SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

La R&D en appui de l'EPR


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

B. Chaumont, J.M. Seiler, G. Azarian, A. Dubail, M. Fischer,

Journées SFEN EPR, Paris, 1-2 décembre 2004,

Rapport DSR 42

Type de document > *Rapport/contribution à GT (papier ou CD-Rom), *Congrès/colloque

Mots clés > accident grave, EPR

Unité de recherche > IRSN/DSR/SAGR

Auteurs > CHAUMONT Bernard

Date de publication > 13/12/2004

Résumé

L’EPR est le fruit d’environ 10 ans de collaboration entre Framatome et Siemens. Les deux industriels ont conçu un réacteur qui reprend les meilleures technologies des réacteurs N4 français et des KONVOI allemands. La conception de l’EPR a été dictée par deux objectifs essentiels :

- l’amélioration de la sûreté en général et plus particulièrement la prise en compte des accidents graves en minimisant autant que faire se peut l’impact radiologique à l’extérieur de l’enceinte de confinement,

- la compétitivité par rapport aux réacteurs existants et par rapport aux autres sources d’énergie.

Pour atteindre ces objectifs, les grands acteurs du nucléaire français ont déployé des efforts de R&D significatifs, souvent menés en collaboration avec les grands acteurs allemands et certaines fois aussi dans le cadre de contrats financés en partie par la Communauté Européenne. Dans le domaine de la sûreté, l’innovation principale réside dans la prise en compte de la gestion des accidents graves avec notamment l’implantation d’un récupérateur de matériaux fondus (corium) dans l’enceinte de confinement. Pour ce qui concerne la compétitivité par rapport aux réacteurs existants, des efforts importants ont été faits au niveau des composants et du cœur du réacteur. Il faut noter que la R&D de fond conduite pour les besoins du nucléaire en général (notamment pour ce qui concerne les matériaux) a été intégrée dans le processus de mise au point de l’EPR.

Cette présentation ne prétend pas couvrir toute la R&D ayant servi à la conception du réacteur. Elle illustre simplement les principaux travaux propres à l’EPR conduits chez les grands acteurs du nucléaire français et allemands en prenant comme exemple le domaine de la sûreté et plus précisément celui de la maîtrise des accidents hypothétiques. De plus, quelques informations sont données sur les travaux de R&D faits par un exploitant potentiel (EDF) relatifs à l’évolution des méthodes de spécification et de qualification de matériels ou systèmes, ainsi que sur les moyens de R&D qui ont supporté la conception, et resteront disponibles pour le support à l'exploitation et à l'évolution du concept.