SharePoint
Aide

Risque sismique et installations nucléaires

La prise en compte du risque sismique pour les sites des installations nucléaires

Fermer

Authentification

Email :

Mot de passe :

Introduction

La commémoration du séisme de Lambesc du 11 juin 1909 est l’occasion de rappeler que, même si le territoire métropolitain ne connait qu’une sismicité modérée, des séismes destructeurs peuvent s’y produire.

Pour ce qui concerne les installations nucléaires, l’aléa sismique est pris en compte dès la conception des installations et fait par la suite l’objet de réévaluations régulières, pour tenir compte de l’évolution des connaissances. Un texte para réglementaire (Règle Fondamentale de Sûreté) indique une méthode acceptable pour déterminer « l’aléa sismique » à retenir pour ces installations ; cette méthode s’appuie sur l’analyse de données géologiques et sismologiques pour définir in fine des mouvements sismiques caractéristiques du site.

Afin d’améliorer ses connaissances en matière d’aléa sismique, l’IRSN conduit des programmes de recherches tant dans le domaine de la géologie que dans celui de la sismologie. C’est en particulier le cas dans la vallée de la moyenne Durance où se trouve une faille caractérisée par une sismicité régulière, où l’IRSN a conduit durant la dernière décennie des travaux qui ont permis de cartographier et de mieux comprendre le fonctionnement de la faille de la Moyenne Durance. Certains résultats de ces travaux ont permis de préciser l’aléa sismique pour le site de Cadarache, notamment par une localisation plus précise de la faille active la plus proche du site.

Les résultats des travaux présentés dans ce dossier et d’autres travaux de l’IRSN pourront conduire à terme à des aménagements de l’approche retenue pour la détermination de l’aléa sismique pour les sites d’installations nucléaires.

(Dernière mise à jour : Août 2014)