SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Conséquence radioécologiques et dosimétriques de l'accident de Tchernobyl en France


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

P. Renaud, K. Beaugelin, H. Maubert, P. Ledenvic

Rapport IPSN 97-03

Type de document > *Rapport/contribution à GT (papier ou CD-Rom)

Mots clés > radioprotection, dosimétrie, radioécologie, Tchernobyl

Unité de recherche > IRSN/DEI/SESURE/LERCM

Auteurs > BEAUGELIN-SEILLER Karine, RENAUD Philippe

Date de publication > 01/11/1997

Résumé

La présente étude a pour objectif de dresser un bilan des conséquences radioécologiques et dosimétriques de l'accident de Tchernobyl en France, ainsi qu'un pronostic pour les années à venir. Elle a été réalisée à la demande de la Direction de la sûreté des installations nucléaires (DSIN) en liaison avec les différents organismes ayant effectué des mesures suite à cet accident.

Elle repose sur l'utilisation combinée de résultats de mesures et de la modélisation, avec notamment l'utilisation du logiciel ASTRAL développé par l'IPSN (cf. annexe 1).

Les mesures disponibles sont variées : activités volumiques de l'air, de l'eau, activités massiques de sols, de productions agricoles, de produits alimentaires transformés, de produits naturels... Leurs origines sont diverses: OPRI1, IPSN2, DGCCRF3, CNEVA4, CRIIRAD5. Cependant, et malgré leur nombre, elles ne permettent pas à elles seules de dresser ce bilan, qui n'est possible que par la modélisation.

ASTRAL est un logiciel d'évaluation des conséquences radiologiques d'un accident. II permet d'établir. la correspondance entre les activités surfaciques rémanentes des sols (ASR en Bq.m-2), les activités massiques des productions agricoles et les doses individuelles et collectives résultant des expositions externe et interne (inhalation et ingestion de denrées contaminées) (Maubert 97, Renaud 97).

Les résultats des principaux documents de synthèse sur l'accident de Tchernobyl et de ses conséquences sont également utilisés, y compris ceux relatifs aux républiques de l'ex-Union soviétique, soit comme source d'informations et de données complémentaires, soit à titre comparatif avec les résultats de la présente étude (Jacob 96, AIEA 97, Krychev 91).


1- Office de protection contre les rayonnements ionisants, ex SCPRI désigné sous le vocable OPRI dans l'ensemble du rapport
2- Institut de protection et de sûreté nucléaire
3- Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes
4- Centre national d'études vétérinaires et alimentaires
5- Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité

 

En savoir plus

Les laboratoires concernés

Contact

Télécharger