SharePoint
Aide
 

Le radon

Cartographie du potentiel radon des formations géologiques

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

 

Le contexte

Le radon est produit partout sur terre à partir de l’uranium contenu dans les formations géologiques constituant la croute terrestre, en particulier celles qui sont proches de la surface. Une fois produit dans la roche, son état gazeux lui permet de circuler dans le sous-sol, de pénétrer et de s’accumuler dans les bâtiments.

Les facteurs contrôlant sa concentration dans l’air intérieur sont multiples et dépendent en particulier des caractéristiques architecturales des constructions mais également de l’usage et de la ventilation de celles-ci. La nature des roches présentes sous les bâtiments reste toutefois l’un des principaux paramètres déterminants.

La connaissance des caractéristiques des formations géologiques sur le territoire rend ainsi possible l’établissement d’une cartographie des zones sur lesquelles la présence de radon à des concentrations élevées dans les bâtiments est la plus probable. Une telle cartographie constitue une base technique utile pour guider la mise en œuvre d’une politique de gestion du risque lié au radon, en complément des informations issues des résultats de mesure acquis dans le cadre de campagnes de dépistage dans les bâtiments.

C’est dans cet objectif que l’Autorité de Sûreté Nucléaire a sollicité l’IRSN afin qu’il définisse et mette en œuvre une méthode permettant de cartographier le potentiel radon des terrains à l’échelle du territoire métropolitain et pour les Outre-Mer (DROM-COM).

 

La méthode de cartographie

La méthode retenue vise à estimer le potentiel radon des formations géologiques, c'est-à-dire leur capacité à générer du radon en surface. Elle consiste à prendre en compte les principaux paramètres influençant d’une part, la production du radon dans le sous-sol et d’autre part, le transport de ce gaz depuis sa source jusqu’à la surface des sols. L’approche retenue est basée sur la compilation et l’exploitation des données géologiques disponibles pour chaque département de métropole, sous forme de cartes, de banques d’informations, de résultats de travaux de recherches etc. 

La méthode mise en œuvre comprend 3 étapes. La première consiste à évaluer le potentiel de production du radon des formations géologiques, c’est-à-dire à classer celles-ci selon leur teneur mesurée ou extrapolée en uranium. La seconde étape consiste à pondérer ce potentiel en tenant compte, lorsqu’ils sont identifiés, de cofacteurs pouvant faciliter le transport du radon dans les roches et les sols (failles, ouvrages miniers souterrains, sites de sources hydrothermales). Enfin, la troisième étape établit une classification finale de l’ensemble de ces paramètres pour aboutir à une carte du « potentiel radon » des formations géologiques.

 

La cartographie réalisée en France métropolitaine

Après avoir qualifié cette méthode dans 3 départements français dont les sous-sols présentent des caractéristiques géologiques variées, l’IRSN l’a appliquée à l’ensemble du territoire métropolitain.

Télécharger la carte du potentiel radon des formations géologiques, version 2010 Ce travail a conduit à élaborer une carte nationale du potentiel radon des formations géologiques (figure 1), ainsi que des cartes départementales et régionales couvrant l’ensemble de la France, avec une précision correspondant à celle de la carte géologique au 1/1 000 000 publiée par le BRGM. Pour faciliter l’utilisation pratique de ces cartes, une catégorisation qualitative du potentiel radon en 3 classes (faible, moyen et élevé) a été retenue.

Télécharger la carte en grand format : Figure 1 - Carte du potentiel radon des formations géologiques, version 2010

 Cette cartographie a servi à classer les communes de chaque département en fonction du potentiel radon des roches caractérisant leur sous-sol

Connaître le potentiel radon de ma commune. 

 

Les cartographies réalisées pour les Outre-Mer

Un travail identique à celui de la métropole  été réalisé pour les Outre-Mer.

Ce travail a conduit à élaborer une carte du potentiel radon des formations géologiques pour chaque territoire habité.

Guyane
Guyane

Mayotte
Mayotte

Saint-Pierre-et-Miquelon
Saint-Pierre-et-Miquelon

Wallis et Futuna
Wallis et Futuna

Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie

La Réunion
La Réunion

Les Antilles​ :​ ​

 

Antilles - Martinique
Martinique

Antilles - Guadeloupe : Basse Terre
Guadeloupe : Basse Terre

 

Antilles - Guadeloupe : Grande Terre
Guadeloupe : Grande Terre

Antilles - Les Saintes - La Désirade
Les Saintes - La Désirade

Antilles - Saint Barthélémy
Saint Barthélémy

Antilles - Saint-Martin - Marie-Galante
Saint-Martin - Marie-Galante

La Polynésie :
Dans le cadre de la cartographie du potentiel radon, seules les îles habitées ont été traitées. Les cartes ci-dessous ont été réalisées pour les îles disposant de cartes géologiques. Pour les autres îles, le potentiel radon est homogène et faible.

Polynésie - Iles sous le Vent
Iles sous le Vent

Polynésie - Iles Australes
Iles Australes

Polynésie - Iles Marquises
Iles Marquises

Polynésie - Iles du Vent - Tahiti
Iles du Vent : Tahiti

Polynésie - Iles du Vent - Moorea
Iles du Vent : Moorea

 

Ces cartographies ont servi à classer les communes en fonction du potentiel radon des roches caractérisant leur sous-sol.

Connaître le potentiel radon de ma commune. 

   

 

Apport et limites de la cartographie

Cette cartographie permet de cibler les zones dans lesquelles la présence de radon dans les habitations à des concentrations élevées est la plus probable. A l’échelle communale, elle permet de définir des priorités pour le dépistage du radon.

Compte-tenu de la résolution spatiale des informations utilisées, les cartes proposées par l’IRSN ne peuvent être exploitables que jusqu’à l’échelle de la commune.

Le potentiel radon ainsi fourni ne présage en rien des concentrations présentes dans les bâtiments, celles-ci dépendant de multiples autres facteurs (étanchéité de l’interface entre le bâtiment et le sol, taux de renouvellement de l’air intérieur…).La cartographie ne peut donc en aucun cas se substituer à la réalisation de mesures.
 

(Dernière mise à jour : Décembre 2016)

Page 1 de 234

Références bibliographiques :