SharePoint
Aide

Stockage de déchets radioactifs en couche géologique profonde : positions de l’IRSN sur la réversibilité et la mise en œuvre d’une phase industrielle pilote

29/06/2016

Dans le contexte du projet de loi « précisant les modalités de création d'une installation de stockage réversible en couche géologique profonde des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue » (loi Longuet) en discussion à l’Assemblée nationale, les concepts structurants pour le projet que sont la mise en œuvre d’une phase industrielle pilote et la réversibilité sont mis en débat.

L’IRSN mène une réflexion sur ces concepts depuis plusieurs années, et a eu l’occasion de présenter ses positions à de nombreuses reprises, notamment lors du débat public Cigéo organisé en 2013, et lors d’auditions parlementaires, ou à la faveur des expertises menées au cours du développement du projet.

Concernant la phase industrielle pilote, l’IRSN concluait en 2005, à l’issue de son évaluation de la faisabilité d’un stockage en formation géologique profonde dans le site de Meuse/Haute-Marne, à la nécessité de disposer de démonstrateurs in-situ et en vraie grandeur en vue de valider le comportement de composants du stockage concourant à sa sûreté [1].

Au cours du développement du projet, il est apparu que ces éléments ne pourraient pas être dans leur ensemble réunis à l’échéance prévue par la loi, en 2017, pour la demande d’autorisation de création (DAC) de l’installation [2]. La phase industrielle pilote constitue une nouvelle étape dans le développement de l’installation du stockage qui doit notamment avoir pour objectif de qualifier les performances des ouvrages et procédés de stockage avant la mise en exploitation courante de l’installation (cf. Note de synthèse de l’IRSN du 2 avril 2014).

Concernant la réversibilité, l’IRSN a recommandé lors de l’examen des dossiers de l’Andra en 2013 [3], 2014 [4] et 2015 [5], que des critères de réversibilité soient définis par l’Andra pour chaque décision conduisant à une étape clé de la fermeture progressive du stockage (obturation des alvéoles, remblais et scellement des galeries puis des liaisons avec la surface).

L’IRSN estime en effet qu’un bilan des avantages et inconvénients des options possibles en termes de sûreté et de radioprotection pour les alvéoles de stockage de déchets HA et MAVL constituerait un élément d’appréciation du bien-fondé des choix de conception du stockage à l’égard du possible retrait des colis ainsi que de la stratégie de fermeture des ouvrages de stockage (cf. fiche pédagogique sur la réversibilité).     

Notes :
1- Voir l'Avis de l'IRSN sur la faisabilité d'un stockage géologique de déchets radioactifs en formation argileuse - Dossier 2005 argile
2- Voir la Synthèse de l'examen mené par l'IRSN du « Dossier 2009 » de l’Andra relatif au projet de stockage de déchets radioactif HA-MAVL en couche géologique profonde
3- Voir le Rapport de l’IRSN sur l’examen des études remises depuis 2009 par l’Andra concernant le projet de centre industriel de stockage géologique Cigéo
4- Voir le Rapport de l’IRSN sur le dossier relatif aux ouvrages de fermeture du projet de centre industriel de stockage géologique Cigéo
5- Voir le Rapport de l’IRSN sur le dossier relatif à la maîtrise de risques en exploitation du projet de centre industriel de stockage géologique Cigéo

Toutes les actualités

 

 

 

 

Pour aller plus loin :