SharePoint
Aide
 

Actions en région contre le risque radon

La prise en compte du risque radon à la SNCF

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

La SNCF exploite 1 800 tunnels en France et environ 3 000 agents y travaillent périodiquement. L’IRSN est intervenu pour identifier les départements les plus concernés par le risque radon et les tunnels les plus à risque, comme celui de Fréjus, dans le Var.

Pose de détecteurs dans le tunnel ferroviaire d'Albespeyres (Lozère)
Pose de détecteurs dans le tunnel ferroviaire d'Albespeyres (Lozère)

L’IRSN intervient pour des mesures de radon dans certains types de bâtiments ou d’ouvrages. « Nous pouvons être choisis dans le cadre d’appels d’offres lancés par des conseils départementaux pour dépister des collèges. Nous travaillons pour de grandes entreprises comme la SNCF », rapporte Patrick Potard, spécialiste de ces interventions à l’Institut.

À la SNCF, l’Institut  travaille avec la direction centrale de la prévention et avec de nombreux correspondants sur le terrain. « Le Groupe exploite 1 800 tunnels sur le territoire français et environ 3 000 agents y travaillent périodiquement », explique Gilles Radenne, préventeur à la SNCF. « L’IRSN nous a aidés à identifier les départements les plus concernés et les tunnels les plus à risque, comme celui de Fréjus, dans le Var. »

« Nous avons défini 39 tunnels prioritaires et effectué des mesures dans 13 d’entre eux. Seules deux tunnels dépassent le seuil de 400 becquerels par mètre cube d’air (Bq/m3), dont celui de Fréjus justement. En général, les tunnels ferroviaires sont vastes et bien ventilés. Ces données seront prises en compte dans les futurs travaux », annonce Gille Radenne.

 

Former des « ambassadeurs »

« C’est enrichissant de travailler avec des experts de l’Institut, qui viennent sur le terrain et font des recommandations », estime Gilles Radenne. « Ils nous ont aidés à former une dizaine de médecins du travail et de référents radon sur nos territoires, qui déclinent leurs savoirs dans chaque établissement. »

Laurent Marie réalise pour l’IRSN des formations à la métrologie radon, validées par un examen diplômant. Elles sont destinées à des indépendants, des salariés de bureaux d’étude ou d’organismes de diagnostic, et des agents de la fonction publique. « Les titulaires sont agréés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) », précise-t-il. « Ils savent parler de risque sans alarmer. »

 

Page 1 de 234