naturelle, les efforts consentis manquent de coordination et d'orientation vers certaines priorités. À ce titre, les mesures des 238U et 232Th précurseurs des 226Ra et 228Ra, des descendants solides émetteurs alpha du radon (par la mesure des EAP du 222Rn et 220Rn), des émetteurs gamma post émanation (214Pb, 214Bi, 212Pb), du 210Pb 210Po et du 14C doivent être privilégiées.