SharePoint
Aide
 

Site de la société Orflam-Plast à Pargny-sur-Saulx (Marne)

Les investigations menées par l’IRSN depuis 2010

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

En juillet 2010, l’Andra a sollicité l’IRSN pour réaliser de nouvelles investigations radiologiques dans l’environnement de l’usine. Ces contrôles ont permis de mettre en évidence la présence de deux nouvelles zones contaminées.

La première se situe sur la propriété de l’ancien chimiste de l’usine où quatre zones d’intérêt, de surface limitée, ont été identifiées avec un débit d’équivalent de dose à 50 cm variant entre 100 et 700 nSv/h (soit plus de dix fois la valeur du bruit de fond relevé sur la commune). L’analyse de l’échantillon de terre prélevé sur la zone la plus polluée a confirmé la présence des descendants de la famille du 232Th, en particulier l’228Ac, premier descendant de la famille du 232Th. L’activité massique mesurée pour cet élément est de 2 300 Bq/kg, soit plus de 75 fois la valeur que l’on trouve dans un sol de la région de la Marne.

La deuxième zone se situe au bord de la Saulx où une zone d’intérêt a été mise en évidence avec un débit d’équivalent de dose à 50 cm compris entre 120 et 315 nSv/h. Par ailleurs, un fût vide contaminé a été retrouvé dans la Saulx.

Les conclusions de ces expertises ont été remises à l’Andra qui assure la maîtrise d’ouvrage des travaux à réaliser sur le site Orflam-Plast et la mise en sécurité des zones contaminées en dehors du site.

Par ailleurs, de mi-juin à mi-juillet 2010, l’Andra a fait procéder aux travaux de réhabilitation des berges de l’étang de la Gravière. La figure III.19 représente la cartographie radiologique de surface obtenue lors du contrôle initial en avril 2009. Les trois zones d’intérêt matérialisées par un périmètre rouge sont celles ayant fait l’objet des travaux.

La terre polluée a été retirée jusqu’à plusieurs mètres de profondeur et remplacée par de l’argile et de la terre végétale. Le critère retenu pour l’assainissement des zones concernées est un débit d’équivalent de dose mesuré de 200 nSv/h. Ce critère permettra une réutilisation du site sans contrainte pour les pêcheurs ou les promeneurs.

À la demande de l’Andra, l’IRSN a réalisé le contrôle radiologique final après les travaux d’assainissement. Aucune notion de distance n’ayant été associée à la valeur de débit d’équivalent de dose, l’IRSN a retenu une distance de mesure à 50 cm, comme le veut la règle de l’art dans le domaine.

Une cartographie radiologique de surface a été réalisée avec le dispositif mobile Socrate de l’IRSN (figure III.20). La comparaison des cartographies avant et après travaux (figures III.19 et III.20) a confirmé l’efficacité de ces derniers puisque, sur aucune des trois zones, il ne subsiste de valeur de débit d’équivalent de dose supérieure à 400 nSv/h.

Cependant, ce contrôle a montré l’existence de quatre taches peu étendues, présentant des valeurs supérieures au critère retenu (200 nSv/h). Des travaux complémentaires ont donc été nécessaires sur ces quatre zones d’intérêt (matérialisées par un périmètre noir sur la figure III.20), permettant cette fois-ci de répondre aux critères d’assainissement fixés.


Figure III.19 - Cartographie initiale des berges de l’étang de la Gravière, identification des trois zones d’intérêt sur lesquelles les travaux d’assainissement ont été opérés.

Cartographie initiale des berges de l’étang, identification des 3 zones d’intérêt sur lesquelles les travaux d’assainissement

 

Figure III.20 - Cartographie radiologique de surface des berges de l’étang de la Gravière après les premiers travaux de réhabilitation. Les zones cerclées en noir présentaient des débits d’équivalent de dose supérieurs à 260 nSv/h.

 

Cartographie radiologique de surface des berges de l’étang de la Gravière après les premiers travaux de réhabilitation.


(Dernière mise à jour : Février 2013)

Page 1 de 234