SharePoint
Aide
Faire avancer la sûreté nucléaire

La Recherchev2

Publications

Développement d'un outil pour l'évaluation in situ des performances des échantillonneurs individuels d'aérosols.


Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

O. Witschger, D. Mark, R.J Aitken, G. Beaumont, G. Liden, W. Koch, H. Komhout, Congrès français sur les aérosols, CFA'2001, 11 et 12 décembre 2001, Paris.

Résumé

Les méthodes d’évaluation des performances des échantillonneurs individuels de la fraction inhalable d’un aérosol utilisent généralement des installations de laboratoire spécifiques où les conditions expérimentales auxquelles sont exposées les préleveurs correspondent à un écoulement d’air uniforme et un aérosol d’essai homogène du point de vue de sa granulométrie et de sa concentration, peu représentatif des conditions réelles rencontrées à un poste de travail. Notre étude, réalisée dans le cadre d’un contrat uropéen, vise donc le développement d’un outil, facile d’emploi, permettant d’évaluer in situ les performances de préleveurs individuels de la fraction inhalable. L’outil développé, dénommé CALTOOL (CALibration TOOL) est en fait un échantillonneur dont la géométrie est basée sur un torse, des épaules et une tête humaine. Les échantillonneurs individuels à évaluer sont positionnés sur le torse simplifié de CALTOOL et leurs résultats de oncentration comparés à ceux mesurés par l’orifice de référence que constitue la bouche. Les expériences, conduites en laboratoire sur CALTOOL, ont permis de déterminer que le débit d’aspiration de l’orifice de référence devait être constant et égal à 20 l/min pour que son efficacité suive correctement la convention-cible inhalable. Par ailleurs, des mesures comparatives d’efficacités effectuées sur CALTOOL et sur un mannequin nthropométrique référencé n’ont pas montré de différences significatives. Enfin, des premiers résultats sur des performances d’échantillonneurs individuels ont été obtenus sur différents postes de travail. Ils montrent clairement l’utilité de l’outil développé. Ce travail a été mené en collaboration avec the Health and Safety Laboratory, Sheffield, S3 UK, the Institute of Occupational Medicine, Edinburgh, UK, the National Institute for Working Life, Programme of Workplace Air, Sweden, the Fraunhofer Institut fur Toxikologie und Aerosolforschung (FHG), and the Environmental and Occupational Health Group, Department of Environmental Sciences, Netherlands.